Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des Missions 2

Nouvelles générales des Missions
Add this








    Nouvelles générales des Missions







    Depuis longtemps nous n'avions pas eu de nouvelles de nos confrères du Japon, une brève lettre de Mgr Chambon, ancien archevêque de Tokio est venue enfin combler cette lacune. Par elle, nous avons appris la nomination du P. Delbos comme curé de la cathédrale de Yokohama où il remplace le P. Lebost ; tous les missionnaires du diocèse vont bien, mais le P. Billing, fatigué par l'âge, a du se retirer à l'évêché. Mgr Chambon s'apprêtait à déménager encore une fois en juillet, les terrains sur lesquels il habitait depuis sa démission devenant la propriété de la marine d'État.



    A Osaka, le P. Fage, ancien vicaire général, a été nommé récemment supérieur des missionnaires de la Société des M.E.P. du diocèse. Le P. Charron (76 ans) venait d'entrer à l'hôpital. A la procure, le P. Unterwald a succédé au P. Durécu, qui est allé prêter ses services aux oeuvres de charité du P. Flaujac. Mgr Taguchi, successeur japonais de Mgr Castanier, gouverne avec zèle et beaucoup d'intelligence ; les confrères sont contents de son administration.



    De Chine, toujours peu de nouvelles religieuses. Un télégramme de Pakhoi arrivé en octobre nous a confirmé que Mgr Deswazière a effectivement été légèrement blessé par une bombe en février, mais il précise qu'il n'y eut heureusement aucun dégât à l'évêché, contrairement à ce qu'ont annoncé les Echos Missionnaires dans le dernier fascicule. Le P. Querry s'est rendu à Saigon pour rendre service à notre Mission de Cochinchine. Tous les missionnaires du Vicariat allaient bien depuis la mort du P. Rossillon.



    Par ailleurs, de Swatow, Mgr Vogel mentionnait en juin l'état de santé du P. Rey comme donnant de graves inquiétudes ; son grand âge (77 ans) ne laisse guère d'espoir que le cher Père puisse se rétablir.



    Enfin, par une voie indirecte, nous venons d'apprendre que Mgr Albouy, évêque de Nanning, a été opéré de la maladie de la pierre à Hanoi. Nous espérons que l'arrêt momentané de l'activité apostolique du vénéré prélat n'aura pas eu de conséquences fâcheuses et qu'aujourd'hui le Vicariat de Nanning a retrouvé son chef.



    Une bonne nouvelle a été transmise de Rome concernant les missions d'Annam. Le P. Marcel Piquet, provicaire de Quinhon, vient d'être nommé Vicaire apostolique de cette même mission en remplacement de Mgr Tardieu, décédé il y a un an. Le nouvel évêque a 55 ans. Originaire de Paris, il est depuis 1912 missionnaires en Indochine et il n'est jamais revenu en France. Nous souhaitons à Mgr Piquet un long et fructueux épiscopat.



    Une autre nouvelle, arrivée dernièrement du Tonkin, est venue jeter une note triste sur la précédente : Mgr Vandaele, évêque de Hunghoa, est mort le 21 novembre à Son-tay des suites d'une tumeur au foie. Originaire lui aussi de Paris, il avait été sacré en 1936.



    De Birmanie et des Indes, nous n'avons reçu que la mention de plusieurs décès de confrères, et encore ne donne-t-elle ni la date ni le lieu de ces décès. Il s'agit des PP. Bouffanais, dont les dames de l'OEuvre des Partants ont apprécié le dévouement il y a quelques années, Saint-Guily, provicaire a Rangoon, Maye et Calmon pour la Birmanie, des PP. Bonnefond et Capelle pour les Indes, et du P. Duvelle pour la Malaisie.







    ***







    A Rome, les PP. Michotte et Michel vont bien. Depuis le 15 octobre le P. Sauveur Candau leur tient compagnie ; en pleine convalescence, il avait obtenu un passeport pour se rendre de Genève, où il était hospitalisé, en Italie ; le Saint Père l'a reçu en audience particulière et a exprimé le désir qu'il demeure à Rome assez longtemps.



    Le personnel de notre séminaire de la rue du Bac a eu la douleur de perdre dernièrement le bon P. Lefèvre. Très éprouvé depuis un an par une vieillesse précoce, notre confrère était parti pour le sanatorium de Montbeton le 25 octobre, conduit par le P. Gérard ; le voyage s'était passé sans grande fatigue et les jours suivants avaient été aussi satisfaisants que possible, mais une crise d'artériosclérose l'a emporté après quelques heures d'agonie dans la nuit du 9 au 10 octobre.



    Revenons maintenant en arrière pour signaler une journée peut-être unique dans les annales de la Société des Missions Etrangères de Paris. Le 18 juillet eut lieu, dans l'église du Sacré Coeur de Cholet (Maine-et-Loire), une messe solennelle célébrée simultanément, face à l'assistance, par sept jeunes missionnaires du diocèse d'Angers ordonnés cette année, les PP. Boudaud, Chaillou, Challet, Collet, Juigner, Nicolas et Ouvrard : journée toute sacerdotale qui attira beaucoup de fidèles. Le sermon fut donné par le P. Dedeban. Le soir, à la sortie d'une conférence missionnaire, s'organisa une procession conduite par plus de 80 enfants de choeur et un nombreux clergé. En résumé, belle et réconfortante journée qui, espérons-le, aura été l'occasion de salutaires réflexions pour les catholiques des environs de Cholet et sera peut-être l'occasion de nouvelles vocations apostoliques dans le beau pays d'Anjou.



    La rentrée d'automne s'est effectuée normalement le 1er octobre au séminaire de la rue du Bac. Dès le surlendemain, jour de la fête de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, patronne des missions, s'ouvrait la retraite de la communauté prêchée par M. l'abbé Jacquot, prêtre du diocèse de Besançon où il remplit la charge de sous-directeur de l'enseignement libre ; ses intéressantes causeries, riches de doctrine et très convaincantes, mirent en lumière les beautés du sacerdoce et de l'apostolat missionnaire, aussi furent-elles tout à fait appréciées des aspirants. Le 9 octobre, la retraite se clôtura par l'ordination d'un jeune prêtre, M. Barthoulot.



    Cette rentrée a été, vu les événements actuels, relativement assez nombreuse, les aspirants étant environ une centaine. A la prière pour les prisonniers, ceux-ci joignent maintenant celle pour les autres absents, les travailleurs que leur âge a empêchés de rejoindre la maison aimée du 128 de la rue du Bac.



    A Beaupréau et Ménil-Flin, après une période de flottement, les rentrées ont pu se faire également, mais avec un peu de retard. Notre établissement de Meurthe-et-Moselle a failli être réquisitionné, cependant jusqu'ici la situation reste normale malgré la menace qui persiste encore. A Beaupréau, une innovation vient d'être tentée, l'ouvertude d'une classe de sixième pour 14 enfants de la région ouest ; ceux-ci n'auraient pu en effet se rendre à l'autre extrémité de la France pour commencer leurs études en vue du sacerdoce et des missions.







    J. C.









    1943/379-382
    379-382
    1943
    Aucune image