Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des Missions

Nos Missions a vol d'oiseau
Add this



    Nos Missions a vol d'oiseau



    Dans les premiers jours de septembre dernier, tous nos jeunes missionnaires avaient répondu à l'appel de la Patrie. Depuis lors la plupart d'entre eux, placés en affectations spéciales dans les régions qu'ils évangélisent, sont restés ainsi à leur poste, ou non loin de ce poste, pour servir d'une façon mieux appropriée la France et le pays que leur vocation apostolique leur a fait adopter comme seconde patrie. Quant à ceux qui se trouvaient en congé de détente ou de convalescence parmi nous, ils ont, de même que tous les professeurs mobilisables de nos établissements de France, suivi le sort de leur classe : ainsi donc 28 de nos confrères ont revêtu l'uniforme militaire, comme l'ont fait de leur côté nos « partants », d'automne, nos aspirants missionnaires et nos Frères coadjuteurs. Le bon Dieu les a, jusqu'à présent, protégés : qu'Il daigne leur continuer cette protection jusqu'à la fin !



    INDES ET BIRMANIE.



    Peu de nouvelles de ces deux champs d'apostolat, les missionnaires s'y dévouent sous le soleil de feu coutumier ; cette année les pluies torrentielles, apportées par une mousson qui a bien «donné », sont une promesse de récoltes abondantes inconnues les années précédentes : souci de moins pour les pauvres chrétiens et espoir de plus pour les missionnaires, car aux Indes comme ailleurs, ventre affamé n'a pas d'oreilles, les paroles de vérité ont moins de prise sur des esprits trop préoccupés du bol de riz du lendemain. Malgré la guerre européenne et le défaut de renforts en attendant sa fin, nos confrères maintiendront donc les positions acquises en empêchant leurs oeuvres anciennes de sombrer ; bien plus, ils espèrent en établir de nouvelles, assurés qu'ils sont de voir se lever de nombreuses vocations apostoliques pour l'après-guerre immédiat. Prions avec eux à cette intention.



    MALAISIE.



    Le diocèse de Malacca donne l'impression de la vitalité de l'Action Catholique dans le pays : A Singapore, les jeunes de la paroisse N.D. de Lourdes s'attaquent à des thèmes d'actualité religieuse dans leur Cercle d'études ; à Seledar, le jour de la fête du St Rosaire, 200 membres catholiques de l'aviation britannique se sont réunis sous la direction du P. Ol- çomendy. Vicaire général, et ont montré qu'ils veulent être actifs dans leur milieu un peu spécial.

    Le grand journal « Malaya Catholic Leader » ne craint pas d'accuser le matérialisme comme fauteur responsable des calamités présentes ; il affirme qu'un prétendu « Ordre social dans lequel il n'y a pas de place pour Dieu » est une pure utopie.



    INDOCHINE FRANÇAISE.



    Dans les 10 Vicariats apostoliques confiés à notre Société en Cochinchine, en Annam, au Cambodge, au Laos et au Tonkin, partout on a l'impression qu'il s'y fait du bon travail. Malheureusement partout aussi on se plaint de la pénurie de personnel missionnaire ; si nos confrères étaient plus nombreux, le bien accompli par eux serait rapidement décuplé. Malgré cela, les résultats obtenus sont tangibles : environ 1.400 prêtres indigènes, dont 3 évêques, voilà qui prouve, sans qu'il y ait matière à discuter, que les missionnaires envoyés là-bas par Rome n'ont pas attendu les décrets parus depuis 15 ans pour travailler à l'établissement d'une Eglise indigène en Indochine.

    Par ailleurs, les paroisses de ville fonctionnent au milieu des païens comme elles le feraient en terre depuis longtemps chrétienne ; on y rencontre des cercles catholiques, des association pieuses, de la J.O.C., du scoutisme, que sais-je encore ? Et nos prêtres annamites s'adaptent à ces rouages modernes comme les missionnaires français.

    Dans la brousse, les conversions continuent sous l'impulsion du mouvement donné depuis longtemps déjà. Sans doute elles ne se produisent pas au même rythme que dans certaines régions de l'Afrique, mais on peut se rendre compte qu'il y a peu de païens actuellement qui n'aient pas connaissance de la religion révélée, et c'est pourquoi il n'est pas téméraire de penser que des conversions en masse se produiront dès que la nation protectrice comprendra officiellement l'intérêt qu'il y aurait à favoriser un tel mouvement.



