Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les Chrétiens Tonkinois en France

ANNALES DE LA Société des Missions Étrangères SOMMAIRE
Add this
    ANNALES

    DE LA

    Société des Missions Étrangères

    SOMMAIRE

    MARTYRS. DÉCRET POUR L'INTRODUCTION DE LA CAUSE DE 46 MARTYRS. Tonkin occidental : LES CHRÉTIENS ANNAMITES EN FRANCE, lettre de Mgr Gendreau. Nagasaki : LES AMÉRICAINS A NAGASAKI, lettre de Mgr Combaz. UN PRÊTRE JAPONAIS, LE P. ARAYA, lettre de Mgr Berlioz. Pondichéry : UN PRÉDESTINÉ, lettre de M. Monchalin. LE BRIGANDAGE AU KOUANGTONG DEPUIS LA RÉVOLUTION DE 1911, par M. Fabre. MIRACLE OBTENU PAR L'INTERCESSION DU BIENHEUREUX A. TCHAO. Tonkin occidental : RAPPORT DE M. Dronet : PRISON ET CERCLE CATHOLIQUE. Birmanie septentrionale : Lettre de M. Lafon. Cochinchine Septentrionale CONFESSEURS DE LA FOI DE 1848 à 1862 (Suite). SONNET D'ESPÉRANCE, Te Deum et De Profundis, par M. E. Maillard. Du FRONT : CITATIONS. BIBLIOGRAPHIE : La Société des Missions Etrangères.
    Gravures : DÉCAPITATION DE CHINOIS. TÊTES DE DÉCAPITÉS SUSPENDUES DANS LES CAMPAGNES. FANFARE DES CATHOLIQUES A HANOI.

    MARTYRS
    DÉCRET D'INTRODUCTION DE LA CAUSE DE 46 MARTYRS

    Le 13 novembre 1918, a été signé par Sa Sainteté le Pape Benoît XV, le Décret d'Introduction de la Cause de 46 martyrs appartenant à la Société des Missions Étrangères et à ses missions.
    Parmi eux, il y a :
    2 évêques Français, décapités en Corée en 1866
    7 missionnaires

    17 chrétiens Coréens, martyrisés en 1866 et 1867.

    4 prêtres
    2 séminaristes
    5 catéchistes ou dignitaires de paroisse Annamites martyrisés de 1860 à 1862
    2 religieuses
    7 chrétiens ou chrétiennes

    Nous avons donné sur chacun d'eux quelques détails bio graphiques dans nos Annales n° 100, juillet août 1914, p. 182.

    JANVIER FÉVRIER 1919. N° 125.

    Dans le prochain numéro, nous publierons la traduction du Décret.
    Dès maintenant, nous faisons remarquer que ce Décret aurait, il y a quelques années, permis de donner aux martyrs le titre de Vénérable.
    Il n'en est plus ainsi. Il faut, pour le titre de Vénérable, un nouveau Décret qui est signé lorsque la Cause est presque entièrement terminée.
    Fin
    TONKIN OCCIDENTAL

    Les Chrétiens Tonkinois en France
    Lettre de Mgr GENDREAU

    Vicaire apostolique.

    Souvent ma pensée se reporte vers ceux qui nous ont quittés pour aller en France servir notre pays, comme ouvriers ou comme soldats. Ainsi que je l'écrivais l'an dernier, ils sont partis nombreux, et nous n'étions pas sans inquiétude à leur sujet ; leur naïveté et la faiblesse de leur nature les exposaient là-bas à tant de dangers ! Depuis lors, beaucoup d'entre eux ont souvent écrit aux missionnaires ; leurs lettres sont pleines de respect et de gratitude pour les attentions bienveillantes qu'on leur témoigne en France. Ils demandent des livres de prières, des brochures de propagande pour les prêter à leurs camarades païens. Ces derniers sont frappés de l'intérêt que les missionnaires, de loin comme de près, portent à leurs chrétiens et les en félicitent en enviant leur sort.
    Cette charité apostolique ne doit pas être étrangère aux conversions et aux baptêmes de païens administrés en présence d'une assistance française sympathique, et dont nous trouvons les détails dans les lettres venues de Toulouse, Tarbes, Lourdes, Marseille, etc.
    Un chrétien sortant de l'hôpital de Redon à écrit au P. Dronet : « J'ai été si bien soigné par les religieuses que le désire leur offrir un souvenir du Tonkin, je vous prie de m'acheter pour elles des éventails montés en nacre ».
    Un adjudant écrivait au même missionnaire : « Je vous serais bien reconnaissant d'envoyer un mot de remerciement à ment capitaine, si bon pour moi et pour tous les camarades ». Un prêtre de France nous a aussi adressé le billet suivant : « Permettez-moi de vous donner des nouvelles de votre paroissien, le sergent Han, que j'ai en ce moment au dépôt divisionnaire. Je le vois tous les jours à notre réunion du soir. Dans plusieurs circonstances il m'a profondément édifié ; je suis heureux de vous dire que vos chrétiens annamites sont souvent, au milieu de nos soldats, un exemple vivant du devoir et de la ferveur ».
    Enfin, un autre chrétien rendait compte de ses impressions en ces termes : « En débarquant à Marseille, nous avons tous été émerveillés de voir de si beaux monuments, des églises si nombreuses et si richement ornées. Rendus au camp d'aviation où l'on nous avait affectés, nos chefs nous ont accueillis avec des attentions vraiment paternelles. Tous nos camarades, sauf de très rares exceptions, se portent bien et se conduisent honnêtement. J'ai remarqué que bon nombre d'entre nous, simples paysans, sans tenue et sans éducation, sont maintenant polis, s'habillent proprement, et savent se tenir bien mieux qu'au Tonkin ; aussi le ministre de la Guerre nous a-t il félicités en termes très élogieux.
    « Tous les Français que nous rencontrons dans les rues ou dans nos voyages sont très aimables à notre égard. Lorsque nous récitons nos prières à l'église, ils nous écoutent avec des signes d'admiration. J'ai entendu une dame dire tout haut : « Les Annamites sont bons chrétiens ; aussi les Français sont « contents de les voir prier ».
    « Les Annamites païens nous accompagnent souvent aux cérémonies religieuses ; ils nous posent questions sur questions au sujet de tout ce qu'ils voient et entendent dans les églises ».
    C'est par centaines que nous arrivent des renseignements de ce genre. Nous n'ignorons pas que toute médaille a son revers, et que nos chrétiens en France n'ont pas su tous se garder au même degré contre les entraînements et les mauvais exemples ; néanmoins, j'ai la ferme espérance que pour le plus grand nombre, d'entre eux et pour beaucoup de leurs camarades païens, ce séjour là-bas leur fera aimer et estimer davantage notre sainte religion et aussi le noble pays dont ils auront pu apprécier la grandeur et la générosité.

    1919/2-3
    2-3
    Vietnam
    1919
    Aucune image