Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Kouang-Si travaux apostoliques

Kouang-Si travaux apostoliques Lettre du P. Labully, Missionnaire apostolique.
Add this
    Kouang-Si travaux apostoliques

    Lettre du P. Labully,

    Missionnaire apostolique.

    Depuis deux ans la vieille résidence de Kouy-hien s'est transformée. Des anciennes constructions il ne reste plus rien. Le P. Poulet en a élevé de nouvelles et continue; en ce moment il fait des bâtiments pour une école derrière la chapelle. Il parle encore de faire une école (Kao-tou) en renversant les masures qui servent d'hôpital pour les vieux. Afin d'étendre un peu notre influence parmi les païens, il faut absolument faire des écoles; c'est la marotte des Chinois qui croient que l'instruction, même sans l'éducation reposant sur une solide base morale, peut former de bons citoyens. Cependant, beaucoup déjà comprennent la faillite de la science ; jamais en Chine on n'a vu tant de chenapans et d'hommes sans conscience; c'est le désordre partout. Les pirates foisonnent et poussent dans nos montagnes comme les mauvaises herbes; plus on en arrache plus il y en a. Les soldats sans solde, sans armement, s'en vont çà et là, n'ayant cure des brigands qui rançonnent le pays depuis deux ans. Les chefs de partis se partagent la province et se battent entre eux pour avoir une place au soleil d'abord, ensuite pour chasser les autres. Voilà l'état du Kouang-si en ce moment. Que pensez-vous de notre situation dans ce bouleversement général? Dieu a su tirer le bien du mal. Je parle de Kouy-hien : notre situation a changé plutôt en bien. La misère, la peur des Cantonnais et ensuite des pirates ont eu l'effet de rapprocher de nous le peuple et ses petits chefs. Nous avons pu arracher des griffes de la soldatesque cantonaise beaucoup de pauvres gens. Les pirates eux-mêmes, pour obtenir leur pardon, demandaient notre intervention; on aurait dit que la justice et la bonne foi s'étaient réfugiées dans nos presbytères et nos églises. Cela nous a amené quelques conversions que nous tâchons de cultiver. Sans doute, nous le savons, ces conversions ne proviennent pas toutes de bons sentiments, mais plutôt d'un coeur secoué par la crainte; aussi plusieurs n'ont pas tenu; mais il en reste encore beaucoup.
    Pour les soutenir, il faut les visiter, ce que j'ai fait cette année où je suis resté cinq mois dehors, habitant n'importe où et mangeant n'importe quoi. Les pirates nous laissaient passer sans avoir même la tentation de nous piller : effet merveilleux de la divine Providence. Mais vous connaissez la loi de notre nature ; l'énergie de notre carcasse est en raison inverse du poids des années... Et me voilà bientôt avec le boulet de mes 60 ans!
    Lundi il faut aller assister à un mariage et acheter un terrain à Tsin-tang, à 60 ly. Assistez-nous de vos bonnes prières et si par hasard vous aviez des sous inutiles dans votre tiroir, confiez-les à notre procureur pour soutenir catéchistes et écoles, car pour faire vivre les oeuvres de la propagation de la foi, il faut de l'argent comme pour tout en ce bas monde.
    J'installe un nouveau poste à Tsin-tang. Vous savez ce qu'il en coûte quand c'est nouveau... Les chrétiens ont souscrit pour 300 piastres ; c'est quelque chose.

    1923/134
    134
    Chine
    1923
    Aucune image