Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Générosité des chrétiens de Yerkalo pour la France

THIBET. LETTRE DE Mgr GIRAUDEAU. Vicaire apostolique du Thibet. Générosité des chrétiens de Yerkalo pour la France.
Add this
    THIBET.

    LETTRE DE Mgr GIRAUDEAU.
    Vicaire apostolique du Thibet.

    Générosité des chrétiens de Yerkalo pour la France.

    Yerkalo. Cette paroisse purement thibétaine s'est acquis la réputation de paroisse « aux fortes têtes ». Située à la frontière du royaume de Lhassa, elle s'est lentement développée au milieu de continuelles tribulations, et cette circonstance a sans doute contribué à rendre les chrétiens têtus et d'un tempérament un peu acerbe. En revanche, on trouve chez eux une générosité qui rachète leurs défauts de caractère.
    Pour mieux apprécier ce qui suit, il faut savoir que Yerkalo fut dévasté en 1912 par les envahisseurs thibétains. Les maisons furent pillées puis livrées aux flammes. La plupart des habitations des chrétiens n'ont pu être relevées, faute de ressources suffisantes.
    M. Valentin, pour l'acquit de sa conscience et sans insister, leur dit que la Mission faisait une souscription pour la Croix-Rouge française. Le soir du même jour, les représentants de 40 familles se réunissaient, afin de voir ce qu'ils pourraient faire pour cette bonne oeuvre. Le lendemain, ils apportèrent à leur curé 230 roupies chinoises (environ 300 fr.) : « Père, lui dirent-ils, vous savez que nous sommes ruinés. Nous n'avons pu réunir les 200 roupies nécessaires à la reconstruction de notre cimetière ; mais, pour la France qui nous envoie nos missionnaires, qui nous protège dans les persécutions, nous devons faire plus que pour nous-mêmes ; nous devons faire l'impossible. Voici notre collecte ; plus d'un s'est endetté auprès des païens pour apporter sa cotisation ; à la récolte nous rendrons ces dettes aux païens ».
    Comme M. Valentin, ému, voulait les remercier : « Que le Père ne remercie pas, déclarèrent-ils, nous sommes désolés de ne pouvoir faire plus pour la France ».
    Chaque jour ils demandent : « Avez-vous des nouvelles de France, nos soldats gagnent-ils ? »

    1916/132
    132
    Chine
    1916
    Aucune image