Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions Cochinchine Occidentale. État de la mission au 1er septembre 1908. 1° ORIGINE, ETENDUE ET POPULATION.
Add this

    Nouvelles des missions

    Cochinchine Occidentale. État de la mission au 1er septembre 1908.

    1° ORIGINE, ETENDUE ET POPULATION.

    L'érection du Vicariat Apostolique de la COCHINCHINE OCCIDENTALE remonte à l'année 1844. A cette époque la Mission comprenait les six provinces de la COCHINCHINE, le CAMBODGE 1 et une partie du LAOS ; le personnel de la Mission se composait d'un Vicaire Apostolique, de 3 missionnaires et de 16 prêtres indigènes. Pas d'église, pas de presbytère, pas d'école : la persécution avait tout renversé. Actuellement le Vicariat comprend, avec la ville de Saigon, les arrondissements de Ba Ria, Ben Tre, Bien Hoa, Cho Lon, Gia Dinh, Go Cong, My Tho, Tan An, Tay Ninh, Thu Dau Mot, Tra Vinh, Vinh Long, 3 cantons de l'arrondissement de Can Tho, 4 de l'arrondissement de Sa Dec, 1 de l'arrondissement de Long Xuyen, une partie du canton de An Phuoc (arrondissement de Chau Doc), l'île de Poulo Condore et la province de Phan Thiet (Binh Thuan)2.

    1. En 1852, le Saint-Siège détacha du territoire de la Mission de la Cochinchine Occidentale les provinces du Cambodge et du Laos, qui formèrent un nouveau Vicariat. Enfin en 1868, les provinces de Chau Doc et de Ha Tien furent rattachées à l'a Mission du Cambodge.

    2. Par Décret de la S. C. de la Propagande, à la date du 1er juillet 1907, a été annexée à la Mission de Cochinchine Occidentale la province civile de Phan Thiet, depuis la pointe de Khe Ga jusqu'aux villages de Ninh Thuan et de Ca Na exclusivement (à quelques kilomètres Sud-Ouest du Cap Padaran). Population : 50.000 ; chrétiens : 2.991.

    La population chrétienne, d'après les chiffres du compte-rendu, est de 66.163, et la population totale du Vicariat est de 2.000.000 environ.

    2° DIVISION ECCLÉSIASTIQUE.

    La Mission est divisée en 19 districts. Le district est la réunion d'un nombre plus ou moins grand de chrétientés soumises pour l'ordinaire à la direction d'un seul missionnaire.

    3° PERSONNEL.

    1 Vicaire Apostolique,

    55 Missionnaires français,

    78 Prêtres indigènes,

    39 Grands Séminaristes (dont 3 diacres et sous-diacres, et 28 minorés et tonsurés),

    55 Petits Séminaristes,

    30 Catéchistes en activité de service,

    27 Élèves catéchistes.

    CONGRÉGATIONS RELIGIEUSES.

    Hommes :

    34 Frères des Écoles chrétiennes.

    Femmes :

    36 Carmélites, dont 32 indigènes,

    66 Religieuses françaises de Saint-Paul de Chartres,

    185 Religieuses annamites de Saint-Paul de Chartres,

    367 Religieuses annamites dites « Amantes de la Croix ».

    4° AIDES DES MISSIONNAIRES DANS LES DISTRICTS.

    Pour les aider dans l'oeuvre de l'évangélisation, les Missionnaires ont des :

    a) Catéchistes. 1° Les élèves de théologie du Grand Séminaire sont divisés en deux groupes, dont l'un fait office de catéchiste pendant les 6 premiers mois de l'année, et l'autre pendant les 6 derniers mois de la même année ; 2° Des catéchistes formés spécialement à Cai Nhum pour l'instruction des catéchumènes.

    b) Instituteurs et institutrices. 93 instituteurs et 194 institutrices.

    c) Religieuses de Saint-Paul de Chartres, qui occupent 16 postes dans l'intérieur.

    d) Religieuses annamites (Amantes de la Croix). Elles dirigent les écoles, baptisent les enfants moribonds, instruisent les catéchumènes, prennent soin de la propreté des églises, etc.

    5° OEUVRES D'INSTRUCTION ET DE CHARITÉ.

    a) Un Séminaire à Saigon avec 21 élèves en théologie, 18 en philosophie et 55 dans les cours de littérature et de grammaire.

    b) Une Imprimerie à Tan Dinh pour ouvrages religieux.

    c) Une école de Catéchistes à Cai Nhum, avec 10 profès et 17 aspirants.

    d) L'Institution Taberd à Saigon, avec 455 élèves.

    e) Une école de sourds-muets à Gia Dinh pour les garçons, et une à Lai Thieu pour les filles : 50 élèves.

    f) Une école à My Tho, dirigée par les Frères des Écoles Chrétiennes : 120 élèves.

    g) Un orphelinat et un hôpital à Cai Mong, dirigés par des Religieuses annamites (Amantes de la Croix).

    h) 155 écoles primaires entretenues par les chrétientés et comptant 7.498 élèves.

    6° RELIGIEUSES DE SAINT-PAUL DE CHARTRES.

    a) Un noviciat à Saigon avec 65 novices et postulantes.

    b) Deux pensionnats pour les jeunes filles, avec 111 élèves.

    c) Deux refuges, avec 114 personnes.

    d) Dix hôpitaux et un dispensaire, avec 5.412 malades entrés dans l'année, et 779 présents.

    e) Une léproserie à Cu Lao Rong (My Tho) : 293 lépreux.

    f) Douze orphelinats avec 2844 enfants entrés dans l'année, et 620 présents.

    g) Dix crèches où 1940 enfants de païens ont reçu le baptême.

    h) Neuf écoles avec 1050 élèves externes.

