Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Notre recrutement

Notre recrutement Lettre d'une mère Nous la dédions à toutes les mères de nos futurs aspirants. MON PÈRE,
Add this
    Notre recrutement

    Lettre d'une mère

    Nous la dédions à toutes les mères de nos futurs aspirants.

    MON PÈRE,

    Je voulais vous écrire tous ces temps-ci pour vous dire que le départ de notre Henri s'est parfaitement passé. Cet enfant a vrai ment fait son sacrifice avec toute sa générosité, et nous l'avons vu calme, souriant, causant jusqu'à la dernière minute. Par moments j'ai bien remarqué certains regards, certains silences qui disaient assez que son coeur n'était pas insensible, mais il fallait un coeur de maman pour voir cela et les autres n'ont rien remarqué. Dieu l'a aidé ; Dieu nous a tous beaucoup soutenus, à tel point qu'il me semblait sentir votre prière près de notre chère sainte de Lisieux, mon Père. Quelle délicatesse du bon Dieu d'avoir choisi juste ce moment pour emmener Henri dans ce premier grand pas de sa belle vocation ! Et depuis, les nouvelles sont si bonnes que je ne puis arrêter de remercier le bon Dieu d'avoir tout conduit ainsi, et d'aider le sacrifice de ce grand adolescent. Vous allez le trouver encore grandi depuis cet été; il semble du reste bien supporter cette grosse croissance jusqu'ici... il est vrai qu'Henri ne se plaint jamais... il faut qu'il tombe. Mais j'ai entière confiance du reste que vous n'aurez pas d'ennuis de ce côté. On sent qu'il est si bien là où Dieu le voulait, que cette paix morale sera énorme, même pour sa santé physique. Son Père ne fait que répéter : « Ce serait à recommencer, je ferais de même ; je n'ai aucun regret de l'avoir laissé partir... Le Père Dépierre en avait bien eu l'intuition dès le début... » Et mon Pére, comme me le disait encore le P. Glantenay, qui a connu mon mari de tous temps, l'autre jour : « Cela c'est peut-être une des plus sûres et des plus grandes grâces de la vocation d'Henri que cette décision et ce calme de son père ». La deuxième est certainement l'influence morale produite sur son frère aîné à la veille de son départ aux Sénégalais; la révélation de la nouvelle orientation de la vocation de son frère a été pour lui une lumière, et il pense déjà qu'un jour peut-être il pourrait seconder le missionnaire en IndoChine ou ailleurs si Dieu les réunissait dans quelque dix ans. C'est beau et bien doux au coeur des mères de voir ces grands garçons faire des rêves pour le beau, pour le grand idéal ! Il me semble que plus que jamais j'ai besoin de prier pour que Dieu en fasse des saints ; et je compte tellement sur vos prières, mon Père, pour que tous soient bien à Dieu comme Il voudra et là où Il voudra. Recommandez bien à sainte Thérèse de L, avant de partir, ceux qui sont au foyer, et ceux que Dieu peut encore envoyer. Que tous deviennent des saints pour aller retrouver les deux petits anges qui sont déjà là-haut !

    1929/274-275
    274-275
    France
    1929
    Aucune image