Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos missions

Echos de nos missions JAPON
Add this
    Echos de nos missions

    JAPON

    Tôkyô. — Le nouveau Délégué Apostolique au Japon, Mgr Paul Marella, débarquait du paquebot japonais Hie-maru à Yokohama le 19 décembre dernier. Mgr Chambon, archevêque de Tôkyô, le P. Hurley, secrétaire de la Délégation Apostolique, et de nombreux chrétiens étaient venus saluer Son Excellence, à qui douze petites filles, élèves des Dames de Saint-Maur et des Dames du Sacré Coeur, offrirent des bouquets de fleurs, tandis que les fidèles acclamaient le Représentant du Souverain Pontife. Le Délégué se rendit immédiatement à Tôkyô, où, le lendemain, il fut reçu solennellement à la cathédrale.
    Quelques jours après, il fut reçu en audience par S. M. l'Empereur, à qui il remit un message spécial du Saint-Père, ainsi que des exemplaires en or, en argent et en bronze de la médaille commémorative de l'Année Sainte. L'Empereur, qui, en 1921, encore prince héritier, avait fait un voyage en Europe et obtenu une audience du Pape Benoît XV, manifesta une vive satisfaction de cette délicate attention du Souverain Pontife.
    Au théâtre le plus beau et le plus fréquenté de Tôkyô, le Kabukiza, a été représenté récemment un drame chrétien, oeuvre de M. Nagata Mikihito, un des meilleurs romanciers et dramaturges japonais contemporains. La scène se passe au XVIIe siècle. Un jeune artiste, Seinosuke, habitant de Nagasaki, reçoit la visite d'un Européen qui lui demande de sculpter un crucifix. Il accepte, applique tout son talent à ce travail, et, l'oeuvre terminée, enthousiasmé lui-même, il embrasse le crucifix et se convertit, malgré la persécution qui sévit contre les chrétiens. Il amène à la foi sa fiancée, mais lorsqu'il lui propose de s'embarquer avec lui sur un bateau hollandais pour fuir la persécution, elle l'en dissuade et, ayant refusé de fouler aux pieds le crucifix, tous deux sont condamnés à mort.
    Non seulement cette représentation obtint le plus grand succès même dans la population païenne, mais, sur la demande de l'auteur, une messe fut célébrée à la cathédrale pour l'âme de Seinosuke, qui n'est pas un héros imaginaire, et à cette messe assistèrent tous les acteurs.
    A l'occasion de la naissance du prince héritier, le Cardinal Pacelli a chargé le Délégué Apostolique de transmettre à la famille impériale les félicitations et les voeux du Saint-Père.
    Fukuoka. — Le 23 décembre 1933 a été, pour le diocèse de Fukuoka un jour de joie et d'espérance. Ce jour-là, en effet, a eu lieu à Rome l'ordination sacerdotale du premier prêtre japonais de cette mission, M. Jean Hirata, étudiant au Collège de la Propagande. Le même jour, deux séminaristes du diocèse, élèves du Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal, ont reçu les Ordres mineurs ; enfin deux autres étudiants à Tôkyô, ont reçu la tonsure. Ce sont les prémices du clergé indigène dans cette jeune mission.
    Dans le nord du diocèse plusieurs bâtiments sont en voie de construction : presbytère à Moji et à Kokura, église à Yawata, etc.
    Osaka. — Dans le grand temple bouddhique Nishi-Hon-gwanji d'Osaka a eu lieu récemment une solennelle cérémonie funèbre pour les animaux tués durant la dernière campagne japonaise en Chine. Les autorités militaires et un millier de personnes assistaient à l'office. Devant l'autel couvert de fleurs et de couronnes on voyait 25 chevaux, quelques chiens policiers et une centaine de pigeons voyageurs, envoyés par la 4e division militaire, qui tient garnison dans la ville.
    La S. C. de la Propagande a décidé de détacher du diocèse d'Osaka les deux départements de Kyôto et de Shiga pour former une nouvelle mission, qui aura son centre à Kyôto et sera confiée aux missionnaires américains de Maryknoll. Trois Pères de cette Congrégation sont arrivés au Japon et se sont installés à Tôkyô pour y apprendre la langue. Dans l'été de 1935 ils prendront possession du territoire qui leur est destiné.

