Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des Missions Thibet : Troubles. Tout le pays à l'est de Tatsienlou est en révolution. Un lama de la lamaserie de Pakio, près de Monkong, s'est proclamé empereur sous le nom de Tongtche, a mis en fuite le chef indigène, et s'est emparé de la sous-préfecture de Foupien.
Add this
    Nouvelles des Missions
    Thibet : Troubles. Tout le pays à l'est de Tatsienlou est en révolution. Un lama de la lamaserie de Pakio, près de Monkong, s'est proclamé empereur sous le nom de Tongtche, a mis en fuite le chef indigène, et s'est emparé de la sous-préfecture de Foupien.
    Des soldats yunnannais ont été envoyés contre les révoltés, mais ils ont du rebrousser chemin et n'ont pu arrêter l'ennemi un instant, qu'en détruisant le pont de Kiaso. Les révoltés réussirent à passer le Takin, à 20 lis en aval, et s'emparèrent de Tanpahien, après avoir mis en fuite les troupes yunnannaises. Tatsienlou serait menacé.
    L'ordre a été donné par les révoltés de piller et de tuer les chrétiens ; ceux-ci ont dû tout abandonner et s'enfuir (15 juin 1917).

    Setchoan oriental : Ecoles. Les écoles de garçons et les écoles de filles, établies sur un si bon pied par le regretter P. Perrier, à Kiuhien, et qui ont continué à prospérer sous la direction du P. Ferraton, ont obtenu la reconnaissance officielle.

    Kientchang : Les Protestants. Au Kientchang, des prédicateurs indigènes protestants croient faire oeuvre méritoire en excitant leurs nouveaux adeptes contre les catholiques, et en leur donnant un appui inconsidéré auprès de leurs amis des mandarinats. Le résultat de ce zèle intempestif s'est déjà fait sentir à Tiétsiangtsen, où la chapelle et la résidence catholiques ont été pillées par ces soi-disant convertis ; des désordres plus graves sont à craindre, si ce nouveau genre d'apostolat continue.

    LES VOYAGES APOSTOLIQUES... FUTURS

    Lord Montagu, dans une conférence, a déclaré qu'il était à peu près certain que d'ici dix ans la « malle anglaise » serait transportée en aéroplane, et qu'un service de passagers serait également établi entre Bombay et Londres. Par bateau, la distance de Bombay à Londres est de 6.000 milles. En aéroplane, elle serait seulement de 3.600 milles.
    Par ce nouveau moyen de communication, le chemin le plus court serait naturellement de passer par la Russie, et le trajet, avec la vitesse des avions modernes, pourrait se faire en 36 heures. Pour le service des passagers, 1.200 milles pourraient être parcourus chaque jour, avec un repos de 14 heures sur 24, en voyageant 10 heures par jour et à 120 milles à l'heure.
    Il serait donc possible de faire le voyage de Peshavar (Hindoustan) à Londres en 59 heures. Les passagers pourraient coucher la première nuit à Gurieff, sur les bords de la mer Caspienne, et la seconde nuit à Tarnopol (Galicie). Le troisième jour ils seraient à Londres. Il y aurait un arrêt d'une heure par jour, de midi à une heure, pour le déjeuner.
    On sait que l'aéroplane russe géant Sigorsky, à quatre moteurs, fait 80 milles à l'heure et peut transporter 16 personnes. Si 10 aéroplanes pouvaient partir chaque jour, ils seraient capables de transporter 140 passagers, avec un pilote et un aide-pilote. Le voyage coûterait environ 1.000 fr.

    1917/253-254
    253-254
    France et Asie
    1917
    Aucune image