Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Martyrs Annamites 1

Martyrs Annamites Le B. Emmanuel Trieu Prêtre de la mission de Cochinchine, le B. E. Trieu fut pendant quarante jours enfermé dans une étroite prison, trois fois soumis à une rude flagellation, chargé de fers et d'une cangue très lourde. Condamné à être décapité, il fut exécuté près de Huê, le 17 septembre 1798. Star le lieu du supplice, il pria longuement. A midi précis, le mandarin s'approcha du prêtre et lui dit respectueusement: « Maître, l'heure est venue. » Aussitôt le martyr présenta sa tête au bourreau qui la trancha. Le B. Jean Dat
Add this
    Martyrs Annamites
    Le B. Emmanuel Trieu
    Prêtre de la mission de Cochinchine, le B. E. Trieu fut pendant quarante jours enfermé dans une étroite prison, trois fois soumis à une rude flagellation, chargé de fers et d'une cangue très lourde. Condamné à être décapité, il fut exécuté près de Huê, le 17 septembre 1798. Star le lieu du supplice, il pria longuement. A midi précis, le mandarin s'approcha du prêtre et lui dit respectueusement: « Maître, l'heure est venue. » Aussitôt le martyr présenta sa tête au bourreau qui la trancha.
    Le B. Jean Dat
    Le B. Jean Dat était prêtre du Tonkin occidental. Sa mort fut touchante. Les chrétiens, réunis en assez grand nombre, se prosternèrent devant le martyr, et celui-ci, tranquillement assis, les exhorta à demeurer fermes dans la foi, à n'adorer que le vrai Dieu, à observer toutes les pratiques de leur religion malgré les édits du roi. Il se recueillit ensuite profondément. Au même instant le bourreau le frappa d'un coup de sabre, et la tête du P. Jean Dat roula sur le sol. C'était le 28 octobre 1798.
    Le B. Pierre Tuy
    Fils d'une des premières familles de la chrétienté de Banh-so, dans la province de Hanoï, le P. Pierre Tuy, prêtre de la mission du Tonkin occidental, fit une grande partie de ses études au séminaire de Ke-vinh.
    Après son élévation au sacerdoce, il fut successivement vicaire de Dong-thanh, de Chan-loc, et curé de Nam-duong.
    Il était plein de zèle, d'une grande piété, doux envers tout le monde; la haine seule de la religion chrétienne lui valut d'être une des premières victimes de la persécution ordonnée par le roi Minh-Mang.
    Ne crains-tu pas la mort? lui demanda son juge.
    Je ne la crains pas, répondit-il, et quelle qu'elle soit, peu m'importe; tout le monde doit mourir, que l'on meure doucement dans son lit, que l'on soit dévoré par les tigres ou par les poissons, percé de lances, décapité, coupé en morceaux, il faut toujours mourir.
    La sentence qui le condamna à mort fut libellée en ces termes: « Tuy a déclaré être prêtre et enseigner au peuple la religion catholique, il doit être décapité... »
    Le confesseur fut exécuté le 11 octobre 1833.
    Le B. Paul Doi-Buong
    Fils et petit-fils de mandarins, Paul Buong était capitaine dans la garde royale. Le roi Minh-Mang ayant appris qu'il était chrétien, le fit emprisonner; le confesseur subit de nombreux interrogatoires. A chaque séance, le juge lui demandait:
    Veux-tu abandonner la religion?
    Non, disait-il, mon Dieu a créé le ciel et la terre et tout ce qu'ils contiennent, je l'ai toujours adoré; comment pourrais-je maintenant l'abandonner? Après quinze mois d'emprisonnement, il fut décapité à Tho-duc, près de Huê, le 23 octobre 1833.
    Le B. André Trong
    André Trong, de la mission de Cochinchine, avait été enrôlé dans la compagnie des tisseurs de soie du roi.
    Le gouverneur ayant fait arrêter tous les soldats chrétiens, voulut les obliger à l'apostasie. André refusa et fut décapité le 28 novembre 1835.
    (A suivre).

    1900/245-246
    245-246
    Vietnam
    1900
    Aucune image