Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le triduum à Rome

Le triduum à Rome LETTRE DE M. L. BOULANGER Directeur du Séminaire des Missions Etrangères. Un mot maintenant des solennités du Triduum des 14, 15 et 16 mai, dans la grande église de la Minerve.
Add this
    Le triduum à Rome

    LETTRE DE M. L. BOULANGER
    Directeur du Séminaire des Missions Etrangères.

    Un mot maintenant des solennités du Triduum des 14, 15 et 16 mai, dans la grande église de la Minerve.
    L'église avait été ornée comme en 1900, pour une circonstance semblable. Les tableaux de Saint-Pierre y avaient été transportés et là également la gloire était à la place d'honneur au-dessus du maître-autel. Chaque jour, à 10 heures 1/2 du matin, avait lieu une messe pontificale. Le vendredi, Mgr Panici, le secrétaire de la Congrégation des Rites, pontifia avec l'assistance des élèves du collège de la Propagande. Le samedi, ce fut Mgr Sardi, délégué apostolique de Constantinople, les cérémonies étaient accomplies par les étudiants du Séminaire français. Le dimanche enfin, la messe fut chantée par Mgr de la Fuente, évêque de Teruel en Espagne, et assisté par des séminaristes, ses compatriotes. Chaque matin, depuis 5 h. 1/2 jusque vers 10 h. 1/2, nombre de prêtres, de religieux de tous Ordres, prélats et évêques venaient célébrer la messe en l'honneur des nouveaux Bienheureux. Dans les trois jours, il y a eu, sans exagération, au moins trois cents messes ainsi dites. Le soir, à 5 h. 1/2, les Dominicains psalmodiaient vêpres et complies, puis, après la récitation du chapelet, avaient lieu le panégyrique et enfin le salut dû Saint-Sacrement donné par un cardinal. Le premier soir, nous avions invité S. E. le cardinal Ferrala, Ponent de la Cause de nos martyrs ; le samedi, le cardinal Vivès y Tuto, Ponent de la Cause du B. François de Capillas.

    Le premier sermon fut donné par Mgr Camille Laurent, sous-secrétaire de la Propagande. Il fut relativement court, mais fort animé. L'orateur parla surtout des martyrs annamites et montra en eux un sujet de gloire, d'espérance et un exemple pour tous. Ce panégyrique très simple et sans recherche m avait beaucoup intéressé, mais j'avoue avoir encore senti davantage la parole du second orateur, un franciscain, le P. Severino Mambrini. Avec quel feu, quelle ardeur; il nous a chanté les louanges du B. Néel et de ses compagnons martyrs au Kouy-tcheou.
    Le dimanche soir, Mgr Antonio Sardi, évêque d'Anagni, s'attacha exclusivement à la belle figure du B. François de Capillas. C'est ce jour-là spécialement que l'assistance était nombreuse. Le Te Deum et la bénédiction du Saint-Sacrement donnée par le cardinal Martinelli, Préfet de la Congrégation des Rites, terminèrent ces fêtes du Triduum et ainsi les solennités de Rome en l'honneur de nos Martyrs.
    Que le souvenir en demeure longtemps gravé dans ma mémoire. Que les exemples donnés par ces héros de la Foi m'animent et m'encouragent jusqu'au bout dans l'accomplissement de mon devoir et l'amour de notre Divin Maître.

    1909/213-214
    213-214
    France
    1909
    Aucune image