Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La guerre dans les pays sauvages

La guerre dans les pays sauvages
Add this
    La guerre dans les pays sauvages

    « Nous sommes sur un affluent du Mékong, retranchés solidement sur trois petits mamelons : palissades, tranchées, gabions, chicanes sur les chemins, petits piquets pour percer les pieds des Chinois, casse-cous, rien n'y manque. Il ne fera pas bon de venir s'y frotter. Au commencement du mois les pirates vinrent de notre côté, une avant-garde de 200 s'installa dans un village à deux jours d'ici. On fit une reconnaissance contre eux. Ce fut pénible, dans les montagnes et sous la pluie, à pied, sans habit de rechange et peu de provisions faute de coolies. A notre arrivée, ne se sentant pas en force, ils filèrent comme des lapins. On visita les quatre tranchées qu'ils avaient faites près d'un col très resserré (1800 mètres d'altitude) où passe l'unique route. Depuis on est tranquille : les avants postes pirates ne sont qu'a trois jours de nous, mais sur l'autre rive. Du reste, l'autorité militaire a suspendu les opérations pendant la saison des pluies (mai octobre). En octobre, nous aurons vite fait de pulvériser ces bandes qui occupent toute la province de Muong-hou et les territoires avoisinants ». (Lettre de M. Kerbaol.)

    1915/75
    75
    Laos
    1915
    Aucune image