Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Légion d'Honneur

Légion d'Honneur M. NARP, missionnaire en Cochinchine occidentale, aumônier militaire, déjà décoré de la croix de guerre 1 a été nommé chevalier de la Légion d'honneur avec cette mention : Depuis le début de la campagne n'a cessé de faire preuve du plus absolu dévouement. A plusieurs reprises et sous de violents bombardements a aidé à transporter des blessés. A su, tout en réconfortant par sa parole tous ceux qui l'entouraient, donner à tous, par sa bravoure, l'exemple du devoir et du sacrifice. Ordre du jour de l'Armée.
Add this
    Légion d'Honneur

    M. NARP, missionnaire en Cochinchine occidentale, aumônier militaire, déjà décoré de la croix de guerre 1 a été nommé chevalier de la Légion d'honneur avec cette mention :

    Depuis le début de la campagne n'a cessé de faire preuve du plus absolu dévouement. A plusieurs reprises et sous de violents bombardements a aidé à transporter des blessés. A su, tout en réconfortant par sa parole tous ceux qui l'entouraient, donner à tous, par sa bravoure, l'exemple du devoir et du sacrifice.

    Ordre du jour de l'Armée.

    M. BOXBERGER, François-Xavier, lieutenant au 61e bataillon sénégalais, avec un calme et une intrépidité admirables a entraîné ses tirailleurs à l'assaut d'une tranchée ennemie sous les feux croisés de mitrailleuses et sous des rafales d'artillerie, est tombé mortellement blessé, mais par son attitude a contribué très largement aux succès de la journée.

    M. Boxberger a été tué le 9 juillet dernier, vers six heures du soir, Dans la nuit du 11 au 12, un de ses amis, le lieutenant V., est allé relever le corps et l'a conduit dans le cimetière militaire de Cappy M. Boxberger, né à Suresnes (Seine) le 2 juin 1886, était missionnaire en Cochinchine occidentale depuis 1911.

    Ordre du jour de la Division.

    Dans le dernier numéro de nos Annales, p. 161, nous avons annoncé la mort de M. Guillot, missionnaire à Séoul (Corée), tué d'un éclat d'obus.
    Cet excellent missionnaire, qui fut un dévoué soldat, a été mis à l'ordre du jour :
    Le Colonel commandant provisoirement la 28e division d'infanterie cite à l'ordre du jour de la Division le soldat brancardier GUILLOT, JOSEPH, n° matricule 483, du 30e régiment d'infanterie : sur le front depuis le mois d'août 1914 a toujours fait preuve d'un dévouement et d'un courage qui ont fait l'admiration de tous. Tué en première ligne au cours d'une attaque.

    Ordre n° 42 22 mai 1916.

    Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre qui a été envoyée à la famille.
    Le Général commandant la 77e division cite à l'ordre de la Division le caporal brancardier GEORGES MOLLARD du 97e régiment d'infanterie : avec le plus grand mépris du danger a conduit ses équipes de relève des blessés sous un feu des plus violents, pendant les affaires du 17 au 30 mars 1916.
    5 mai 1916.

    1. Ann. M.-E., septembre octobre 1915, n° 105, p. 75.

    C'est la 3e citation1 qu'obtient M. G. Mollard, un de nos séminaristes, originaire du diocèse de Chambéry. C'est lui qui a écrit la lettre si chrétienne et si française que nous avons publiée plus haut p. 177.
    Le Général commandant la 63e division d'infanterie cite à l'ordre de la Division CAVAIGNAC, JEANFRANÇOIS-EDOUARD, aumônier du 1er bataillon du 2e zouaves, a montré au milieu du danger un dévouement inlassable et un grand courage, se dépensant sans compter auprès des blessés.
    M. Cavaignac, originaire du diocèse de Rodez, est missionnaire à Nagasaki (Japon) depuis 1901.
    Le Général commandant par intérim la 3e division d'infanterie coloniale cite à l'ordre de la Division: LANSARD, HENRI, n° matricule 05575, caporal au 23e Régiment d'infanterie coloniale ; désigné pour rester à l'arrière, a pris part volontairement à l'attaque en se faisant remplacer par un camarade chargé de famille, a en tous points très efficacement secondé son commandant de Compagnie momentanément privé d'officier, et a été pour tous un exemple de calme et de sang-froid.
    14 juillet 1916.

    M. Lansard, originaire du diocèse de Paris, est missionnaire au Cambodge depuis 1913.

    Ordre du jour de la Brigade.

    BOUCHEZ, FRANÇOIS, sous-lieutenant au 347e régiment, chef de section plein d'ardeur, d'un mépris absolu de la mort, possédant au plus haut degré le sentiment du devoir. Modeste, courageux et brave, a été blessé le 8 juin 1916 en tête de sa section qu'il maintenait sur une position bombardée avec des obus de tous calibres.
    M. Bouchez avait déjà été cité à l'ordre du jour du Régiment 2. C'est un de nos dévoués auxiliaires laïques. Il est originaire du diocèse de Cambrai.

    Ordre du jour du Régiment.

    BARBAROUX, sergent-major, sous-officier d'une conduite exemplaire, a toujours donné entière satisfaction dans sa manière de servir, grièvement blessé le 16 avril 1915.

    Ordre n° 12.

    M. Barbaroux est un de nos aspirants, originaire du diocèse de Gap.
    CANELLE, MAURICE, brancardier d'un grand dévouement, s'est distingué particulièrement dans les journées des 20 et 24 juillet, en allant relever des blessés sous des tirs de barrage constants de l'ennemi.
    M. Canelle, qui appartient au diocèse d'Arras, est missionnaire en Corée depuis 1910 et dans le vicariat de Tai-kou depuis 1911.

    1. Ann. M.-E., juillet août 1915, n° 104, p.60 ; novembre décembre 1915, n° 106, p. 92.
    2. Ann. M.-E., novembre décembre 1915, n° 106, p. 92.

    1916/178-180
    178-180
    France
    1916
    Aucune image