Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Kien-Tchang : Progrès de la mission

Kien-Tchang LETTRE DE Mgr DE GUÉBRIANT. Vicaire apostolique du Kien-tchang1. Progrès de la Mission. Nous continuons de faire quelques progrès. Notre population chrétienne a passé de 5.000 à plus de 6.000. Le nombre des sacrements administrés s'est accru dans une proportion de 30 %. Le chiffre des adultes baptisés approche de 1.000, et, malgré le manque de personnel, nous nous sommes ingéniés pour porter de 13 à 14 le nombre de nos districts organisés. Dieu soit mille fois béni !
Add this
    Kien-Tchang

    LETTRE DE Mgr DE GUÉBRIANT.
    Vicaire apostolique du Kien-tchang1.

    Progrès de la Mission.

    Nous continuons de faire quelques progrès. Notre population chrétienne a passé de 5.000 à plus de 6.000. Le nombre des sacrements administrés s'est accru dans une proportion de 30 %. Le chiffre des adultes baptisés approche de 1.000, et, malgré le manque de personnel, nous nous sommes ingéniés pour porter de 13 à 14 le nombre de nos districts organisés. Dieu soit mille fois béni !
    L'ordination de M. Thomas Tchen, latiniste, depuis longtemps cédé au Kien-tchang par la générosité du Se-tchoan méridional, m'a procuré un nouveau prêtre, actif et énergique. Ainsi renforcés, nous avons pu réorganiser à peu près complètement nos oeuvres.
    N'ayant pas d'oisif j'allais dire d'embusqué, nous avons donné à notre action le maximum d'extension que comporte notre minuscule personnel : quatorze districts, un de plus que l'année dernière. C'est presque trop, car il ne reste plus que deux unités pour le service de la procure et la direction du séminaire. Mais la multiplication des postes a des conséquences si palpables et immédiates pour le développement de l'évangélisation et le salut des âmes ! En tout cas, nous avons atteint l'extrême limite du possible. Puisse un miracle de la Providence nous mettre en état de la dépasser bientôt.

    1. Vient d'être transféré à Canton.

    MAI JUIN 1916, NO 109.

    Le district nouvellement formé est celui de Tchang-pin-tse, dans la gorge sauvage du Ya-long, entre Te-tchang et Yen-yuen hien. Ces rudes populations, éloignées de tout centre, plus ou moins soumises à l'autorité des mandarins, nous ont paru longtemps inabordables. Une fois entamées, elles viennent à nous avec entrain. Nous avons déjà parmi elles plus de 500 baptisés, les premières conversions remontant à huit ans à peine.
    Les écoles de néophytes ont atteint un développement insolite : 77 écoles sur tous les points de notre territoire, avec 1.800 étudiants des deux sexes.
    Afin de répondre à la générosité qu'a eue pour cette mission à ses débuts l'OEuvre de la Sainte Enfance, deux pharmacies nouvelles et plusieurs orphelinats de filles ont été ouverts à Chang-pa, Lou-kou, Salien, Yen-yuen.
    La résidence centrale de Ning-yuen, avec la nouvelle église paroissiale et le presbytère (sans curé, hélas! ), est heureusement terminée.
    Le séminaire du Kien-tchang grandit doucement avec un effectif qui oscille entre 30 et 40 élèves. Le bon Dieu nous a pris au début de l'année le meilleur peut-être de ces enfants, en tout cas l'un des plus pieux et des plus avancés dans leurs études, Augustin Li-ki-lin, âgé de 19 ans. Ce sacrifice sera, je l'espère, une source de bénédictions et de grâces pour la petite communauté.
    Quant aux six religieuses Franciscaines Missionnaires de Marie que nous attendons pour mettre en train diverses oeuvres, tout est près depuis longtemps pour les recevoir. Sans la guerre, nous les aurions depuis près d'une année.
    1916/130-131
    130-131
    Chine
    1916
    Aucune image