Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lettre de Corée

Lettre de Corée Les fastes de l'Eglise de Corée conserveront le souvenir du mois de septembre 1931 ; c'est en effet durant ce mois que vient d'être tenu son premier Concile régional couronné par les fêtes du premier centenaire de cette Eglise.
Add this
    Lettre de Corée
    Les fastes de l'Eglise de Corée conserveront le souvenir du mois de septembre 1931 ; c'est en effet durant ce mois que vient d'être tenu son premier Concile régional couronné par les fêtes du premier centenaire de cette Eglise.
    S. E. Mgr MOONEY, Délégué Apostolique venant directement de Tokio, est arrivé à Séoul le vendredi 2 septembre à 7 heures du soir. A sa descente du train, S. E. qui était depuis Taikou accompagnée par Mgr DEMANGE et les trois pères de cette mission venant au Concile, fut saluée par les évêques, préfets apostoliques et tous les missionnaires et prêtres indigènes présents à Séoul . Un mandataire de S. E. le Gouverneur Général, le Consul de France...étaient aussi venus lui souhaiter la bienvenue. Les journaux ont estimé à 3.000 le nombre des chrétiens massés dans la cour de la gare et qui s'inclinèrent respectueusement au passage du représentant du Pape.
    Les délibérations d'un Concile étant matière réservée au Saint Siège, nous ne donnerons ici que ce qui, dans les fêtes de Séoul, peut intéresser nos lecteurs.
    Dimanche 13 septembre, messe pontificale du Saint Esprit, célébrée par Mgr le Délégué. Après l'évangile S. E. fit en latin le discours de circonstance interprété ensuite en coréen par Mgr LARRIBEAU. A l'issue de la messe, avant la bénédiction, lecture des décrets promulguant le Concile. Puis chant des Litanies et du Veni Creator : ensuite tous les membres du Concile, après la Profession de Foi lue par le Président, agenouillés sur les marches de l'autel, ont promis et juré de garder parfaitement le silence conciliaire.
    Le 22 septembre, le service funèbre prescrit par le Pontifical pour les Ordinaires de la région décédés fut célébré solennellement par Mgr MUTEL ; Mgr DEMANGE fit en latin, selon le Rite, le panégyrique des sept illustres défunts ; illustres, trois (NN. SS. Imbert, Berneux, Daveluy) ne scellèrent-ils pas de leur sang le témoignage de leur prédication ? Et des quatre autres (NN. SS. Brugière, Ferréol, Ridel, Blanc) ne peut-on pas dire en toute vérité: martyrio non defuisse, licet persecutor non fuderit sanguinem : ils n'out pas manqué au martyre, bien que le persécuteur n'ait pas versé leur sang ?
    Le 21 septembre, 41e anniversaire du Sacre de Mgr MOTEL, fut une de ces agréables diversions recommandées par le poète (omme tulit punctum qui miscuit utile dulci) et le surlendemain la fête annuelle des écoles de la paroisse donna aux membres du Concile une autre occasion, durant une heure, de se détendre l'esprit.
    Le samedi 26, clôture du Concile, fête de nos martyrs ; célébration du centenaire.
    L'après-midi était spécialement réservé à la commémoraison du centenaire. La vaste cour à l'est de la cathédrale et la terrasse qui la domine avaient été magnifiquement ornées, pour nous le plus bel ornement était bien la foule immense de chrétiens de tout âge et de toute condition, frémissante de joie et la belle assemblée des invités payens, protestants paraissant ne faire vraiment qu'un seul coeur avec nous.
    Après le cantique du centenaire chanté par un millier d'enfants, un prêtre indigène lut un exposé historique de ce premier siècle de l'Eglise en Corée, puis S. E. le Délégué apostolique prit la parole pour exalter au nom de l'Eglise Universelle les héroïques ouvriers de l'oeuvre du Christ en Corée, louant aussi ces nobles lettrés coréens qui sans attendre la venu des missionnaires dans leur contrée, sont allés eux-mêmes à la recherche de la vraie religion, fait unique dans les Annales de l'Eglise, et tout à l'honneur de ce pays. S. E. insista sur la catholicité de l'Eglise et finit par des voeux pour l'avenir. Le Gouverneur de la province, et le Préfet de la ville avaient envoyé des adresses de congratulation qui furent lues par leurs représentants officiels, puis d'autres discours au nom de la Presse coréenne, de diverses associations, etc. Comme intermèdes, des groupes de fillettes mettaient la note gaie par leurs gracieuses évolutions, leurs rondes, leurs chants.

    Mgr MUTEL dit le mot de la fin en un chaleureux merci !
    Alors un notable coréen, pasteur protestant, d'un point dominant l'assemblée fit trois fois acclamer l'église catholique de Corée... Et la foule s'écoula lentement se dirigeant vers l'orphelinat où étaient exposés différents documents, livres, objets religieux se rapportant aux premières années de l'Eglise en Corée.
    Cette journée s'acheva par la Vénération des reliques de nos Martyrs et la Bénédiction solennelle du Très Saint-Sacrement.
    Le soir à 8 heures la grande salle de la Chambre de Commerce réunit plus de 2.000 personnes venues pour entendre des conférences sur l'Eglise catholique et le lendemain Mgr DEMANGE qui avait été le principal orateur de la première réunion, s'adressa en français dans le hall du Keijo-Nippo à une assemblée de 3 à 400 Japonais et Coréens, universitaires et étudiants, discours interprété en Japonais par le P. ARVIN de la mission de Fukuoka.
    Une quarantaine de notables coréens, appartenant à diverses associations protestantes, bouddhistes ou sans religion définie, et représentant la Presse, le Commerce, l'Industrie, nous firent l'agréable surprise de vouloir fêter eux aussi le centenaire de l'Eglise catholique en Corée. A cet effet, ces Messieurs invitèrent S. E. le Délégué apostolique, les évêques et quelques missionnaires à un grand dîner purement coréen, dans un des plus fastueux restaurants de la ville. Inutile d'ajouter que la réception fut empreinte de sympathie et de respectueuse cordialité.

    P. VILLEMOT.

    1931/243-244
    243-244
    Corée du Sud
    1931
    Aucune image