Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Monseigneur touchet et les aspirants missionnaires.

VARIÉTÉS Monseigneur touchet et les aspirants missionnaires Ferrières-Gàtinais possède le pèlerinage le plus ancien et le plus fréquenté du diocèse d'Orléans : Notre-Dame de Bethléem. On en fait remonter l'origine jusqu'à saint Savinien.
Add this
    VARIÉTÉS

    Monseigneur touchet et les aspirants missionnaires

    Ferrières-Gàtinais possède le pèlerinage le plus ancien et le plus fréquenté du diocèse d'Orléans : Notre-Dame de Bethléem. On en fait remonter l'origine jusqu'à saint Savinien.

    « Une nuit de Noël, pendant que l'on procédait à la consécration d'un petit oratoire en l'honneur de la Mère de Dieu, une vive lumière remplit tout à coup le sanctuaire ; la sainte Vierge apparaît, portant l'enfant Jésus clans ses bras, accompagnée de saint Joseph ; et les Anges, s'associant à cette glorieuse apparition, entonnent comme autrefois le Gloria in excelsis Deo. Et Savinien, saisi d'un saint effroi, s'écrie : C'est vraiment ici Bethléem! »

    Ce nom est resté au sanctuaire.

    Or, le 6 septembre dernier, a eu lieu le couronnement de la Madone vénérée dans cette église.

    Nos aspirants de la communauté de Bièvres passent leurs vacances dans ce lieu privilégié. Ils étaient donc là pour la fête, et ils ont mis à la préparer tout leur coeur d'enfants de la Reine dés apôtres et des martyrs.

    Les cérémonies du couronnement ont eu un éclat magnifique. Notre intention n'est pas d'en faire le récit. Nous voulons seulement consigner ici les belles et touchantes paroles que, dans la circonstance, Mgr Touchet a prononcées à l'adresse des aspirants missionnaires.

    La statue de la Vierge couronnée avait été portée triomphalement dans les rues de Ferrières; la procession étai! Rentrée dans le sanctuaire. En ce moment, Mgr l'évêque d'Orléans prend la parole.

    « Je ne veux pas, dit Sa Grandeur, que cette inoubliable, journée finisse sans laisser échapper un mot et un cri!

    « Le mot, le mot impérieux qui nie monte du coeur aux lèvres, le mot dont je trouve les deux syllabes trop courtes à mon gré présentement, c'est celui de : Merci. »
    1898/276
    276
    France
    1898
    Aucune image