Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hue, la Capitale de l'Annam en 1744

Hue, la Capitale de l'Annam en 1744 Les journaux ont pris occasion de la visite en France des souverains de l'Annam pour publier quelques descriptions de la capitale de son empire. Naturellement ce sont des descriptions de l'état actuel. Nous avons trouvé dans nos archives1 la page qui suit sur la ville de Hué telle qu'elle s'offrait aux regards du voyageur, il y a près de 200 ans. 1744
Add this
    Hue, la Capitale de l'Annam en 1744

    Les journaux ont pris occasion de la visite en France des souverains de l'Annam pour publier quelques descriptions de la capitale de son empire.
    Naturellement ce sont des descriptions de l'état actuel.
    Nous avons trouvé dans nos archives1 la page qui suit sur la ville de Hué telle qu'elle s'offrait aux regards du voyageur, il y a près de 200 ans.
    1744

    La plus belle de toutes les provinces est celle de Hué où est la ville royale ; c'est là que les rois de Cochinchine ont établi leur séjour depuis environ 60 ans qu'ils se sont séparés du Tonkin. La ville royale n'a pas d'autres ornements que le palais du roi et les pagodes; le reste est assez pauvre et assez mal bâti; elle est située sur une belle et grande rivière, autrefois assez profonde pour porter les plus grands vaisseaux ; mais depuis un affreux déluge arrivé dans le pays il y a 5 ou 6 ans, il s'y est formé des bancs de sable qui en ont fermé l'entrée aux grands bâtiments,
    Toute la ville est coupée de canaux à la façon chinoise pour faciliter le transport des marchandises, et pour la commodité d'un peuple assez nombreux, qui ne saurait résister aux chaleurs de l'été sans se baigner deux ou trois fois par jour.
    Le roi entretient aux environs de son palais 12 ou 15.000 hommes pour sa sûreté et son service, et près de 300 galères fort propres; ces galères servent en temps de guerre pour le transport des soldats ; en temps de paix, le roi s'en sert pour voyager, car il ne sort guère autrement que dans sa galère : celles qu'il a coutume de monter sont magnifiques et richement dorées, surtout celles de ses femmes dont une partie l'accompagnent toutes les fois qu'il sort. Le roi entretient outre cela plus de 400 éléphants instruits à faire la guerre, et c'est dans le nombre de ces animaux que consiste la plus grande force de son royaume.
    Le roi 2 d'aujourd'hui est le septième qui gouverne la Cochinchine depuis la séparation du Tonkin; c'est un grand homme de bonne mine, âgé d'environ 30 ans ; jusqu'ici il n'avait pris la qualité que de Chua ou seigneur1, mais cette année 1744, il s'est déclaré à la quatrième lune Vua ou roi. Ce qui l'a enhardi à faire cette nouvelle déclaration, c'est le triste état où il sait qu'est réduit le Tonkin par les guerres civiles qui ravagent le royaume depuis près de 6 ans : jusqu'à présent il s'était contenté du titre modeste de Chua, dans la crainte de s'attirer la guerre avec le Tonkin dont le roi prétend être Vua de la Cochinchine.

    1. Archives des Missions Etrangères, vol. 743, p. 297.
    2. Il se nommait Vo-vuong.

    1922/225-227
    225-227
    Vietnam
    1922
    Aucune image