Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Kouang-Tong : Le Typhon de Swatow

Kouang-Tong Le Typhon de Swatow Le mercredi 2 août, un ouragan d'une violence inouïe s'abattait sur Swatow et les environs. Les villes et districts de Chiu-Chau fu, Chiu-On, Ching-Hoi, Yeni-Ping et O-Tau ont particulièrement souffert. Ce typhon fut bien plus terrible que celui qui ravagea Hongkong en 1906, et les vieux marins ne se rappellent point avoir vu semblable tempête depuis au moins 30 ans.
Add this
    Kouang-Tong

    Le Typhon de Swatow

    Le mercredi 2 août, un ouragan d'une violence inouïe s'abattait sur Swatow et les environs. Les villes et districts de Chiu-Chau fu, Chiu-On, Ching-Hoi, Yeni-Ping et O-Tau ont particulièrement souffert.
    Ce typhon fut bien plus terrible que celui qui ravagea Hongkong en 1906, et les vieux marins ne se rappellent point avoir vu semblable tempête depuis au moins 30 ans.
    La ville de Swatow est située à quelque dix kilomètres de l'embouchure du fleuve Han, qui descend du Fokien. Elle est bâtie sur la rive nord du fleuve, et le delta du Han n'est qu'une plaine d'alluvion. Aussi le raz de marée qui suivit le passage du centre du typhon avait-il beau jeu pour accomplir son oeuvre de destruction. La dépression qui produisit ce raz de marée était d'ailleurs d'une envergure exceptionnelle ; une heure s'écoulait entre le passage à un point donné des deux bords intérieurs du typhon. On sait que les typhons se déplacent en tournoyant, qu'ils ont un centre relativement calme, et qu'après le passage du centre, le vent souffle dans une direction opposée à la précédente.
    Comment s'imaginer l'horreur de ce raz de marée et l'étendue des désastres produits ! Le flot s'élevait rapidement à une hauteur de 13 mètres (il montait de deux mètres en un quart d'heure), soulevant et emportant au loin dans l'intérieur des terres, barques, jonques, épaves et débris de toutes sortes. Les embarcations qui dès la première heure s'étaient mises à l'abri dans la baie du refuge ne furent pas épargnées. Broyées les unes contre les autres et mises en morceaux, elles furent balayées par l'ouragan.
    Deux navires à vapeur, le Tung-Shing et le Shantung, furent jetés à la côte. Le Sung-Ma, de la Compagnie Marty fut plus heureux. Ce bateau venait à peine d'essuyer un typhon près de l'île de Hainan, et avait dû se réfugier à Safi d'où il partait ensuite pour Swatow. Il y arriva au début de la tempête; la mer était déjà si mauvaise que le capitaine ne trouva point de pilote pour le passage de la barre ; sans pilote, il risque le coup et réussit. Le Sung-Ma tint bon et sortit indemne.
    Le quartier de la ville situé sur le terrain plus élevé de la rive sud est peu endommagé. C'est là qu'habitent la plupart des Européens, et on ne signale aucun décès parmi eux.
    Le nombre des victimes n'est pas encore connu. Quelques-uns parlent de 100.000. C'est peut-être exagéré. Le village de Ngoi-sha, qui comptait 10.000 habitants, est complètement détruit et on croit que tous ont péri ou à peu près tous.
    Dans la région, 28.000 cadavres auraient déjà été recueillis. Les cercueils manquent. Les nattes de jonc, les sacs de jute en tiennent lieu.

    L'eau a pénétré dans les magasins qui ont résisté, et a gâté les provisions de marchandises de tout genre qui y étaient entassées. L'eau salée qui a inondé la vaste plaine a rendu les champs improductifs, au moins pour quelques années. Les rescapés sont affolés et menacés de la famine et de la peste; la puanteur des cadavres est insupportable.
    C'est le Lushan Maru, navire de la Nippon Yusen Kaisha, qui apporta les premiers secours en vivres. Il transporta rapidement 1.000 pikuls de riz (600 quintaux) qu'il prenait à Hongkong.
    Sitôt que la nouvelle du désastre parvint à Hongkong et à Singapore, des souscriptions furent ouvertes; et ces colonies répondirent généreusement et bien vite à l'appel qui leur était adressé pour secourir les victimes du fléau.
    En Extrême-Orient, qu'il s'agisse d'inondations, d'incendies, de tremblements de terre, tout se fait en grand.
    N. C.

    1922/213-214
    213-214
    Chine
    1922
    Aucune image