Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Morts au Champ d'Honneur 3

Morts au Champ d'Honneur Nous venons d'apprendre la mort de deux des nôtres, tués à l'ennemi : M. BRÉCHET et M. GUILLOT. M. Bréchet, Isidore Pierre, un de nos aspirants, né le 18 octobre 1891 à La Fau-de-Payre (Lozère) ; il était minoré.
Add this
    Morts au Champ d'Honneur

    Nous venons d'apprendre la mort de deux des nôtres, tués à l'ennemi : M. BRÉCHET et M. GUILLOT.
    M. Bréchet, Isidore Pierre, un de nos aspirants, né le 18 octobre 1891 à La Fau-de-Payre (Lozère) ; il était minoré.
    M. Guillot, Joseph Jacques, naquit le 12 septembre 1887 à Viuz-Faverges (commune de Faverges) dans la Haute-Savoie. Prêtre le 12 mars 1910, il partit le 11 mai suivant pour la Corée, où il travailla de tout son coeur. Le vénérable curé de sa paroisse natale, M. l'abbé Duperrier nous a transmis une lettre de l'aumônier de son régiment nous donnant sur sa mort les détails suivants :
    « Le P. Guillot a été frappé par un obus, à la dernière heure de notre séjour dans le secteur de, au moment où il rejoignait sa compagnie qui l'avait devancé. Pour aller plus vite, il quitta la tranchée ; un obus vint éclater près de lui, le tuant et blessant l'un de ses camarades.
    « Les deux brancardiers, restés sains, emportèrent le blessé et laissèrent le P. Guillot sur le terrain. Le lendemain soir, à la nuit, je suis parti à sa recherche, avec une équipe de brancardiers. J'ai fouillé les tranchées, les abords, jusqu'à proximité des lignes ennemies. Pendant plusieurs heures, à découvert, je l'ai cherché aux endroits indiqués par ses camarades ; je n'ai pu le trouver, j'ai dû partir sans ensevelir sa dépouille mortelle. Mais j'ai passé la consigne aux troupes qui nous remplaçaient et j'ai signalé le fait à Messieurs les aumôniers. Peut-être, depuis trois semaines bientôt que le fait s'est passé, a-t-il été retrouvé. Le régiment en avisera sa famille ».
    A ces lignes M. l'abbé Duperrier ajouta :
    « Je crois que le corps du cher défunt a été retrouvé et enseveli ; car des camarades du pays ont écrit qu'ils avaient assisté à sa sépulture, en même temps qu'à celle d'un autre de leurs compatriotes ».
    Nous avons donné précédemment, p. 159, le texte de la citation à l'ordre du jour qui comporte l'attribution de la croix de guerre envoyée à la famille.
    Un missionnaire du diocèse de Malacca, M. NAIN, qui était caporal infirmier, est mort au service, à Vichy (Allier). M. Nain, parti pour les missions en 1894, a beaucoup et bien travaillé, soit dans la ville même de Singapore, soit dans la province de Wellesley ; en particulier, il a construit plusieurs très beaux pensionnats et écoles. Il était né à Farges-lès-Mâcon (Saône-et-Loire) le 5 mai 1870.

    1916/162-163
    162-163
    France
    1916
    Aucune image