Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ephémérides

Ephémérides 1883 29 mars 1883. Mort de Jean Antoine TERRASSE, missionnaire du Yunnan.
Add this
    Ephémérides

    1883

    29 mars 1883. Mort de Jean Antoine TERRASSE, missionnaire du Yunnan.
    Né en 1848 à Lantriac, diocèse du Puy, il entra en 1871 au Séminaire des Missions Etrangères et partit en 1874 pour le Yunnan (Chine). Après avoir administré des chrétientés déjà formées, il évangélisa les régions païennes des environs de Tali. Attaqué par des païens dans le village de Tchang-in, le soir du 28 mars 1883, il défendit sa résidence jusqu'au matin. Pendant cette nuit il se dépensa tellement qu'au lever du jour il vomissait le sang. Pour essayer de sauver ses néophytes, il se livra lui-même aux massacreurs et tomba aussitôt percé de coups. Les païens mangèrent son coeur et son foie.

    24 avril 1883. Mort de Mgr Louis-Marie GALIBERT, Vicaire apostolique de la Cochinchine Orientale (Quinhon).
    Originaire d'Anglès-du-Tarn, diocèse d'Albi, il fut admis en 1866 au séminaire des Missions Etrangères et envoyé deux ans plus tard en Cochinchine Orientale. Après y avoir fondé plusieurs chrétientés il fut nommé supérieur du séminaire de Nuocnhi et, en 1879, devint évêque d'Eno et Vicaire apostolique. En apprenant son élévation à l'épiscopat, sa mère, excellente chrétienne, lui écrivait : « Maintenant je commence à craindre pour ton salut ». A la suite d'une visite chez les Bahnars, il contracta la fièvre des bois, rentra en France, mais ne put rétablir sa santé et mourut dans son village natal le 24 avril 1883.
    Quatre ans après sa mort, un de ses frères, de 19 ans plus jeune, partait à son tour pour les missions : envoyé au Setchoan méridional (Suifu), il y mourut en 1922.

    27 avril 1883. Mort de Joseph SOUCHIÈRES, missionnaire du Kouangsi (Chine).
    Né à Avignon en 1846, il était diacre lorsqu'il entra au séminaire des Missions Etrangères ; le 18 janvier 1870, il partait pour le Kouangsi. A peine était-il arrivé que sa résidence de Loukiato fût incendiée par les païens. Chargé ensuite du district des « Cent mille monts », il eut à soutenir un véritable siège dans la maison où il s'établit. Une maladie des yeux le contraignit à rentrer en France en 1882 ; à peine guéri, il reprit le chemin de sa mission ; mais il fut atteint de la fièvre typhoïde dans la mer des Indes et on dut le débarquer à Singapore, où il mourut le 27 avril 1883, sans avoir pu donner tout ce que promettaient sa nature délicate et sa vive intelligence relevée par une réelle culture littéraire.
    1933/85
    85
    France et Asie
    1933
    Aucune image