Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Histoire d'une sortie de Bal

VARIÉTÉS Histoire d'une sortie de Bal Cela va paraître étrange, de prime abord, qu'un missionnaire se mêle d'écrire sous un titre pareil. Il n'a appris à connaître cet ornement qu'après être venu en mission. Nos pauvres chrétiennes n'en usent pourtant pas, et si elles ont les épaules découvertes, ce n'est certes pas pour le plaisir de les montrer.
Add this



    VARIÉTÉS

    Histoire d'une sortie de Bal

    Cela va paraître étrange, de prime abord, qu'un missionnaire se mêle d'écrire sous un titre pareil. Il n'a appris à connaître cet ornement qu'après être venu en mission. Nos pauvres chrétiennes n'en usent pourtant pas, et si elles ont les épaules découvertes, ce n'est certes pas pour le plaisir de les montrer.

    C'était il y a dix ans : un missionnaire de Kumbakonam recevait un paquet envoyé par l'OEuvre Apostolique de Lyon. Après en avoir retiré tout une fraîche provision de corporaux, purificatoires, nappes d'autel, aubes, surplis, soutanes d'enfants de choeur, etc. etc. ; il trouva au fond un grand foulard de soie blanche ; comment le nommer autrement ? Il n'avait jamais rien vu de pareil. Tout brodé de larges fleurs, bordé de longues franges, et le tout si doux, si doux au toucher qu'il en fut émerveillé. Après l'avoir tourné, retourné et admiré sans réserve, (car il était en si bon état qu'il paraissait sortir du magasin, et n'avoir jamais servi), il le mit dans son armoire, songeant à la personne, qui sans se faire connaître, lui envoyait un si riche cadeau.

    NOVEMBRE DÉCEMBRE 1905 N° 48.

    A quelques jours de là, il reçut la visite d'un confrère voisin, et s'empressa de lui montrer son trésor, ne sachant pas quel autre nom lui donner.

    Tiens, mais c'est une sortie de bal, lui dit sans hésiter le nouvel arrivé.

    Une sortie de quoi ?

    De bal, répéta l'autre. Et il regardait son confrère campagnard, d'un air qui semblait vouloir dire : pas la peine d'avoir tant voyagé, si vous ne savez pas ce que c'est qu'une sortie de bal ; et il voulut lui expliquer l'usage de cet ornement.

    « Que ce soit une sortie, ou une entrée, peu m'importe, répliqua le propriétaire, un peu honteux de son ignorance, et il serra jalousement son trésor ».

    En attendant qu'il trouvât le moyen de l'utiliser, il faisait toutes sortes de suppositions sur les causes qui lui avaient valu l'envoi d'un objet si précieux. Il n'y avait aucun écrit qui pût le lui faire deviné. La donatrice n'avait pas voulu se faire connaître, et il n'était certainement pas connu d'elle.

    Pour entrer dans l'intention de cette âme charitable, je commençai par prier beaucoup pour elle, puis je songeai à utiliser son envoi.

    Il me répugnait de taillader un si riche tissu. C'était un vêtement qui avait été offert au Bon Jésus ; c'est sous cette forme que je voulus l'employer à son service : c'était aussi le moyen de perpétuer le souvenir de la donatrice, et de lui témoigner ma reconnaissance, en priant plus souvent pour elle. Il fut partagé en deux parties ; et je fus heureux d'en donner une à un de mes confrères, le priant de l'employer comme je le faisais moi-même.

    A quoi sert maintenant cette sortie de bal ? A couvrir les épaules sacrées du Sauveur, quand Il s'en va à travers les campagnes, de village en village visiter les malades et leur servir de dernier Viatique ; elle enveloppe la bourse et la custode où Il est enfermé ; dans les réduits de mes pauvres chrétiens, où il ne se trouve ni chaise ni table, étendue sur une natte, ou même sur la terre humide, elle Lui sert de lit de repos, avant qu'il ne passe dans l'âme qui l'attend.

    Puisse le Divin Maître revêtir de sa grâce et de son amour celle qui s'est dépouillée pour lui. C'est ce que je demande pour elle toutes les fois que je porte le Saint Viatique aux malades.

    Cette sortie de bal est devenue une entrée au Paradis. Dieu bénisse la bienfaitrice inconnue. P. BARRALON,

    Missionnaire apostolique de Kumbakonam.

    7 août 1905.








    1905/370
    370
    Inde
    1905
    Aucune image