Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La grotte de lourdes à Taikou

La grotte de lourdes à Taikou par Mgr Demange, Vicaire apostolique.
Add this

    La grotte de lourdes à Taikou

    par Mgr Demange,
    Vicaire apostolique.

    Les chères et vénérées Dames de l'OEuvre des Partants se souviennent-elles d'une lettre par laquelle, jeune évêque de la nouvelle Mission de Taikou, je leur communiquais le voeu que j'avais fait, dès le début, à Notre Dame de Lourdes? Cela paraît si loin, derrière le fossé que la terrible guerre a creusé dans nos vies! Ce que je n'ai pas oublié et n'oublierai jamais, c'est la généreuse coopération qu'elles me donnèrent, et les offrandes pour la grotte de Lourdes de Taikou qui s'inscrivirent sur les pages des Annales. Aussi est-ce dans la simplicité de ma gratitude, que je leur adresse un souvenir de la belle fête de la réalisation de ce voeu, en transcrivant simplement le procès-verbal qui en a été fait :
    « FLORIAN DEMANGE, par la grâce de Dieu et du Saint Siège apostolique, évêque titulaire d'Adras, Vicaire apostolique de Taikou, voulons, par les présentes, laisser un témoignage de Notre profonde gratitude pour le passé de sept années que compte la nouvelle Mission de Taikou, et de filiale confiance pour l'avenir, envers Notre Dame de Lourdes, Immaculée Conception.
    « Lorsque, premier Vicaire apostolique de la Mission créée par Sa Sainteté Pie X, Nous arrivâmes à Taikou, en présence de l'obligation de fonder cette Mission, et en présence aussi de la pauvreté qui ne nous permettait pas de songer à des constructions même modestes.
    « Le premier dimanche de notre présence à Taikou, jour de la Visitation, 2 juillet 1911. Nous avons établi Notre Dame de Lourdes patronne de la nouvelle Mission, et Lui avons humblement demandé d'être son économe, faisant voeu de lui ériger, au plus bel endroit du terrain que l'on espérait avoir pour évêché, une grotte aussi semblable que possible à celle de Lourdes, et de nous efforcer d'y faire venir les chrétiens en pèlerinage, si la bonne Mère nous accordait, sans toucher aux pauvres fonds de la Mission nouvelle : 1° de construire un évêché, maison de réunion et de repos pour les missionnaires ; 2° de construire un séminaire ; 3° d'agrandir l'église de Notre Dame de Lourdes, de Taikou, pour qu'elle pût être une cathédrale convenable.
    « Ce voeu fut rédigé en trois exemplaires, dont l'un fut envoyé à Lourdes, un placé au pied de la statue de Notre Dame de Lourdes, dans l'église d'où il a été retiré le 20 mai 1918, pour l'agrandissement de la cathédrale, et le troisième conservé aux archives de la Mission. Il fut communiqué à tout le clergé du Vicariat par circulaire en date du 2 juillet 1911.
    « La Mère de Dieu nous exauça, et non seulement pour l'objet du voeu, mais pour beaucoup d'autres choses, voulut être vraiment notre économe.
    « Par aumônes reçues de toutes les parties du monde, et sans toucher aux fonds de la Mission, que la guerre a même à un certain moment rendus insuffisants pour l'entretien du personnel :
    « 1° L'évêché a été construit en 1913 ;
    « 2° Le séminaire a été construit en 1914.
    « La guerre étant survenue, il semblait probable que le troisième objet du voeu, et, par suite, la construction de la grotte, seraient longtemps différés. A la fin de 1916, le P. Saucet tomba gravement malade et fut réduit à la dernière extrémité, condamné par le médecin. Nous changeâmes alors le dernier objet du voeu, promettant à Notre Dame de construire la grotte, même avant l'agrandissement de la cathédrale, si Elle nous conservait notre confrère. Elle nous le conserva.
    « Les travaux de terrassement de la grotte furent commencés le 31 juillet 1917, et, avant le dernier jour de cette année, le 30 décembre, la bonne Mère nous donnait le moyen de décider l'agrandissement de la cathédrale. Avant deux mois d'ici, ce troisième objet du voeu primitif sera lui-même complètement réalisé.
    « En conséquence : 1° Une grotte a été construite, dominant l'évêché, le séminaire, le couvent des Soeurs, le cercle de la jeunesse catholique et la ville même de Taikou, au plus bel endroit de notre terrain, sur la butte appelée « Mapong » qui pendant des siècles a été le lieu où le gouverneur offrait les sacrifices ; faite d'après plan et maquette de Lourdes, elle a les dimensions exactes de la grotte de Lourdes et les détails de rocher et autres aussi semblables que possible. Le monument en briques, dans lequel cette grotte en ciment est abritée, s'inspire du monument de la grotte de Lourdes édifiée par Sa Sainteté Léon XIII dans les jardins du Vatican. La statue, de grandeur naturelle, a été offerte par cotisation spontanée de tous les missionnaires français et prêtres coréens de la Mission de Taikou.
    « En ce jour, vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte, 13 octobre 1918, assisté du clergé et des séminaristes de la Mission, en présence d'une foule couvrant la grande esplanade, de plus d'un millier de chrétiens et chrétiennes, non seulement de Taikou, mais des autres parties de la Mission, communiés ce matin, Nous avons procédé à la bénédiction de la grotte et de la statue, chanté à l'autel de la grotte la messe pontificale, et donné la bénédiction du Très Saint Sacrement. La soirée a vu, successivement, le passage des chrétiens coréens, des chrétiens japonais, des séminaristes et du clergé. L'Ave Maria de Lourdes a été chanté, au cours de ces cérémonies, en latin, en coréen, en japonais, et finalement, en français.
    « 2° Après la messe pontificale, la lettre pastorale, promulguant le pèlerinage et invitant les chrétiens du Vicariat à venir à la grotte, a été lue publiquement. Un exemplaire en a été remis à chacun des quasi-curés, pour être lu dans les résidences et toutes les stations à la première visite des missionnaires qui suivra la bénédiction.
    Fait à Taikou, sous notre sceau, signé de Notre nom et de tous les missionnaires et prêtres indigènes présents, en trois exemplaires, dont un sera inclus, avec le texte du voeu qui était primitivement au pied de la statue de l'église, dans une cassette déposée au pied de la statue de la grotte ; un sera envoyé à Lourdes ; et le troisième déposé aux archives, le soir de ce beau jour, 13 octobre 1918 ».
    Tous les missionnaires et prêtres ont signé, et on a déposé la cassette devant la statue. Puis le premier ex-voto a été placé en dessous : c'est un médaillon contenant épinglée sur soie blanche une croix de guerre, surmontée de l'insigne des blessés, et portant en dessous ces simples mots :
    « En Champagne, 25 septembre-12 décembre 1915. Taikou, 13 octobre 1918. CH. PEYNET, miss ap de Taikou.

    1919/66-69
    66-69
    Corée du Sud
    1919
    Aucune image