Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les Annamites en France pendant la Guerre 2

Les Annamites en France Pendant la Guerre Aux intéressants articles du P. Raynaud, sur les Annamites en France pendant la guerre, nous sommes heureux d'ajouter la lettre suivante, qui nous a été adressée par M. l'Abbé M.-J. THEVENY, prêtre de la Mission. Lyon, 51, montée du Chemin Neuf, 30 septembre 1921. MONSIEUR LE SECRÉTAIRE, Je viens vous demander d'avoir la charité de m'aider à réparer un des nombreux oublis de ma vie d'aumônier militaire.
Add this
    Les Annamites en France
    Pendant la Guerre

    Aux intéressants articles du P. Raynaud, sur les Annamites en France pendant la guerre, nous sommes heureux d'ajouter la lettre suivante, qui nous a été adressée par M. l'Abbé M.-J. THEVENY, prêtre de la Mission.

    Lyon, 51, montée du Chemin Neuf, 30 septembre 1921.

    MONSIEUR LE SECRÉTAIRE,

    Je viens vous demander d'avoir la charité de m'aider à réparer un des nombreux oublis de ma vie d'aumônier militaire.
    L'année dernière, à l'Hôpital militaire Gaujot où j'étais encore en fonctions, est mort de la façon la plus édifiante un brave Annamite catholique.
    Voici tous les renseignements que j'ai pu avoir, à ce moment, sur sa famille et son pays:
    Nguyen-Tru, conducteur de 1re classe, 81e escadron du train T. M. 599, matricule 705, fils de Nguyen-Sinh et de To-thi-Sanh domiciliés à Xuan-Phuong, canton de Quang-nghiep sous-préfecture de Tuy-Phuoc, province de Binh-Dinh (Annam).
    Il nous était venu de l'hôpital de Saverne (Alsace), tout à fait tuberculeux.
    Le pauvre enfant ne parlait pas français. Je ne sais pas un mot d'annamite et je n'avais personne autour de moi qui put me servir d'interprète.
    Il put seulement me dire qu'il était catholique. La Soeur qui le soignait admirait d'ailleurs sa grande piété. Il priait très fréquemment, avait un petit crucifix, un chapelet, ses seuls compagnons qu'il ne négligeait point.
    C'est lui-même qui, dès la première entrevue, prit du papier et un crayon, et aligna, les uns sous les autres, les chiffres de 1 à 10.... puis, faisant un beau signe de croix, il se mit à réfléchir et, en face de chaque numéro, que je devinai correspondre à chacun des commandements de Dieu, il mit d'autres chiffres. Enfin, il prit à deux mains un crucifix et récita, avec une foi et une piété qui me donnèrent le frisson, une prière en annamite que je devinai être l'acte de contrition.
    Je le communiai et l'administrai. Et depuis, plusieurs fois par semaine, je lui apportai le Bon Dieu. Il me disait lui-même quand il voulait se confesser.
    Sur la fin, je le communiai presque tous les jours. Je pus le faire encore une heure avant son dernier soupir. Je l'ai conduit au cimetière militaire de Kronenbourg, au nord-est de Strasbourg, où il repose au milieu de nos soldats français.
    Son décès doit avoir eu lieu un peu après Pâques 1920, si j'ai bonne mémoire.
    Voilà quelques détails bien consolants que je me reproche de n'avoir pas fait parvenir plus tôt à sa famille par l'intermédiaire du missionnaire du lieu. Mais je pouvais à peine suffire à l'ouvrage.
    J'ai pensé que les Missions Etrangères étaient les mieux qualifiées pour m'aider à joindre la famille du défunt. Voilà pourquoi j'ai eu recours à vous.
    Merci au nom de Nguyen-Tru et au mien.
    1922/62-64
    62-64
    France
    1922
    Aucune image