Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions TOKYO (Japon) La station d'Omori. Jusqu'à présent la mission apostolique d'Omori, avec les oeuvres du P. Breton, était installée sur un terrain mis gracieusement à la disposition du missionnaire par M. Inabata, grand industriel catholique de Kyoto. La mission vient d'acquérir un terrain au centre de la ville, où le P. Breton s'ingénie à aménager, dans un espace réellement restreint (858 m2), église, presbytère, maison des religieuses japonaises, école maternelle, hôpital et résidence du médecin. SÉOUL (Corée)
Add this
    Nouvelles des missions

    TOKYO (Japon)
    La station d'Omori.

    Jusqu'à présent la mission apostolique d'Omori, avec les oeuvres du P. Breton, était installée sur un terrain mis gracieusement à la disposition du missionnaire par M. Inabata, grand industriel catholique de Kyoto. La mission vient d'acquérir un terrain au centre de la ville, où le P. Breton s'ingénie à aménager, dans un espace réellement restreint (858 m2), église, presbytère, maison des religieuses japonaises, école maternelle, hôpital et résidence du médecin.

    SÉOUL (Corée)

    Profession religieuse. Séminaire.

    Le 14 août, Mgr Mutel a présidé, dans la chapelle de la Communauté, la cérémonie de profession de 13 soeurs coréennes. L'une des nouvelles professes, soeur Hélène, originaire de Chemulpo, est morte d'une maladie de poitrine le 28 de ce même mois.
    Le Gouvernement général vient d'accorder à Soeur Camille, supérieure des Soeurs de Saint-Paul à Séoul, une pension annuelle et viagère de 500 yen, en récompense des oeuvres charitables par lesquelles elle a bien mérité de la population.
    La rentrée du séminaire a eu lieu le 14 septembre, 28 nouveaux élèves ont été admis, ce qui porte leur nombre total à 106.

    TAIKOU (Corée)

    Nouvelle chapelle à Taikou.
    Visite à un amiral français.

    Le dimanche 8 août, Mgr Demange a béni la nouvelle chapelle Saint-Joseph à Taikou et inauguré la paroisse dont elle doit être le centre pour de nombreuses familles chrétiennes du sud de la ville, éloignées de la cathédrale. Une ancienne salle de conférences a été transformée en une chapelle.
    Le 11 septembre, à Masanpo, le P. Bermond, accompagné du préfet de la ville, s'est rendu à bord du Jules Michelet pour y saluer l'amiral. Les visiteurs reçurent l'accueil le plus aimable, comme il est de tradition dans la marine française, et, le soir même, l'amiral Bazire rendait au Père sa visite. Le dimanche suivant le P. Bermond célébra la messe à bord devant une très nombreuse assistance d'officiers et de matelots; puis il fut invité à la table de l'amiral avec un général et un amiral japonais ainsi que le préfet. Le soir même, le Jules Michelet partait.

    TCHONGKING (Setchoan, Chine)

    Situation difficile.

    Le bombardement de la ville de Ouanhien par les canonnières anglaises en représailles de l'attaque de deux bateaux portant pavillon britannique, a eu son contrecoup à Tchongking : les maisons anglaises ont été pillées, le boycottage s'accentue. Que nous réserve l'avenir ?...

    SUIFOU (Setchoan, Chine)

    Des Lolos à bord d'une canonnière française.
    La police et la guerre.

    Chaque année, à l'époque des grandes eaux, une des canonnières françaises stationnées à Tchongking vient promener le drapeau de la France dans le haut Yangtsé, jusqu'à Suifou toujours, jusqu'à Kiating souvent. Cette année, la canonnière Doudart-de-Lagrée en revenant de Kiating s'était arrêtée à Kienwei. Bien entendu, officiers et marins ne manquèrent pas d'aller saluer le missionnaire de l'endroit, qui est le P. Biron. A son école étudiaient quatre néophytes lolos, dont un chef de tribu indépendante. Le Père les présenta à ses visiteurs, qui furent enchantés de voir de près des « Os noirs » (les Os noirs sont des Lolos indépendants ; les Lolos soumis sont dénommés « Os blancs »), qu'ils ne connaissaient que par les relations de certains voyageurs. Au cours de la conversation le Père parla de son projet de conduire ses quatre Lolos à Suifou, pour leur faire contempler les beaux établissements catholiques: églises, hôpital, pensionnat, séminaire ; ce qui, dans sa pensée, aiderait à faire germer la foi dans leurs coeurs. Les officiers, de bonne grâce, offrirent de les y emmener sur leur canonnière.
    Décrire l'ébahissement de nos quatre aborigènes voyant un grand bateau qui marchait tout seul et portait des canons et des mitrailleuses, est impossible. Et puis, les marins français, toujours bons enfants par leur franchise, leur amabilité, et surtout par de bonnes rasades de vin qu'ils leur versaient généreusement, eurent bien vite fait d'apprivoiser nos sauvages et d'en faire des amis, qui sauront s'en souvenir... Retournés chez eux, soyons-en sûrs, les quatre Lolos raconteront, en les embellissant encore, les merveilles qu'ils ont vues ; avant vingt ans peut-être, l'imagination aidant, les Lolos et Lolotes raconteront dans les veillées la légende de l'apparition dans les rivières de la Lolotie d'un grand navire de guerre, battant pavillon bleu, blanc, rouge. Une fois encore, des marins français, fraternisant avec des missionnaires, auront travaillé à accroître le prestige de la France.
    Le 2 août, à la demande des officiers et des marins, un service anniversaire fut célébré, en l'église du Kang-tsi-tsang, pour le repos de l'âme d'un marin décédé l'année dernière sur le Dou-dart, entre Suifou et Tchongking. Les chrétiens y assistèrent très nombreux, Mgr Renault donna l'absoute.

