Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

L'unité primitive du genre humain et la semaine

VARIÉTÉS L'unité primitive du genre humain et la semaine
Add this
    VARIÉTÉS

    L'unité primitive du genre humain et la semaine

    Une collection de calendriers Japonais remontant à l'année 1792 m'est venue entre les mains et je l'ai étudiée avec attention. Notre année 1792 correspondait presque toute entière à la quatrième année de Père Kwansei, celle de mon premier calendrier. Le premier jour du premier mois de la quatrième année Kwansei correspondait au mardi 24 janvier 1792 ; le second mois commençait le mercredi, 22 février, parce que le premier mois n'avait que 29 jours, et un second mois intercalaire commençait le vendredi, 23 mars, parce que le second mois Japonais avait 30 jours et que l'année 1792 était bissextile.
    Or, en lisant la colonne qui précède le premier jour de chaque mois dans ce calendrier, je fus surpris de lire le nom de Kwayo la planète Mars pour le premier mois ; de Suiyo, la planète Mercure pour le second mois ; de Kinyo la planète Vénus pour le second mois intercalaire. Il n'y avait pas de doute possible ; l'auteur du calendrier connaissait notre semaine bien que cette période ne fût pas en usage dans l'ancien Japon, et qu'il la mentionnât seulement au premier jour du mois.
    D'où tenait-il cette connaissance ? De la Chine, qui fait entrer, elle aussi, la semaine dans son calendrier. Mais depuis quelle époque ? Les Mémoires sur les Chinois disent à ce sujet : (Vol. IX, note 37, page 381. Edition de 1783). « Il en est fait mention dans l'Y King : Vous viendrez honorer de sept jours en sept jours ». Et les annales de Szema tsien (un siècle ou deux avant N. S.) racontent que l'Empereur offrait un sacrifice à la suprême unité, Tai-y, tous les « sept jours »...
    « Les Néophytes éloignés qui ne peuvent avoir le calendrier des missionnaires se servent aisément de celui de l'empire pour connaître le dimanche et les autres jours de la semaine ».
    Donc, au Japon et en Chine surtout, la semaine est connue depuis de longs siècles et l'ordre des jours y est le même qu'en Europe. Pour expliquer ce fait, je ne crois pas qu'on puisse l'attribuer à un emprunt fait autrefois par les Chinois aux peuples d'Occident, pas plus que je ne pense possible un emprunt fait par Moïse aux Chinois. D'autre part la composition de la semaine n'est-elle pas trop artificielle pour qu'on puisse supposer qu'elle a été imaginée à la fois indépendamment dans les deux hémisphères ? Voici, en effet, la raison de l'ordre dans lequel se suivent les noms des jours de la semaine.
    Les anciens connaissaient les sept planètes les plus voisines de la terre considérée comme centre, et ils divisaient le jour en vingt-quatre heures. La plus haute des planètes, c'est à dire la plus éloignée, était pour eux Saturne, le plus ancien des dieux ; puis venaient Jupiter, Mars, le Soleil (au lieu de la terre), Vénus, Mercure, et enfin notre satellite, la Lune. Tel est l'ordre réel des planètes comme le concevaient les anciens. J'inscris ici un diagramme au moyen duquel on verra comment ils répartissaient les sept planètes entre les vingt-quatre heures.

    Saturne Jupiter Mars Soleil Vénus Mercure Lune
    1 2 3 4 5 6 7
    22 23 24 1 2 3 4
    22 23 24 1

    On voit que Saturne préside à la 1re heure, Jupiter à la 2e, Mars à la 3e... la Lune à la 7e, et de nouveau Saturne à la 8e, Jupiter à la 9e etc., toutes ont une heure à tour de rôle jusqu'à Mars qui se trouve à la fin présider à la 24e. La 24e heure de samedi étant attribuée à Mars, c'est le Soleil qui préside à la 1re heure du second jour, et la Lune qui arrive à présider à la 1re heure du troisième jour. Le même dispositif conduit à Mars, puis à Mercure, à Jupiter et enfin à Vénus après laquelle recommence Saturne, etc. Les anciens nommèrent chacun des jours de la semaine du nom de la planète qui présidait à la première heure de ce jour 1.
    La semaine est mentionnée au premier chapitre de la Genèse et dans l'Exode il est écrit : « Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabbat ». Il faut remarquer que le législateur des Hébreux a mis au septième rang le jour de Saturne que les Chaldéens avaient mis au premier, et qu'il l'a consacré au seul vrai Dieu.

    1. Dict. des Antiquités Chrétiennes de Martigny, article Semaine.

    Non seulement l'ordre des jours de la semaine est le même dans les calendriers des deux hémisphères, mais encore le synchronisme en est parfait : il n'y a pas transposition même d'un seul jour. Comment expliquer ce fait, s'il n'y a pas eu d'emprunt dans les temps historiques? Faut-il remonter aux temps préhistoriques, au berceau de l'humanité avant les migrations des peuples à l'Est et à l'Ouest? Au temps où les hommes étaient encore si peu nombreux que la Mésopotamie, par exemple, ou la Syrie, suffisait à les nourrir ? Puis au cours des années les hommes se multiplièrent et durent s'expatrier pour trouver de quoi vivre soit à l'Occident, soit à l'Orient. Avec leurs armes et leurs industries ils emportèrent aussi les connaissances astronomiques et autres qu'ils avaient acquises au foyer paternel ou aux pieds d'un commun maître. Ils se souvinrent après s'être éloignés du pays natal de la division du temps en années, en mois et en semaines. Mais il faut des observations et des calculs pour les années et les mois : de là la grande variété de systèmes, qui a prévalu chez les divers peuples dans la computation de ces deux périodes. La semaine, au contraire, n'exige ni observation astronomique, ni calcul d'aucune sorte pour ceux qui l'ont une fois adoptée ; la période est courte et les noms des jours faciles à retenir. Alors devons-nous en conclure qu'elle est un témoin de l'unité d'origine du genre humain ?
    SALMON.

    1909/103-105
    103-105
    France
    1909
    Aucune image