Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Notre Dame des aspirants

VARIÉTÉS Notre Dame des aspirants
Add this
    VARIÉTÉS

    Notre Dame des aspirants

    C'est dans les bois de Meudon, à quelques pas du carrefour des Fonds de la Chapelle. Prenez la route du Cordon du' Haut; après l'avoir suivie une cinquantaine de mètres, vous apercevez à main droite des pierres énormes, que les aspirants traînèrent jadis à. force de bras et dressèrent là, en dolmens, comme pour servir de piédestal à Notre-Dame. Un petit sentier vous mène au pied du chêne, le plus beau de la forêt, dit-on. Voyez : à l'enfourchure, la niche contenant la statue de la Vierge; au-dessous l'inscription : « Notre-Dame des Aspirants, priez pour nous et les missionnaires »; une guirlande de bruyères, renouvelée chaque année pour la fête de [l'Assomption, se balance aux branches de l'arbre; au pied, quelques bouquets déposés là par une ' main pieuse.
    La statue est bien petite; « mais, dit le chroniqueur de Notre-Daine, elle s'est faite toute petite pour échapper aux atteintes des mécréants, et elle s'est cachée dans les plus hautes branches. On dirait qu'elle eut un instant l'idée de quitter la terre, et qu'une pensée d'amour l'arrêta en chemin! » Autrefois Notre-Dame des Aspirants était vénérée aux bois de Verrières; mais elle dut changer sa demeure pour échapper aux attentats sacrilèges dont elle avait été plusieurs fois l'objet.
    Au temps des vacances, les aspirants-missionnaires vont, neuf jours de suite, prier au pied du chêne et chanter le cantique ci-après, composé pour cette neuvaine par l'un d'entre eux, aujourd'hui missionnaire au Japon. Ils ne sont pas les seuls pèlerins de Notre-Dame. Les touristes vont visiter la Vierge-aux-Pierres, c'est le nom qu'ils lui donnent et lui murmurent une prière; les pauvres femmes qui font la cueillette du bois mort, ne passent point sans dire : « Je vous salue, Marie » ; on y rencontra même un jour des dames protestantes. « Les pauvres! dit un aspirant, elles n'aiment pas notre bonne] Mère. » Parole naïvement gracieuse qui rappelle cette pensée du chroniqueur : « Marie est notre bonne Mère elle sait que les missionnaires ont dit un éternel adieu à leurs mères d'ici bais; que deviendront-ils, si Elle n'est point là pour les ranimer et leur sourire ? »

    LA PRIÈRE POUR TOUS
    Près du vieux chêne où tu règnes, Marie,
    Tes Aspirants courent pleins de bonheur.
    Descends du ciel vers nous, Mère chérie;
    Descends du ciel et mets-nous dans ton cur.

    REFRAIN :
    Des Aspirants aimable et tendre Mère,
    Vois tes enfants qui sont à tes genoux;
    Reçois nos voeux, entends notre prière :
    Nous t'invoquons, Mère, protège-nous!

    Mère, bientôt les aînés seront prêtres,
    D'autres feront un serment éternel :
    Dis-leur à tous que le meilleur des maîtres,
    C'est ton Jésus immolé sur l'autel.

    Quand vogueront vers 'un lointain rivage,
    Tes chers Partants, messagers de Jésus ;
    Arme-les tous 'de force et de courage,
    Et donne-leur tes sublimes vertus.

    Protège aussi ceux qui sont dans l'arène,
    En Orient, ils luttent pour la foi.
    Reste toujours leur seule souveraine',
    Comme Jésus est leur unique roi.

    Sur nos soldats qui loin du Séminaire,
    Doivent sans nous travailler et souffrir,
    Marie, étends une aile tutélaire,
    Défends-les tous: n'en laisse point périr.

    Jette un regard, douce Vierge Marie,
    Sur ces amis qui bientôt vont venir ;
    Sèche leurs pleurs et que ta main bénie
    Soit dans leurs mains prête à les soutenir.

    A nos parents du beau pays de France,
    A nos amis qui pleurent désolés,
    Donne la force et la sainte espérance
    De retrouver au ciel les exilés.

    Garde longtemps ceux qui passent leur vie
    A nous former aux luttes à venir;
    Éclaire-les dans leurs travaux, Marie,
    Ils peuvent tout, .si tu veux les bénir.

    Quand nous serons au séjour de la gloire,
    Comme à présent nous nous réunirons :
    Et tous ensemble en faisant oratoire,
    Sans voile, enfin, Mère, nous 'te verrons.

    ERRATUM

    Dans le numéro de mars-avril, page 58, ligne 35, article « Le Séminaire des Missions-Étrangères », on nous fait dire des pilastres qui ornent le fronton de notre chapelle, qu'ils sont d'ordre conique. Nos lecteurs ont sans doute déjà corrigé ce mot impropre et l'auront remplacé par celui de ionique, qui est le terme juste.
    1898/119-122
    119-122
    France
    1898
    Aucune image