    ***

    Tout récemment, un coup de filet colossal, jeté dans la région occupée par les armées du général Lieou, sous-gouverneur de la province, devait réunir tous les indésirables qui l'infestaient. Au cours de cette opération de police, menée par plusieurs divisions de soldats réguliers, des centaines d'individus furent, en effet, saisis et emprisonnés. Mais, après des interrogatoires minutieux et serrés faits par des juges « compétents », il se trouva qu'ils étaient, pour la plupart, d'honnêtes gens. Ils ne furent relâchés cependant que contre une caution qui aidera à garnir le gousset vide de certains personnages qu'on devine. Et comme par le passé, on continue à piller et à tuer. Et il en sera ainsi jusqu'à quand? Seuls les prophètes pourraient nous le dire.
    D'aucuns prétendent avoir découvert la panacée qui fera renaître l'âge d'or dans l'Empire du Milieu : il faudrait armer d'un fusil chaque chef de famille. Les chefs des gardes nationales, toujours à l'affût d'une bonne aubaine, feignent d'y croire et en prennent prétexte pour taxer tous les propriétaires au nombre desquels la Mission catholique a l'honneur d'être comptée, soi-disant pour acheter des armes.
    Les victoires cantonaises à Ouchang et à Hanyang ont grisé nos étudiantes rouges, qui se sont remises à pérorer dans les rues de Suifou contre les étrangers et les chrétiens, malgré les ordonnances du commandant d'armes défendant toute manifestation sur la voie publique. Mais elles, les filles du parti révolutionnaire nationaliste, ne sont-elles pas au-dessus des ordonnances, des décrets et même des lois?

    TATSIENLOU (Thibet)

    Tremblements de terre.

    Depuis le 11 août dernier la région de Tatsienlou subit de nombreuses secousses sismiques. La première renversa quelques maisons en ville et, dans la campagne, plusieurs personnes furent ensevelies sous des éboulis de montagne. Les suivantes ne causèrent pas de grands dégâts à Tatsienlou, mais vers le nord, à Pamei et Tailin, plusieurs maisons furent détruites dans la nuit du 9 au 10 septembre. Quelques personnes furent blessées. Les secousses continuent à se faire sentir, mais en s'espaçant et s'affaiblissant.

    CANTON (Chine)

    Les écoles. Le séminaire. Calme relatif.

    A Canton, la rentrée de nos écoles s'est faite dans de bonnes conditions. Au collège du Sacré Coeur (Petits Frères de Marie) les demandes d'admission ont été très nombreuses, surtout pour les cours de 3e et 4e années. Il y a, en ville, de nombreuses petites écoles d'Anglais qui conduisent leurs élèves jusqu'à ces classes exclusivement, après quoi ils doivent s'adresser ailleurs. Le Frère Directeur a dû refuser plus d'une centaine de demandes. Le nombre total des élèves du collège est de 600.
    L'Ecole du Saint Esprit (Religieuses canadiennes de l'Immaculée Conception) a repris ses cours le 6 septembre. Deux jours après quatre nouvelles Soeurs arrivaient du Canada à Canton pour renforcer le personnel de cette florissante école.
    La retraite des élèves du Petit Séminaire s'est terminée le 2 octobre. Une douzaine de nouveaux élèves ont été admis, ce qui porte leur nombre à 56.
    Depuis quelque temps nous jouissons d'un calme au moins relatif. Les manifestations bruyantes se répètent assez fréquemment, mais elles ont pour but principal de célébrer les succès des troupes cantonaises sur les armées du nord. Leur victoire complète assurera le bonheur de la Chine en supprimant les trois obstacles qui l'entravent, à savoir : le militarisme, l'impérialisme des étrangers et les traités inégaux. Le mot d'ordre est donc: Pas de repos tant que ce triple résultat ne sera pas obtenu.