    CHINE.



    C'est la guerre qui sévit là-bas comme en Europe ! Et cette guerre, que certains s'obstinent à appeler un simple « conflit », n'en perd pas pour autant de son acuité. Qu'on en juge !

    Les bombardements des villes ouvertes continuent. Au Setchoan, la petite ville de Nanchwan a été réduite en cendres le 13 octobre par une centaine de bombes tant explosives qu'incendiaires ; la mission catholique est détruite, et le jeune P. Danion, parti de France il y a 15 mois, a été sérieusement blessé à la jambe gauche par deux éclats de bombe ; cette blessure se ferme difficilement, notre jeune confrère est encore soigné à l'hôpital de Chungking.

    Dans le Sud de la Chine, les atrocités se multiplient : aucune ville indemne dans la partie située au Nord de Pakhoi, et la plupart de nos missions sont gravement atteintes. A Yamchow, le P. Richard a dû assister impuissant au pillage de sa mission par les soldats japonais, pillage suivi d'incendie et de bien d'autres horreurs : voilà donc un missionnaire français sans ressources et sans feu ni lieu qui, pour ne pas abandonner ses chrétiens, se refuse à aller chercher refuge au Tonkin. De Nanning et des autres villes de la province du Kouangsi, nous savons seulement qu'elles sont partiellement détruites et que nos établissements ont été gravement touchés. A Kweilin, la capitale, les deux résidences sont anéanties ; à Kweiping, la mission, bien que située en dehors de la ville, a été bombardée aussi ; à Nanning, le séminaire où le Père Martin avait déjà trouvé la mort au début de 1938, a été de nouveau victime de bombes aériennes, mais cette fois pas de tués ni de blessés, tout le monde ayant fui : les batailles font rage là-bas depuis le 20 novembre, et impossibilité de correspondre avec l'extérieur, les missionnaires ne peuvent donc envoyer ni lettres ni télégrammes, nous ne savons rien à leur sujet. Longtcheou a été occupé pendant 4 jours par les envahisseurs qui ont tout brûlé avant de se retirer...



    MANDCHOURIE ET COREE.



    S. E. Mgr Lemaire, évêque d'Otrus et coadjuteur de Mgr Gaspais, a été sacré à Kirin le 15 novembre par Mgr Gaspais lui-même, assisté de NN.SS. Blois et Lapierre ; une, dizaine d'évêques et préfets apostoliques et plus de 60 missionnaires étaient présents. Les échos qui viennent d'arriver de cette fête disent que la solennité ne le céda en rien à celles de nos vieilles cathédrales de France. Ad multos et faustissimos annos !

    A Séoul, capitale de la Corée, les enfants des écoles ont été mobilisés pendant trois jours à partir du 17 octobre pour prendre part à la fête nationale du Shin-jo-sai, avec offrande au temple de Ise du riz nouveau envoyé à cet effet par l'empereur. Le 24 octobre, à Séoul également, eut lieu un grand sacrifice, dit de « consolation », aux mânes des chevaux morts à la guerre ; les autorités, tant civiles que militaires, assistaient à la cérémonie.



    JAPON.



    Le diocèse de Yokohama s'est associé à celui de Tokio dans le deuil qui vient de les éprouver en la personne de M. Totsuka Bungo, prêtre japonais des plus éminents, docteur en médecine venu en Europe pour se perfectionner dans son art, puis médecin des âmes et rentré comme tel au Japon il y a à peine 10 ans. Doué d'un grand talent littéraire et animé d'un remarquable esprit apostolique, M. Totsuka est l'auteur de plusieurs ouvrages très estimés.

    A Fukuoka, les vacances d'été sont utilisées pour les examens de catéchisme, et les résultats indiquent que le méthode est excellente ; il est permis !rie se demander si elle réussirait aussi bien dans nos paroisses de France, vu l'époque où elle est en usage.

    Le diocèse d'Osaka déplore la disparition du zélé P. Henri Perrin, décédé après 55 années d'apostolat. Il était parti pour le lapon en 1884 en même temps que le P. Compagnon, aumônier militaire en 1914, tombé au champ d'honneur en 1915.



    Jésus, donnez-nous la paix.


    1940/28-31
    28-31
    France
    1940
    Aucune image