Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Missionnaire apostolique du Thibet

Lettre de M. Vignal Missionnaire apostolique du Thibet. Ta-ly, 17 août 1905.
Add this

    Lettre de M. Vignal

    Missionnaire apostolique du Thibet.

    Ta-ly, 17 août 1905.

    Vous aviez su par le P.Bourdonnec que nous avions échappés providentiellement à la persécution des lamas de Bathang qui, après avoir tué les PP. Mussot et Soulié, voulaient venir en secret à Yerkalo pour nous saisir et nous massacrer. Grâce à Dieu, nous avons connu leurs mauvais projets assez à temps pour fuir. J'avais fait partir les PP. Bourdonnec et Villesèche ; moi, je restai encore un jour pour avoir des nouvelles plus sûres que celles que nous venions d'apprendre. J'en eus et je partis à minuit le samedi 8 avril. Le lendemain, j'arrivais à une de nos stations où m'attendaient les deux Pères. Je leur dis de partir le lendemain, que moi j'allais attendre ici pour savoir ce qui se passerait à Yerkalo. Deux chrétiens, qui me suivaient dans la fuite, sont retournés sur Yerkalo sans que je leur aie rien dit. A deux heures de route de Yerkalo, ils rencontrent un païen, rencontre providentielle, qui leur dit de ne pas aller plus loin, qu'ils seront pris. Qu'y a-t-il donc ? Les lamas sont-ils venus? Non, mais hier à minuit est arrivé un écrit des révoltés de Bathang, ordonnant au peuple d'empêcher les Pères de fuir, de les saisir et de les poursuivre s'ils avaient fui. Ces paroles suffisent à nos gens pour les faire revenir rapidement sur leur pas. Ils firent bien, car s'ils avaient fait une heure de plus de route, ils seraient tombés entre les mains des persécuteurs, et moi aussi, et j'étais massacré.
    Le soir, ils arrivent près de moi et me disent qu'il faut partir rapidement, etc... Je les écoute, nous partons aussitôt. J'ai su plus tard que deux heures après Mon départ de cet endroit, les persécuteurs y arrivaient. Nous marchons toute la nuit ; le matin, à 3 heures, j'arrivais au village où couchaient les Pères, nous déjeunons ensemble et nous partons pour Tse-kou, où nous arrivons sains et saufs, à la grande surprise des PP. Dubernard et Th. Monbeig.
    Tse-kou, nous sommes restés ensemble pendant deux mois. Nous avons eu plusieurs alertes d'abord, mais nous en avons été quittes pour la peur.
    Je suis parti pour Ta-ly le 20 juin. Je devais partir bien avant, mais le bon Dieu a disposé les choses de telle façon que je n'ai pu m'éloigner qu'à cette époque il a voulu me sauver encore une fois la vie.
    Le 25 juillet, je repartis pour Tse-kou ; le septième jour de route, un jour avant d'arriver à Ouy-sy, je rencontre tout à coup le P.E.Monbeig qui venait à Ta-ly. Je lui demandai ce qu'il y avait : il me dit que Tse-kou était brûlé, les PP. Dubernard et Bourdonnec massacrés, que la station de Lou-tse-kiang où se trouvaient les PP. Genestier et Th. Monbeig devait être attaqué le même jour que Tse-kou.
    Nous avons appris ici, il y a trois jours, que le poste de Loutse-kiang n'avait pas été attaqué. Quand nous saurons plus de détails sur la mort des PP. Dubernard et Bourdonnec, nous vous les ferons parvenir. Plusieurs chrétiens qui accompagnaient les Pères ont été massacrés avec eux. Une trentaine d'autres ont été saisis et emmenés enchaînés, seront-ils tués ? Je n'en sais rien.

    Autre lettre de M.Vignal

    Ta-ly, août 1905.

    Malgré une assez importante armée chinoise, montée à Atentse dès le début pour contenir les lamas, ceux-ci ont réussi à opérer le blocus de cette ville (grâce surtout à l'incurie des mandarins) et sont tombés à l'improviste sur la belle chrétienté de Tse-kou. MM. Dubernard et Bourdonnec s'y trouvaient ainsi qu'un Anglais botaniste. Après une chasse de trois ou quatre jours, les deux Pères ont été saisis en des lieux différents ; l'Anglais a réussi à s'évader à travers les montagnes, et nous apprenons aujourd'hui qu'il est arrivé à Ouy-sy. M.Bourdonnec a été massacré, sa tête et son coeur emportés, dit-on.
    Je ne vous ai pas donné de dates sur ces tristes événements : Tse-kou a été assailli le 20 juillet, M.Bourdonnec massacré le 22 et M.Dubernard saisi et emmené le 26 du même mois.

    1906/7-8
    7-8
    Chine
    1906
    Aucune image