Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nos morts missionnaires

Nos morts missionnaires M. Jean-Baptiste BLANCHETON, né à Saint-Just de Baffle (Puy-de-Dôme) le 2 février 1869, missionnaire en Cochinchine septentrionale en 1894, mort dans sa mission le 15 septembre 1897. M. Jean-Romain TAILHAN, né à Livron (Basses-Pyrénées) le 18 novembre 1845, missionnaire au Su-tchuen méridional en 1871, mort à Hong-Kong le 22 septembre 1897. M. Mathurin GUÉGO, né à Lanfains (Côtes-du-Nord) le 12 mai 1843, missionnaire à Siam en 1867, mort dans sa mission le 1e'' octobre 1897.
Add this
    Nos morts missionnaires

    M. Jean-Baptiste BLANCHETON, né à Saint-Just de Baffle (Puy-de-Dôme) le 2 février 1869, missionnaire en Cochinchine septentrionale en 1894, mort dans sa mission le 15 septembre 1897.

    M. Jean-Romain TAILHAN, né à Livron (Basses-Pyrénées) le 18 novembre 1845, missionnaire au Su-tchuen méridional en 1871, mort à Hong-Kong le 22 septembre 1897.

    M. Mathurin GUÉGO, né à Lanfains (Côtes-du-Nord) le 12 mai 1843, missionnaire à Siam en 1867, mort dans sa mission le 1e'' octobre 1897.

    M. Joseph NOIRJEAN, né à Longwy (Moselle) le 5 mai 1843, missionnaire en Mandchourie en 1868, mort au Sanatorium, des Missions Etrangères, à Montbeton, le Io octobre 1897.

    M. Julien-Marie CHOTARD, né à Beuvron (Loire-Inférieure) le Ier octobre 1853, missionnaire au Haut Tonkin en 1892, mort dans sa mission le 3 novembre 1897.

    M. Alphonse MISNER, né à Wittenheim (Haut-Rhin) le 16 décembre 1844, missionnaire au Cambodge en 1872, mort au Sanatorium de Montbeton le 24 décembre 1897.

    ASSOCIÉS

    MESSE POUR LES DÉFUNTS

    Nous avions dit dans notre dernier Bulletin de l'OEuvre des Partants, qu'à partir du Ier janvier 1898 le troisième vendredi de chaque mois, une messe serait célébrée par le directeur de l'avre pour tous les défunts dont on nous aurait fait parvenir les noms en l'accompagnant d'une offrande aussi minime qu'on le jugerait à propos ou que les moyens le permettraient.

    Nous avons déjà commencé, avant même la date fixée, et le troisième vendredi du mois de décembre, le saint sacrifice a été célébré pour les défunts chers à nos associés.

    Mlle Amélie PLAYOUST.

    Mme Maddy FORTIN.

    M. l'abbé LOVENBRUCK, tout jeune prêtre de vingt-six ans, qui a vécu et est mort en saint.

    Mme Joséphine FERRÉE.

    M. l'abbé GARRAIT.

    Mme Reine GARRAIT.

    Mme Agathe GROGNE.

    M. l'abbé Nicolas DOYEN, curé de Marange-Zondrange, très dévoué à l'OEuvre.

    Mme LE GROUTEC.

    Mme Léon PONS.

    Mme DURAND.

    Mme Louis ARTUS.

    Mlle Emilia DUBAIL.

    Mlle L. MERCIEII, très dévouée à l'OEuvre.

    Mme de MOLANDÉ, dont la mort a été celle d'une sainte. Son dévouement à l'OEuvre, aux missions, aura ajouté bien des fleurs à sa couronne.

    M. Salomé RITTER.

    Mme de VILLENEUVE.

    Soeur Marie Saint-Joseph DouvIER.

    M. Maurice RUEZ.

    Mme ACHARD.

    Mme MANOURY.

    M. Jules GUYART.

    Comtesse de WALL.

    M. l'abbé BoTHERON, archiprêtre de Couches les Miness. Mer GERMAIN, évêque de Coutances.

    Mgr BECEL, évêque de Vannes.

    Mlle Germaine d'ANTIN DE VAILLAC. En 1889, mourait Germaine d'ANTIN DE VAILLAC, la fille de la présidente de notre OEuvre à Toulouse, la petite-tille de notre présidente générale; en 1896, mourait Marie d'ANTIN DE VAILLAC, la sur de l'enfant morte sept ans plus tôt, elle avait vingt ans...

    Une autre Germaine avait succédé à la première, elle allait atteindre le même âge, cinq ans; elle est morte le 7 novembre. « Mes deux Germaine au ciel ».

    En huit ans, c'est le troisième cercueil couvert de roses blanches qui sort. du vieil hôtel d'Antin.

    Dieu a passé, il passe toujours sur les calvaires, cette fois mystérieux dans ses voies, insondable dans ses volontés.

    A contempler certaines vies de dévouement et d'abnégation, on croirait qu'elles doivent être une protection infaillible contre la douleur, une rançon assez riche pour payer la joie de garder près de soi les êtres aimés.

    Espoir de notre pauvre cur humain;

    Mon Dieu, votre arrêt courbe jusqu'à terre ceux que nous aimons, mais nous savons qu'ils adorent votre main clans ses coups les plus rudes.

    Nous ne dirons pas à cette mère, à ce père, à ces frères et surs, à cette aïeule que nous - avons prié pour eux, ils le savent ; nous leur demandons de prier pour nous; le malheur consacre par certain côté ceux qu'il touche, et les consacrés ont plus que d'autres le devoir de prier ; en leur prière, notre foi est plus grande.

    Mme BEAUMONT.

    M. l'abbé Louis LEFORT, de Hayange, au nom de qui a été remise une cotisation perpétuelle.

    Mlle JOUANAUD.

    M. Louis MAUX.
    1898/12-13
    12-13
    France
    1898
    Aucune image