Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les recommandations du pape aux missionnaires

Les recommandations du pape aux missionnaires
Add this
    Les recommandations du pape aux missionnaires

    Le vendredi, 6 décembre, le saint Père a reçu en audience spéciale les procureurs généraux et les délégués des Ordres et Congrégations religieux qui ont des oeuvres missionnaires. Ils étaient en tout environ 80 religieux, représentant toutes les nations et tous les Ordres Missionnaires qui militent dans l'Eglise catholique. Ils ont été reçus dans la salle du Consistoire, et présentés au saint Père par S. E. le Cardinal Van Rossum, Préfet de la S. Congrégation de la Propagande. Après avoir accompagné Sa Sainteté dans le tour qu'Elle fit de la salle en passant en revue tous les assistants, et lui avoir présenté chacun d'eux en lui disant quelle mission il représentait, le Cardinal lut un bref discours dans lequel il exprima au nom de tous, les souhaits les plus ardents pour le jubilé de l'auguste pontife.
    Le saint Père répondit par un discours dans lequel, après avoir fait les plus grands éloges de l'apostolat missionnaire et avoir dit que cette audience pouvait bien être appelée la plus belle de toute l'année jubilaire, parce qu'elle comprenait les représentants de l'Apostolat de l'Eglise catholique dans sa forme la plus large et la plus active, il dit qu'il saisissait volontiers cette occasion de faire des déclarations sur quelques questions d'importance vitale pour le bien des Missions. Sa Sainteté tenait cependant à préciser de suite que ces recommandations étaient faites non pas tant parce qu'il y avait à cela une vraie nécessité que parce qu'elles correspondaient aux pensées qui lui venaient habituellement toutes les fois qu'il pensait aux missions et qu'il lisait les rapports qui traitaient de leur développement. Pourtant le saint Père estimait ne pas devoir laisser passer une circonstance aussi solennelle que cette audience sans exprimer pleinement ses sentiments.
    Ces recommandations étaient au nombre de trois et Lui, le Pape, les trouvait toutes également d'un grand intérêt.
    La première recommandation était que les Missions ne devaient en aucune manière faire du nationalisme, mais seulement du catholicisme, de l'apostolat. Elles devaient servir les âmes, et seulement les âmes. Le nationalisme a toujours été pour les Missions un fléau, bien plus, il n'est pas exagéré de l'appeler une malédiction.
    En tous les missionnaires, bien plus en tous ceux qui d'une manière quelconque s'occupent d'apostolat, du dernier prêtre jusqu'au pape, le nationalisme encore qu'il ait semblé parfois produire quelque avantage, a fini avec le temps par n'apporter que préjudice.
    La seconde recommandation est que les Missions et les Missionnaires doivent s'occuper surtout et uniquement des choses de Dieu, parce que comme dit l'Apôtre, personne de ceux qui militent pour Dieu ne doit s'immiscer dans les affaires du siècle. Sur ce point le saint Père n'ajoutait pas grande chose, parce qu'il avait la confiance que ses auditeurs comprendraient bien sa pensée, en leur citant le proverbe italien : « A buon intenditor poche parole ». (Intelligenti pauca). Il confirmait ce qu'il avait dit en rappelant cette parole évangélique que « Personne ne peut servir deux maîtres, car s'il aime l'un, nécessairement il doit haïr l'autre ».
    Enfin la troisième recommandation était que les Missions, les oeuvres Missionnaires, les Missionnaires doivent avoir toujours présente cette pensée qui fut la suprême pensée, la suprême recommandation, la suprême prière de Jésus à son Père, avant d'achever sa vie sur la terre, à savoir, l'union. Plus encore qu'une simple recommandation, Jésus en fait précisément une prière à son Père, comme pour marquer que cet esprit d'union est vraiment un don de Dieu. On dit encore communément que l'union faite la force et que la force provenant de l'union conduit à la victoire. Le saint Père recommandait donc avec toute sa plus paternelle insistance que toutes les Missions et tous les Missionnaires aient toujours en vue l'union des pensées, l'union des coeurs, l'union des volontés, afin que cette union des sentiments puisse produire cette union des oeuvres dans laquelle réside le secret de tout succès.
    Avec ces recommandations, le saint Père donna à ses auditeurs, avec grande affection, la Bénédiction apostolique, salué, comme à Son entrée dans la salle, par les plus enthousiastes applaudissements de tous les assistants.

    Agence Fides.

    1930/39-40
    39-40
    France
    1930
    Aucune image