Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La R. M. Félicie

La R. M. Félicie Le 18 juin dernier, Dieu rappelait à lui l'âme de Mère Félicie, supérieure depuis 1891 des Etablissements des Soeurs de Saint-Paul de Chartres à Hongkong. La colonie rendit hommage à la religieuse dont le dévouement, l'activité, l'amabilité étaient si grandement appréciés par tous les habitants, Anglais, Français, Portugais, Chinois. Un journal publia la pieuse et reconnaissante poésie dont voici le texte et la traduction. IN MEMORIAM « MA MÈRE » Rests she at last? Has now that valiant soul
Add this
    La R. M. Félicie

    Le 18 juin dernier, Dieu rappelait à lui l'âme de Mère Félicie, supérieure depuis 1891 des Etablissements des Soeurs de Saint-Paul de Chartres à Hongkong.
    La colonie rendit hommage à la religieuse dont le dévouement, l'activité, l'amabilité étaient si grandement appréciés par tous les habitants, Anglais, Français, Portugais, Chinois.
    Un journal publia la pieuse et reconnaissante poésie dont voici le texte et la traduction.

    IN MEMORIAM

    « MA MÈRE »

    Rests she at last? Has now that valiant soul
    Left the loved sphere of work for realms more fair!
    Called by His Voice, to reach her labour's goal, —
    The one whom we in blessing called « Ma Mère »!

    A giant will sheathed in a feeble frame,
    By faith and hope that never knew despair, —
    A guide, a helper — yet, o'er all, the name
    Was sweetest that we knew the best « Ma Mère »!

    « The least of these » she loved; by winsome grace
    The little ones pay tribute to her care;
    And sobered now is every smiling face,
    No more to greet, in daily trust, « Ma Mère ».

    Such faithful service hers, so true and long,
    The path ahead looms strangely dim and bare
    Without the steadfast courage, and the song
    That crept into our hearts to bless « Ma Mère ».

    And yet — « They shall be Mine », thus saith the Lord!
    Enough, that we her faith and hope may share!
    And so we leave her to the Great Reward
    « Which passeth knowledge ». — Rest in peace, Ma Mère!

    GLADYS JACKSON.

    Hongkong, june 23rd, 1926.

    Traduction

    EN SOUVENIR
    « MA MÈRE »

    Repose-t-elle enfin ? Cette âme vaillante a-t-elle quitté la sphère de son labeur pour un royaume plus beau ? Appelée par Sa Voix, pour atteindre le terme de ses travaux, celle que nous aimions à nommer « Ma Mère »!
    Volonté de fer enchâssée dans une armature fragile, armée d'une foi et d'une espérance à l'abri de toute défaillance; guide et soutien, mais, excellemment, son nom le plus doux est celui que nous connaissions le mieux : « Ma Mère ».
    Elle aimait « les plus petits d'entre eux ». Avec une grâce charmante ces petits rendent hommage à son dévouement ; et maintenant les visages riants sont assombris, ils ne verront plus, dans sa charge quotidienne, « Ma Mère ».
    Elle a si bien travaillé, si loyalement, et si longtemps. Etrangement obscur et nu apparaît le sentier lointain, sans le courage inébranlable, sans la chanson qui remuait nos coeurs pour bénir « Ma Mère ».
    Mais ! « Ils seront à Moi », dit le Seigneur. Il suffit. Puissions-nous partager sa foi et son espérance ! Et ainsi nous la laissons à la suprême récompense « qui dépasse toute conception humaine ». Reposez en paix, « Ma Mère» !

    N. C.

    Hongkong, 23 juin 1926.

    1926/179-181
    179-181
    Chine
    1926
    Aucune image