Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions Les Missions Étrangères de Paris en 1926. Le compte rendu ides travaux, en 1926; des missionnaires de la Société des Missions
Add this
    Nouvelles des missions

    Les Missions Étrangères de Paris en 1926.

    Le compte rendu ides travaux, en 1926; des missionnaires de la Société des Missions
    Étrangères de Paris vient de paraître. On y constate que dans les 37 vicariats apostoliques confiés à leurs soins au Japon, en Chine, en Indochine et aux Indes, les 43 évêques et 1.106 Missionnaires de cette Société ont à s'occuper d'une population globale d'environ 252.593.231 habitants, parmi lesquels 1.778.259 sont catholiques. Ces missionnaires ont avec eux 1.357 prêtres indigènes, 4.144 catéchistes, 2.938 séminaristes, 564 religieux appartenant à 40 autres congrégations et 6.100 religieuses appartenant à 224 congrégations religieuses de femmes.
    Leurs écoles sont au nombre de 2.079, groupant 127.153 élèves.
    Enfin, pendant l'année 1926, ils ont enregistré 417 conversions d'hérétiques, 34.974 baptêmes d'adultes ; 111.237 baptêmes d'enfants de païens in articulo mortis et 65.672 baptêmes d'enfants de chrétiens.

    Ecoles au Japon.

    NAGASAKI

    L'Ecole de l' « Etoile de la Mer », dirigée par les Marianistes, continue de prospérer : elle compte actuellement 730 élèves. Sur ce nombre 64 seulement sont catholiques, mais le mouvement vers la religion s'accentue de jour en jour ; plus de 60 élèves païens étudient le catéchisme et, la grâce de Dieu aidant, le nombre des chrétiens ira sans cesse en croissant. Ce sera, pour les bons Frères, la meilleure récompense de leur infatigable dévouement.

    OSAKA

    Au cours de l'année 1926, deux de nos écoles catholiques ont réalisé de magnifiques progrès. A Kobe, les Soeurs du Saint Enfant Jésus de Chauffailles dirigent l'Ecole de Sainte-Marie, qui compte actuellement 200 élèves, dont 50 catholiques. Cet établissement sert d'école paroissiale pour les catholiques étrangers; les jeunes filles qui le fréquentent appartiennent à toutes les races, comme à toutes les nationalités. Les anciens locaux scolaires se prêtaient mal au service qu'on leur demandait; les Soeurs ont été forcées de s'en accommoder pendant longtemps, mais elles se préparaient à les remplacer par un bâtiment plus vaste et mieux aménagé. Cette année, ce projet a été réalisé. Le 8 septembre dernier, Mgr Casanier a béni le nouvel établissement, et l'Ecole a commencé l'année scolaire dans un bel édifice en ciment armé, capable de recevoir 500 élèves.
    A mi-chemin entre les grandes villes de Kobe et d'Osaka, les Dames du Sacré Coeur occupaient depuis le mois de février 1923, une jolie villa, qu'elles avaient louée pour y installer provisoirement leurs oeuvres d'éducation. Dans la même région, ces Dames ont acquis, l'an dernier, une vaste propriété, d'accès facile, où le bon air et l'espace ne leur manqueront pas. Les divers bâtiments que comprendra l'établissement occupent encore les ouvriers; cependant la partie principale vient d'être terminée, et les religieuses ont pu s'y installer le 21 décembre; le 8 janvier, les salles de classe étaient prêtes à recevoir leurs 200 élèves. Quand toutes les constructions seront finies, l'Eglise catholique aura là un établissement d'éducation modèle, le plus beau et le mieux aménagé de toute la région.

    KIRIN (Mandchourie)

    Ordination.

    Mgr Gaspais a eu la consolation d'ordonner, trois diacres et un prêtre, M. André Ting. Ce fut un jour de grande joie, étant donné surtout les circonstances très spéciales de la carrière du nouveau prêtre.
    Originaire du village chrétien de Siapokiatse, M. André Ting appartient à une vieille famille chrétienne qui a donné à l'Eglise plusieurs prêtres et plusieurs religieuses. Le grand-père d'André Ting entra dans les Ordres et fut ordonné prêtre à 50 ans : il mourut quelques années plus tard. M. André Ting lui-même s'engagea d'abord dans les liens du mariage : il est même grand-père et l'une de ses filles est religieuse du Saint Coeur de Marie. Un propre frère d'André, François, est prêtre depuis 1915; son oncle Antoine est prêtre aussi. Sa soeur Thècle est depuis deux ans Supérieure des Soeurs du Saint Coeur de Marie. Parmi les religieuses de cette Congrégation, on trouve encore deux tantes et deux grandes tantes du nouveau prêtre. On voit que, dans cette famille Ting, Dieu a tait germer de nombreuses vocations. Il en est de même, d'ailleurs, dans plus d'une ancienne famille chrétienne : c'est une constatation bien consolante, qui autorise le plus rassurant espoir sur l'avenir des chrétientés chinoises.

    1927/345-346
    345-346
    France et Asie
    1927
    Aucune image