Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La situation catholique à Yen-Khuong

TONKIN MARITIME La situation catholique à Yen-Khuong PROVERBES PAR M. DEGEORGES Missionnaire Apostolique. Vous savez que M. Patuel a quitté Yen-khuong il y déjà quatre ans ; depuis lors, c'est moi qui suis chargé du poste. Je vais vous en donner quelques nouvelles.
Add this
    TONKIN MARITIME
    La situation catholique à Yen-Khuong
    PROVERBES
    PAR M. DEGEORGES
    Missionnaire Apostolique.
    Vous savez que M. Patuel a quitté Yen-khuong il y déjà quatre ans ; depuis lors, c'est moi qui suis chargé du poste.
    Je vais vous en donner quelques nouvelles.
    Les Tay voyant que notre installation est définitive, et non temporaire comme ils l'ont pensé et dit pendant longtemps, ont pris confiance et se sont attachés à nous. En effet, depuis quatre ans et plus que M. Patuel a été forcé par la maladie de s'éloigner de Yen-khuong et que je lui ai succédé, les demandes de conversions et de retours à Dieu ont été nombreuses ; les deux tiers de la tribu se sont tournés vers le christianisme. Plaise au Ciel que bientôt tout le Muong-deng Marche d'un coeur unanime à la suite du Christ.
    J'ai près de 300 baptisés et 500 catéchumènes. En janvier, j'ai administré 15 baptêmes d'adultes. Je comptais en, administrer dans 2 autres villages, lorsque la disette a arrêté l'instruction de ces catéchumènes. Ces jeunes chrétiens ne sont pas encore parfaits. La croyance aux esprits est si ancrée dans leur coeur qu'ils font en cachette des sacrifices à ces diables quand ils sont malades. C'est le grand défaut que je leur reproche et je ne sais si j'arriverai à détacher la première génération de ces superstitions. Les descendants seront un peu plus fervents, je pense.
    La récolte dernière a été en grande partie dévorée par les rats, aussi c'est maintenant la famine: les gens passent leurs journées à chercher dans la forêt des tubercules, des racines comestibles, l'écorce de certains arbres. Je leur ai donné autant de riz que je pouvais et quelques douzaines de piastres.

    ***

    Passons maintenant à un autre sujet. Les Tay n'ont point de Sorbonne, ni d'Université, pas même de professeur de philosophie dans le plus modeste des collèges qui se puisse imaginer ; mais cette absence d'enseignement ne les empêche pas de posséder une philosophie pratique qu'ils ont condensée dans des maximes parfois bien frappées. Voici la traduction des meilleures et des plus fréquemment employées :
    Jeune homme, si tu veux la concorde, sois accommodant avec les autres. Quand tu fréquentes le prochain, fréquente quelqu'un qui connaisse les choses, pour qu'il t'instruise.
    Veux-tu fréquenter une jeune fille, que ce soit avec la permission de son père.
    Si tu désires obtenir des champs d'un notable, apporte-lui des présents.
    Si tu veux aller te récréer, va dans un endroit où l'on t'aime (chez tes parents).
    Si tu veux chanter, choisis un endroit gai.
    Si tu veux commercer, prends une charge légère (de marchandises).
    Le prochain est-il égoïste envers toi, sois égoïste envers lui ; est-il généreux, sois généreux ; t'abandonne-t-il, quitte-le.
    Si tu es chef de village, aime tes serviteurs ; si tu es mandarin, fais observer les coutumes.
    Si tu veux t'instruire, n'émets pas, en conversant, des paroles dures.
    Près de mourir, mets tes enfants au courant de tes affaires.
    Quand tu pars, ne cours pas, de peur d'être vite fatigué.
    Quelque part que tu sois, quelqu'un commet-il une faute, réfléchis avant de parler pour que ton reproche soit doux.
    Si tu veux te mêler à d'autres, apprends leurs usages. Si tu veux tuer du gibier, fais ta maison près de la forêt. Si tu veux monter un cheval, écoute la parole des vieillards.
    Sois un homme sérieux, ne contrefais pas les défauts des autres. Ne t'approche pas du menteur, ne nivelle pas les digues des rizières. N'oublie pas les vieillards. Ne te frotte pas à l'homme méchant. Ne porte pas de charge au-dessus de tes forces. Ne fais pas de reproches à l'homme bon. Ne frappe pas l'homme vertueux ; ne le calomnie pas.

    ***

    Tu ne dois pas tuer la poule qui est dans la cage (qui pond), ni vendre le cheval qui est dans l'écurie, ni le buffle qui est sous ta maison, ni tuer les animaux de ton prochain. Tu vois l'arbalète du prochain, ne tire pas avec, de peur qu'elle se brise dans tes mains ; tu vois un grelot, ne l'agite pas (inutile de faire du bruit sans raison). Ce qu'on te donne, ne le prend pas s'il ne convient pas de le prendre.
    Ton village est-il près de l'eau, sois habile à conduire une barque. Ton village est-il fréquenté par le tigre, sois habile à dresser des pièges.
    Pendant la saison froide, que la jeune femme aime son métier, s'occupe à tisser le coton pour vêtir sa nouvelle famille; alors on pourra dire qu'elle aime son beau-père et son oncle par alliance, ainsi elle rendra ce qu'elle a coûté. Qu'elle aime son beau -père et sa belle-mère, alors elle sera digne de recevoir leurs biens, aussi elle paiera (d'avance) son (futur) héritage.
    Aime l'homme habile à manier la parole, et tu sauras discuter les affaires de la tribu.
    Aime tes serviteurs, et tu auras beaucoup de gens à porter tes bagages à ta suite.

    ***

    La poule qui est dans le grenier est ton ennemi ; le riz de ton grenier est ton ennemi (par l'envie qu'il excite). La femme qui est à tes côtés est ton ennemie (quand elle a mauvais caractère).
    L'éléphant dans son écurie est ton ennemi. Le lépreux qui habite avec toi... le paresseux qui est dans ta maison... l'homme à l'oeil méchant qui boit du vin avec toi, tous sont tes ennemis. Le feu laissé allumé quand tu t'absentes, est ton ennemi. Le querelleur est ton ennemi.
    L'homme sage est semblable à la scolopendre, qui a mille pieds, et qui cependant va doucement (l'homme sage a beaucoup de moyens, mais ne s'en sert qu'avec prudence et calme).
    L'homme irréfléchi est semblable au torrent à plusieurs branches qui se mêlent, se séparent et coulent en mugissant d'une façon inégale (l'homme irréfléchi agit sans logique, tantôt vif, tantôt tranquille, sans suite dans le caractère).
    Le meilleur est de s'aimer mutuellement, alors tout est pour le mieux.

    ***

    Dans la discussion, ne t'emporte pas comme la marmite qui bout.
    N'imite pas la chenille sans demeure, que le corbeau becquette et mange (n'erre pas vagabond de village en village sans demeure fixe). Imite plutôt le ver à soie qui s'enveloppe (fais-toi une habitation). Imite plutôt la poule qui gratte la terre pour nourrir ses petits, et qui a de nombreux poussins (travaille pour nourrir tes enfants, et qu'ils soient nombreux).

    1910/240-243
    240-243
    Vietnam
    1910
    Aucune image