    VINH (Tonkin)

    Nouvelle église.

    J'ai d'abord été occupé à la construction d'une nouvelle église dans une chrétienté de 400 âmes. La charpente était à peine dressée (car ici on monte la charpente sur des colonnes en bois de fer avant de faire la maçonnerie) qu'une tornade passa et renversa tout. D'où surcroît de dépenses et perte de temps. Heureusement on est arrivé à réparer les dégâts assez promptement, et maintenant l'église est de nouveau debout, couverte en tuiles, la maçonnerie presque terminée.
    J'ai ensuite été occupé par le Jubilé. Pour que les chrétiens puissent plus facilement gagner l'indulgence, je vais dans chaque paroisse avec 3 ou 4 prêtres indigènes, prêchant, confessant pendant environ une semaine, et comme il y a 9 paroisses dans mon district, cela fait 9 semaines consacrées aux exercices du Jubilé.
    Je profite donc du premier moment libre pour vous envoyer ces quelques lignes et vous dire que je suis toujours en bonne santé et que tout va bien. J'ai été moins éprouvé par la chaleur que les années précédentes. (Lettre du P. L. Klingler, 23 septembre 1926.)

    QUINHON (Annam)

    Prise d'habit d'Amantes de la Croix.

    Le 14 septembre, Mgr Grangeon, entouré d'une quinzaine de prêtres, a présidé, dans la chapelle des « Amantes de la Croix » à Gothi, la cérémonie de vêture de 17 postulantes, prémices de la Congrégation à la formation de laquelle se dévouent depuis trois ans les Soeurs de Saint-Paul de Chartres.
    Après une belle exhortation du P. Sion sur le renoncement et l'union à Dieu, la nombreuse assistance entendit avec émotion ces jeunes filles, vêtues de beaux habits de soie avec une couronne de roses blanches sur la tête, répondre à l'interrogatoire de l'Evêque, et, avec plus d'émotion encore, les vit rentrer dans la chapelle habillées d'une longue robe noire, coiffées d'un voile noir, un crucifix sur la poitrine.
    Après la messe, célébrée par Monseigneur, eut lieu la bénédiction de la nouvelle maison de la communauté. La fête se termina, le soir, par un salut solennel.

    SAIGON (Cochinchine)

    Ordination.

    Le 18 septembre, Mgr Dumortier a ordonné trois prêtres, quatre sous-diacres, dix minorés, et huit tonsurés.

    BANGKOK

    Visite du Gouverneur de l'Indochine aux établissements catholiques.

    Le 25 août arrivait au Siam M. le Gouverneur général Varenne, accompagné des Résidents supérieurs du Cambodge, du Laos, et de l'Annam. Hôte du roi de Siam, il fut reçu, ainsi que sa suite, avec tous les honneurs protocolaires. Délégué par le Gouvernement français pour signer une convention relative à des délimitations territoriales entre l'Indochine et le Siam, et pour resserrer les liens d'amitié entre la France et le Siam, il a ponctuellement accompli sa mission. Ses discours, nombreux et pondérés, ont laissé dans les milieux tant européens que siamois une favorable impression.
    Les principaux établissements de la mission catholique : collège de l'Assomption, hôpital Saint-Louis et couvent Saint-Joseph reçurent sa visite. Dans le discours qu'il prononça devant les 2.000 élèves du collège de l'Assomption, il manifesta sa satisfaction de voir les magnifiques résultats obtenus par les Frères de Saint Gabriel, ajoutant que ce résultat ne pouvait être obtenu que grâce au dévouement de religieux qui connaissent et savent inculquer des principes de pédagogie chrétienne à leurs élèves. En terminant, M. Varenne ne cacha point à Mgr Perros la profonde impression que lui laissait cette triple visite, et le pria de transmettre aux Frères de Saint Gabriel et aux Religieuses de Saint-Paul de Chartres ses félicitations les plus sincères.
    Durant la visite faite à Mgr Perros, le Gouverneur général remit lui-même les insignes d'Officier de l'Ordre Impérial du Dragon d'Annam au P. Chorin, procureur de la mission, et quelques minutes plus tard, il décorait du même Ordre et du même grade, devant les élèves, le Frère Martin de Tours, Directeur principal des Frères de Saint Gabriel, dont les 25 ans de labeur scolaire au Siam ont bien mérité cette distinction.

    1927/268-273
    268-273
    France et Asie
    1927
    Aucune image