    ETAT COMPARATIF DE LA MISSION.

    Années. Chrétiens. Années. Chrétiens.

    1844 23.000 1885 55.000

    1855 27.000 1895 60.200

    1865 33.000 1908 66.163

    1875 43.500

    Thibet. Nouvelles générales de la mission. Etat du district de Cha-pa. La mission du Thibet semble vouloir sortir de ses langes et tous les confrères de l'intérieur espèrent dans l'avenir. Actuellement ils sont pour la plupart occupés à reconstruire les ruines matérielles et morales amoncelées par la persécution. Si Dieu nous accorde la paix, la mission fera un pas en avant. Tous les jours, devant la résidence, sur la route impériale de Pékin à Lhassa, passent des bandes de soldats suivis de convois de provisions. Le grand homme Tchao, ancien vice-roi du Su-tchuen, doit arriver ces jours ci et se diriger, après un mois de repos à Ta-tsien-lou, sur le pays de Batang. On dit même qu'il a ordre de pousser jusqu'à Lhassa. Qui sait s'il ne nous ouvrira pas, ce faisant, la porte du royaume lamaïque, et ne nous permettra pas de reconquérir nos droits sur le berceau de la mission : la vallée de Bonga ?? Ce qui paraît plus certain, c'est qu'il va supprimer, autant que possible, tous ces roitelets thibétains et petits chefs de territoire qui gouvernent encore le pays à côté de l'administration chinoise, pour affirmer les droits de la Chine et chinoiser (ce qui est pour eux civiliser) tout le pays qui s'étend d'ici à Batang. Déjà nous avons obtenu des résultats : le roitelet thibétain de Ta-tsien-lou qui défendait impitoyablement à ses sujets de nous vendre un terrain en ville et nous condamnait à assiéger la porte du Nord et celle du Sud, vient, pour avoir un ami et protecteur en la personne de l'évêque, de nous céder le terrain que nous demandions. L'année prochaine, Monseigneur y fera construire sa cathédrale avec la résidence du curé. En même temps nous avons acquis un terrain tout près de l'évêché, et dès maintenant les ouvriers jettent la base d'un dispensaire ouvroir, etc., etc...

    Dans mon district de Cha-pa, les chrétiens sont disséminés à travers les montagnes à une distance de deux à trois jours de marche. Ils appartiennent pour la plupart à de vieilles familles chrétiennes venues dans ces parages pour fuir les persécutions qui sévirent jadis au Su-tchuen. Ces vieux chrétiens et ceux qui leur peuvent être assimilés sont au nombre de 400 d'après les registres du poste. Quant à ceux que nous désignons sous le nom de nouveaux chrétiens, ils peuvent être au nombre de quelques centaines.

    La résidence de Cha-pa n'est pas comme constructions un chef-d'oeuvre d'architecture ; elle comprend, avec une vieille ferme qui fut d'abord l'habitation du missionnaire et qui est maintenant occupée par une douzaine de vieillards, la maison du missionnaire, l'école des filles et une salle réservée afin d'être durant l'hiver le siège de l'Université pour jeunes gens. Actuellement, je talonne mon monde pour qu'ils m'envoient leurs enfants l'hiver prochain. Je compte sur une trentaine. Quant à l'école des filles, Monseigneur a l'intention d'y annexer le noviciat des jeunes filles qui se vouent à la virginité et à l'enseignement. Je deviens donc par le fait directeur de religieuses ; qui l'eût dit? Actuellement je passe mes journées à préparer l'explication du catéchisme, afin de ne pas me trouver pris au dépourvu à la rentrée des classes et de pouvoir expliquer chaque jour, durant une heure, à mon jeune auditoire, aussi clairement que possible, le symbole de notre croyance, les commandements de Dieu et de l'Eglise, les Sacrements.

    L'hiver prochain j'aurai à m'occuper de la construction d'un hôpital afin de loger nos vieux d'une façon plus convenable ; cette construction terminée, ce qui vu la difficulté de trouver des matériaux, ne demandera pas moins d'une année, j'aurai à m'occuper de la construction d'une chapelle. Jusqu'à présent nous ne pouvons conserver le Saint-Sacrement ; une pièce de l'hôpital actuel sert de chapelle (Lettre de M. Goré, missionnaire apostolique au Thibet, Cha-pa, octobre 1907).

    Kouy-tcheou. Statistique du Séminaire. Depuis l'origine de la Mission on a reçu au petit Séminaire 236 élèves ; sur ce nombre, 25 élèves s'y trouvent encore ; sur les 211 autres, 72 sont entrés au grand Séminaire. Sur ces 72, 8 s'y trouvent encore ; sur les 64 restants, 23 ont été ordonnés prêtres. De plus, 5 sont morts au petit Séminaire dans le cours de leurs études et 12 (y compris les deux futurs Bienheureux) 1 au grand Séminaire.

    Dans ces chiffres ne sont pas compris les élèves entrés au Séminaire probatoire. (Lettre de M. Fayet. Séminaire de Kouy-yang, 16 février 1907).

    1. Ces deux futurs Bienheureux sont Joseph Tchang et Paul Tchen.




    1909/98-102
    98-102
    France et Asie
    1909
    Aucune image