Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La Mystique des Hindous

La Mystique des Hindous LETTRE DU P. H.M. BOTTERO Missionnaire apostolique à Chandernagor. Chandernagor, le 29 novembre 1898.
Add this
    La Mystique des Hindous

    LETTRE DU P. H.M. BOTTERO

    Missionnaire apostolique à Chandernagor.

    Chandernagor, le 29 novembre 1898.

    L'Inde est le pays du mystère. Les peuples divers qui l'habitent, ont une origine qui se perd dans la nuit des temps. Le premier des Védas, le « Rig », paraît avoir été composé, sinon écrit, plus de quatorze ou quinze cents ans avant Notre-Seigneur. Le législateur Manou a donné des lois certaines au peuple hindou, il y a plus de vingt-deux siècles. Qui était Manou? Quels auteurs ont écrit les Védas? Mystère ! En quoi consiste la religion hindoue?
    Bien habile celui qui pourra le dire!
    A l'exception de quelques dogmes universellement reconnus, tels que la transmigration des âmes, le fatalisme, la nécessité des sacrifices et le panthéisme, il n'y a rien, ni dans les Védas, ni dans les Brahmanas, Oupanishads ou Védàntas, qui forme un corps de doctrine qu'on puisse appeler une religion caractérisée. La religion des Hindous n'est pas une « religion », c'est une « philosophie », ou mieux, cinquante philosophies opposées les unes aux autres. Chacun suit celle qu'il veut, et même plusieurs qui se contredisent. Pourvu qu'il laisse la même liberté à son prochain, il est aussi orthodoxe que n'importe qui. Ouvrez leurs livres. Vous serez étonné d'y trouver tant de vérités, et épouvanté en même temps d'y voir tant d'erreurs grossières et de contradictions flagrantes ; je ne dis pas dans des livres de différents auteurs ; non, dans le même ouvrage. Souvent dans la même page, on rencontre des passages qu'on pourrait croire inspirés de Dieu, et tout à côté, d'autres morceaux d'une si franche absurdité qu'on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur était à la fois un génie et un fou.
    Un Hindou bien instruit me disait : « Celui qui lit nos ouvrages sacrés est semblable à ces plongeurs de Ceylan qui pèchent les huîtres perlières ; pour une qui renferme la perle, il en ramène cinq cents qui n'ont que la bête ». Ce salmigondis d'erreurs, de contradictions et de sublimes aperçus est précisément ce qui met le plis d'obstacles à la conversion des Hindous instruits. Les beautés incontestables qu'on trouve en leurs livres leur ont inspiré un gigantesque orgueil, et l'orgueil, nous le savon, repousse la grâce de Dieu.
    Aujourd'hui, je veux appeler l'attention des lecteurs des Annales de la Société des Missions Étrangères et de luvre des Partants sur la mystique des Hindous. Je vous envoie donc la traduction d'une notice biographique sur un personnage que les Hindous appellent « un de leurs grands saints contemporains ». Cette notice a paru dans le plus célèbre des journaux indigènes de la capitale le 25 juin dernier. Vous verrez là ce que vaut le mysticisme indien. Ici, comme dans tout le reste, on aperçoit le faux et le vrai se coudoyant à l'aise, sans que la contradiction déroute le moins du monde la très surprenante bonne foi de l'esprit
    1899/19-21
    19-21
    Inde
    1899
    Aucune image