Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La crosse de bois d'un évêque d'or

La crosse de bois d'un évêque d'or L'Echo de Hénon, petite paroisse du diocèse de Saint-Brieuc sous la signature bretonne de Ar-vro-goz, fait un chaleureux appel à ses lecteurs dans les termes suivants :
Add this
    La crosse de bois d'un évêque d'or

    L'Echo de Hénon, petite paroisse du diocèse de Saint-Brieuc sous la signature bretonne de Ar-vro-goz, fait un chaleureux appel à ses lecteurs dans les termes suivants :

    « Il ne sera pas dit, n'est ce passe, que notre illustre compatriote, S. G. Mgr Carlo, Evêque titulaire élu d'Hadrianopolis, n'ait qu'une crosse en bois ! Comme tous les évêques de France, il aura une crosse en métal, et ce seront ses compatriotes de Hénon qui la lui offriront... » Et ce vibrant appel à peine lancé, plus de mille francs vinrent ouvrir la souscription.

    Ce petit Bulletin paroissial de Hénon publiant la lettre du Vicaire Apostolique de Lanlong, qui a motivé ce beau geste « catholique et breton », nous nous croyons autorisés à la mettre sous les yeux, à l'offrir à l'édification de nos lecteurs.

    « Lanlong, le 21 septembre 1927.

    « Cher et Vénéré Monsieur le Recteur,

    « Vous connaissez sans doute l'érection de la Préfecture apostolique de Lanlong en Vicariat et la nomination de votre paroissien à la dignité de premier vicaire apostolique de Lanlong et d'Évêque titulaire d'Hadrianopolis.
    « Ma nomination date en effet du mois d'avril. Jusqu'ici je ne vous en avais pas informé car j'avais cru devoir refuser en conscience une charge trop lourde pour ma faiblesse. Le Saint Siège n'ayant pas accepté mes raisons, il ne me reste plus qu'il obéir. Une fois de plus la Providence a choisi un bien faible instrument : Infirma elegit... Mon sacre aura lieu à Kwei-Yang, le 6 octobre, à dix étapes d'ici. Je pars dans trois jours. C'est un peu précipité, mais j'y suis poussé par l'art. 333 du Code canonique. Il me faut préparer tout mon attirail d'évêque, et en tout premier lieu une crosse en bois sculpté recouverte de feuilles d'or : cela pourra me servir en attendant que quelque bienfaiteur m'en procure une autre ».

    ***

    De son côté, La Voix de Saint-Joseph, de Lannion (Côtes-du-Nord), sous ce titre : «Une gloire de notre Institution », publie les lignes suivantes :
    « A la liste déjà longue de ses évêques, notre Collège peut ajouter le nom d'un nouveau prélat : Mgr Carlo, sacré évêque du Lanlong le 16 octobre dernier. Mgr Carlo fit en effet ses études au Petit Séminaire de Tréguier de 1897 à 1901 : les palmarès de cette époque attestent qu'il fut un élève intelligent et studieux, et plusieurs de nos professeurs se rappellent encore ce joyeux camarade dont la franchise et la bonne humeur attiraient toutes les sympathies.
    « Mais si nous pouvons être fiers de compter parmi nous une gloire de plus, nous devons savoir qu'il a droit à notre souvenir, à nos prières. N'oublions pas en effet que le sud de la Chine, où le nouveau vicaire apostolique exercera désormais son lourd ministère, est en proie à la plus horrible des guerres civiles, et Dieu seul sait le sort qu'il réserve à Mgr Carlo et à ses administrés ! Et là-bas sans doute, au fond de cette Chine jaune et incompréhensible, l'évêque breton évoque souvent le cher Collège d'autrefois et, sachant bien que la Bretagne n'oublie pas ses enfants, il compte sur les prières de ses compatriotes et, tout spécialement, sur cel les des jeunes gens qui lui ont succédé au Collège, sur les vôtres ».

    ***

    Depuis que ces lignes ont été écrites, le sacre de Mgr Carlo a eu lieu à Kouiyang, avec toute la simplicité apostolique que présageait cette « crosse de bois d'un évêque d'or ». Le prélat consécrateur fut bien Mgr Séguin, vicaire apostolique de la Mission Mère, le Kouytchéou, mais le rôle d'évêques assistants fut tenu par deux simples missionnaires, les Pères Fayet de Kouiyang Séguret de Lanlong. A cette occasion, le gouverneur du Kouytchéou, S. E. Tcheousy-tchen, toujours en bons rapports avec la Mission, prit les deux évêques dans son auto et leur fit faire une randonnée sur la nouvelle route qui doit traverser toute la province, du Nord au Sud.
    Quand Mgr d'Hadrianopolis fut de retour à Lanlong, une nouvelle fête réunit autour de lui nos prêtres européens et chinois, les élèves du séminaire, les chrétiens et nombre de nos amis païens. Le Père Lieou chanta en chinois le bonheur de tous, et, en perspective, l'âge d'or de la Sainte Eglise en Chine.

    1928/63-65
    63-65
    France
    1928
    Aucune image