Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hué, Visite du roi d'Annam au petit séminaire d'An-ninh

Hué Visite du roi d'Annam au petit séminaire d'An-ninh Le mercredi 10 février, le Petit Séminaire d'An-ninh a eu l'honneur de recevoir la visite du nouveau roi d'Annam S. M. Bao-Dai, visite purement privée, dont nous ne fûmes avertis par un ami que trois heures d'avance. Le roi était venu passer la journée, tout à fait incognito, à la plage de Cua-tung, accompagné de M. Charles, ancien gouverneur général de l'Indochine, aux soins dévoués duquel il est confié.
Add this
    Hué

    Visite du roi d'Annam

    au petit séminaire d'An-ninh

    Le mercredi 10 février, le Petit Séminaire d'An-ninh a eu l'honneur de recevoir la visite du nouveau roi d'Annam S. M. Bao-Dai, visite purement privée, dont nous ne fûmes avertis par un ami que trois heures d'avance.
    Le roi était venu passer la journée, tout à fait incognito, à la plage de Cua-tung, accompagné de M. Charles, ancien gouverneur général de l'Indochine, aux soins dévoués duquel il est confié.
    Bien que le temps manquât pour organiser une réception digne de la Majesté royale, maîtres et élèves rivalisèrent d'entrain pour l'ornementation d'un petit salon et de l'avenue qui conduit au Séminaire.

    Juillet août 1926, n° 170.

    Le roi, avec M. et Madame Charles arrivaient de Di-loan, où ils avaient admiré la magnifique église catholique, l'une des plus belles de l'Annam, et visité les ateliers de soierie et de broderie établis au couvent par le P. Cadière, selon les méthodes européennes. L'installation et le fonctionnement de ces industries intéressèrent vivement le roi, qui demanda même quelques coupons de cette soie et remit une offrande aux petites brodeuses.
    Après avoir reçu les, salutations des religieuses et celles des dignitaires de la chrétienté, le roi et sa suite prirent le chemin du Petit Séminaire.
    Les prêtres des environs, prévenus en toute hâte, étaient là, entourant le P. Roux, supérieur, et-les professeurs.
    Le roi descend le premier de l'automobile. Il est salué par le supérieur, les prêtres et les élèves, debout sur deux rangs. Il ne porte aucun insigne. Il est vêtu d'un habit de satin noir et d'un pantalon blanc effiloché (signe de deuil) et porte un casque colonial. On dirait un jeune étudiant. A peine âgé de 12 ans, on lui en donnerait 15, à juger par sa taille. Sa pose est à la fois simple et aimable, grave et digne. Il se découvre pour recevoir les hommages des prêtres qui le saluent. H est ensuite conduit au salon d'honneur, où un trône a été préparé.
    Tout d'abord le Père supérieur, dans un petit discours en langue française, exprime à Sa Majesté, au nom de tous, ses remerciements pour l'honneur qu'elle fait au Petit Séminaire d'An-ninh et ses souhaits de longue vie et de prospérité.
    A cette harangue qu'il a écoutée debout, le roi répond : « Merci ! »
    Présentés par leurs supérieurs les élèves font ensuite vec ensemble et gravité les cinq prosternations (lay) de règle envers le Souverain, puis l'un d'eux lit un compliment en langue annamite. Cette fois encore le roi répond : « Merci ! »
    Dans son discours le Père supérieur avait rappelé la visite du roi Dong-Khanh au Petit Séminaire d'An-ninh en 1886. On montra au roi le diplôme que son aïeul avait donné au P. Girard à cette occasion, souvenir exposé au salon du Séminaire. L'un des prêtres présents, le P. Jinan, était alors élève du Séminaire. Présenté à Sa Majesté, il rappela en quelques mots les circonstances de cette visite royale.
    On parcourut ensuite rapidement l'établissement. A la chapelle le roi s'avance respectueusement jusqu'à l'entrée du sanctuaire et fait une profonde inclination à l'autel.
    On visite ensuite le cimetière où reposent des missionnaires contemporains de Gia-Long et de Minh-Mang, puis les dortoirs et la salle d'étude. Là, le roi a paru plus intéressé que partout ailleurs, mais n'a fait aucune réflexion. Pendant toute sa visite, il n'a demandé aucune explication : il écoutait attentivement ce qu'on lui disait et répondait aimablement aux questions qu'on lui posait.
    Reconduit à sa voiture, il a tendu la main à tous les prêtres et, au moment du départ, a salué avec courtoisie les élèves respectueusement inclinés devant lui.
    Prêtres et séminaristes garderont toujours le souvenir de cette très aimable et très digne visite royale.

    Chèques Postaux.

    Pour les envois d'argent, nos associés peuvent utiliser les mandats-cartes roses à inscrire au compte courant suivant du bureau de chèques postaux de Paris :

    C/c. n° 22.294. Séminaire Missions Etrangères.
    128, rue du Bac, Paris, VIIe.

    NOTE IMPORTANTE. — Avoir soin de bien indiquer sur le coupon du mandat réservé pour la correspondance la destination à donner à l'envoi d'argent.
    TARIF :
    O fr. 25, quelle que soit la somme versée.
    1926/121-124
    121-124
    Vietnam
    1926
    Aucune image