Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le drapeau national

Le drapeau national Offert par l'Église de Chine, pour la Béatification de soeur Thérèse de l'Enfant Jésus A la fin de l'année 1922, le Vicaire apostolique du Yunnan, Mgr de Gorostarzu, se fit auprès des divers Chefs de mission en Chine l'interprète du désir du Carmel de Lisieux de voir le drapeau national de Chine figurer aux fêtes de la Béatification de Sur Thérèse de l'Enfant Jésus.
Add this
    Le drapeau national

    Offert par l'Église de Chine, pour la Béatification de soeur Thérèse de l'Enfant Jésus

    A la fin de l'année 1922, le Vicaire apostolique du Yunnan, Mgr de Gorostarzu, se fit auprès des divers Chefs de mission en Chine l'interprète du désir du Carmel de Lisieux de voir le drapeau national de Chine figurer aux fêtes de la Béatification de Sur Thérèse de l'Enfant Jésus.
    Trente-trois missions, soit le plus grand nombre des missions de Chine, ont répondu à cet appel. Les fidèles ont voulu donner pour la glorification de la « Petite Soeur » qui aima tant les missions ; et cette offrande d'un drapeau, qui ne demandait quun faible dépense, a atteint le chiffre de 1.200 piastres. Cette somme évaluée en francs, a donné 9.700 francs.
    Confectionné par les « Vierges chinoises » de Yunnanfou, le drapeau, tout en soie, mesure 2 m. sur 2 m. 60 et porte, brodées, deux inscriptions : l'une en français : « A la Petite Soeur Thérèse. Missions de Chine, 1923 » ; l'autre en caractères chinois signifie : « Hommage des chrétiens de Chine ».
    Le prix de ce drapeau ne dépassant guère 300 francs, l'excédent de la collecte de Chine a été envoyée à Lisieux avec le drapeau.
    Mère Agnès de Jésus, prieure du Carmel de Lisieux, et soeur de la Bienheureuse, dans sa réponse au Vicaire Apostolique du Yunnan, s'exprime ainsi :
    « J'ai été bien touchée de là manière si fraternelle et si universelle dont cet hommage est fait à notre petite Thérèse. Comment va-t-elle y répondre maintenant? Oh ! Je suis bien sûre que c'est par un torrent de grâces visibles et invisibles ».
    Dans une seconde lettre la Prieure indique la destination du surplus de la collecte de Chine :
    « Le surplus, écrit-elle, va être consacré à une belle et grande oeuvre, que Sa Sainteté Pie XI vient d'encourager d'une manière touchante. Nous voudrions qu'une église fût bâtie à Rome en l'honneur de celle qui bientôt, nous l'espérons, sera proclamée Sainte, et qu'un séminaire fût érigé tout spécialement pour les besoins du Saint Siège ».
    Tous les évêques, les missionnaires, les prêtres indigènes, les fidèles de Chine s'unissent pour demander, par l'intercession de la Bienheureuse Thérèse, la conversion des païens et la paix en Chine!

    1923/224-225
    224-225
    France
    1923
    Aucune image