Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nous vivons

NOUS VIVONS Des bienfaiteurs, des parents de missionnaires, des anciens abonnés de notre petite revue, nous ont écrit, demandant comment fonctionne le Séminaire des Missions Etrangères depuis la démobilisation et, comme conséquence, s'il y aura bientôt de nouveaux départs pour les pays de mission. A tous, nous avons répondu : NOUS VIVONS !
Add this

    NOUS VIVONS

    Des bienfaiteurs, des parents de missionnaires, des anciens abonnés de notre petite revue, nous ont écrit, demandant comment fonctionne le Séminaire des Missions Etrangères depuis la démobilisation et, comme conséquence, s'il y aura bientôt de nouveaux départs pour les pays de mission.

    A tous, nous avons répondu : NOUS VIVONS !

    Les Echos Missionnaires d'Extrême-Orient, notre publication de ce mois de juillet 1941, vont donner d'amples détails à tant d'âmes généreuses qui s'intéressent à nous : nos bienfaiteurs apprendront ainsi, s'ils ne le savent pas encore, que non seulement notre Séminaire des Missions Etrangères a repris vie, mais que, vu les circonstances, il a même été florissant pendant cette année 1940-1941. Ils liront également avec intérêt les quelques nouvelles qui ont pu nous parvenir des missions : elles aussi vivent, et si quelques-unes sont arrêtées dans leut développement, il en est d'autres qui, malgré les difficultés inhérentes à la situation politique, continuent leur marche en avant. Peut-être seront-ils émus plus spécialement à la lecture des souffrances endurées par ceux des nôtres qui ont ajouté leur nom au martyrologe déjà long de notre Société missionnaire, ils se souviendront que le sang versé pour la cause du Christ est une semence non seulement de chrétiens, mais encore de vocations apostoliques.
    Nous essaierons de publier de temps à autre quelques pages du genre de ces Echos Missionnaires, parce que nous voulons continuer à faire connaître et aimer nos missions, nos oeuvres de mission et nos missionnaires. Ce sera en même temps une occasion de faire vivre nos bienfaiteurs de la vie de nos établissements de formation, en leur narrant quelques épisodes de nos maisons de Beaupréau et de Ménil-Flin, où étudient nos postulants, comme de nos deux séminaires des Missions Etrangères, où sont éprouvées les vocations de nos grands jeunes gens de Bièvres et de la Rue du Bac.
    L'avenir est à Dieu ! Chaque jour, en récitant l'Oraison dominicale, nous Lui demandons que son règne arrive : faisons donc confiance à la divine Providence. Nous souffrons quelque peu, nous expions les fautes passées, nous aurons encore à souffrir et à expier ; l'amour que nous portons aux missions peut nous aider à supporter plus facilement ces souffrances si nous songeons quelquefois à celles, certainement bien plus pénibles, que ressentent les missionnaires au milieu des infidèles de la brousse ou des grandes villes des pays de mission : là-bas aussi, c'est la guerre, en Chine elle dure depuis 1937, et ses répercussions sur le peuple sont semblables à celles de nos pays d'Europe, or la plupart du temps nos chers missionnaires n'ont pas les ressources nécessaires pour aider ceux qui les entourent ; les ont-ils même toujours pour subvenir à leurs propres besoins ? Dans les circonstances actuelles où le marché des changes est inexistant à peu près partout, il est bien permis d'en douter. Et cependant ils tiennent, et ils tiendront jusqu'au bout. Ils savent en effet que finalement ce sont des milliers, peut-être des millions d'âmes païennes qui seront rachetées par le sacrifice pour être incorporées ensuite à l'Église catholique.
    Prions pour que cette heure sonne bientôt.

    Joseph CUENOT,
    Missionnaire apostolique
    1941/3-4
    3-4
    France
    1941
    Aucune image