Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions TAIKOU (Corée). « Le nombre des adultes baptisés cette année à Taikou dépasse la centaine, et celui des enfants de païens ondoyés à l'article de la mort est de 267. J'ai eu 1400 confessions annuelles, et 40 mille communions. Ce dernier chiffre vous prouvera la ferveur de nos néophytes. Le séminaire ne laisse rien à désirer ; la maison des Soeurs sera bientôt achevée. Il ne restera plus que l'agrandissement de la cathédrale devenue trop étroite pour abriter tous nos chrétiens ». (Lettre de M. A. Robert)
Add this
    Nouvelles des missions

    TAIKOU (Corée). « Le nombre des adultes baptisés cette année à Taikou dépasse la centaine, et celui des enfants de païens ondoyés à l'article de la mort est de 267. J'ai eu 1400 confessions annuelles, et 40 mille communions. Ce dernier chiffre vous prouvera la ferveur de nos néophytes.
    Le séminaire ne laisse rien à désirer ; la maison des Soeurs sera bientôt achevée. Il ne restera plus que l'agrandissement de la cathédrale devenue trop étroite pour abriter tous nos chrétiens ». (Lettre de M. A. Robert)

    SÉOUL (Corée). « J'ai eu cette année une centaine de baptêmes d'adultes. L'année dernière, j'en comptais 160. Mais nous avons eu au Kanto des inondations qui ont fait des dégâts incalculables. Bon nombre de familles ont été ruinées. Nos catéchumènes ont été empêchés par le malheur d'étudier la religion avec autant de soin qu'à l'ordinaire ». (Lettre de M. Curlier)

    KUMBAKONAM. « Mon église n'était, il y a quelques mois qu'une masure ; aujourd'hui, grâce à des âmes généreuses d'Europe, la voilà presque toute neuve. Le toit a été refait, les portes et les fenêtres réparées. Le parquet est en béton et chaux, et dans le choeur il est en ciment. J'ai placé une table de communion. L'autel a été l'objet de tous mes soins, il repose sur deux petites colonnes si bien polies qu'on les prendrait pour du marbre ; le retable est surmonté de deux gradins Au-dessus du choeur, pour cacher les poutres et le toit, car il n'y a pas de voûte, j'ai posé une sorte de baldaquin formé d'une natte tissée avec l'écorce d'un bois très solide et très fin ». (Lettre de M. Ligeon)

    KOUY-TCHEOU. « Notre séminaire devient prospère autant que le permet en ce moment notre pauvreté. Dix de mes élèves doivent cette année aller au séminaire chinois de Kouy-yang, et si l'oeuvre continue nous aurons tous les trois un nombre égal de jeunes gens bien préparés qui iront les rejoindre. Espérons que le bon Dieu fera des apôtres de leur race qui occupe une bonne moitié de la province ». (Lettre de M. Williatte.)

    1915/79-80
    79-80
    France et Asie
    1915
    Aucune image