    COREE

    Taikou. — Après avoir bâti une belle église à Hayang, le P. Hamon vient d'y adjoindre un presbytère. A Enyang, le P. Beaudevin a construit aussi une église, tout en pierres de granit, qui est l'une des plus belles de la mission. Le P. Peynet vient d'achever la construction d'un presbytère en style coréen, le P. Richard celle d'une maison pour ses religieuses. Dieu seul sait combien ces bâtisses représentent de soucis et de sacrifices.

    MANDCHOURIE

    Moukden. — Mgr Blois a béni récemment l'église que le P. Vérin eux a construit à Santaitse et qui peut contenir 1.500 personnes. L'édifice s'éleva durant l'année 1932, année de brigandage intense ; aussi, pendant la construction, des sentinelles veillaient aux créneaux des murs de terre qui entourent le village et eurent à repousser plusieurs attaques des brigands. Une entente parfaite existe là entre chrétiens et païens ; les conversions sont nombreuses : plus de 500 adultes ont été baptisés dans l'année et la moisson s'annonce plus belle encore pour le prochain exercice.
    CHINE

    S. Exc. Mgr Zanin, le nouveau Délégué Apostolique en Chine, a reçu la consécration épiscopale à Rome, le 7 janvier dernier, des mains de S. Em le Cardinal Fumasoni-Biondi, Préfet de la Propagande. Le Ministre de Chine et environ 50 séminaristes chinois, étudiants en divers collèges de Rome, assistaient à la cérémonie.

    Chengtu. — Quatre Pères Rédemptoristes sont arrivés à Chengtu. Une maison est en construction pour les recevoir à quelques minutes seulement de l'évêché.
    La situation dans la province reste la même : avance des bandes communistes et mésintelligence entre les généraux qui devraient les combattre. Ceux-ci ne sont d'accord que pour accabler de taxes et de surtaxes une population qui à d'ores et déjà versé les impôts de 1983, soit 50 années d'avance. Aussi le Setchoan, jadis une des plus riches provinces de la Chine, est maintenant plongé dans la misère la plus lamentable.

    Chungking. — Les Franciscaines Missionnaires de Marie ont un établissement à Sutin, dans la Mission de Wanshien, confiée depuis 1929 au clergé indigène sous l'autorité de Mgr François Wang. Cet établissement comprend un orphelinat où sont élevées 250 orphelines et un dispensaire où de nombreux malades viennent chaque jour demander des soins et des médicaments. Au mois d'octobre dernier les communistes se rendirent maîtres de la ville de Sutin, pillèrent et dévalisèrent la maison, brutalisèrent les religieuses et les menacèrent de mort. Après des heures d'angoisse les Soeurs européennes, seules en danger, revêtues d'habits chinois, réussirent à s'échapper et, après un pénible voyage, parvinrent à gagner Chungking, où, dans une maison de leur Congrégation, elles furent accueillies avec joie et purent se remettre de leurs émotions, attendant impatiemment qu'un recul des bolchevistes leur permette de reprendre à Sutin leur vie de dévouement et d'abnégation.

    Tatsienlu. — Le P. Nussbaum a fait un voyage jusqu'à Kiangka, capitale de la province thibétaine du Kham méridional, pour avoir une entrevue avec le gouverneur dont relève maintenant sa résidence de Yerkalo. L'accueil fut correct, presque bienveillant, et le missionnaire put régler diverses questions relatives à la chrétienté, les fonctionnaires thibétains manifestant des dispositions plus conciliantes que dans le passé. Les chrétiens de Yerkalo ont été comme réconfortés par cet accueil fait à leur missionnaire.
    Dans les péripéties de la guerre civile, la 24e armée ayant défait en plusieurs rencontres la 28e armée, les officiers de cette dernière demandèrent au P. Charrier son intervention pour discuter les clauses d'un armistice ; le missionnaire accepta cette mission et réussit à ramener la paix... au moins pour quelque temps. Les résultats de cette guerre sont, d'ailleurs, plutôt négatifs ; les soldats des deux armées se conduisent en soudards, pillant et incendiant. L'école de la mission à Tanpa a été transformée en ambulance ; celle de Mowkung dut licencier ses élèves. Partout on éprouve de grandes difficultés à s'approvisionner ; ce n'est pas encore la famine, mais c'est la disette.
    Quelques détails ont été donnés plus haut sur la bénédiction de la nouvelle église bâtie par le P. Genestier à Tchrongteu.

    Ningyuanfu. — Après une tournée dans son district, le P. Li a trouvé sa résidence de Houangmou-tchang toujours occupée par les soldats, qui ont consenti cependant à lui céder sa chambre. Permission est donnée aux chrétiens d'assister à la messe, mais peu nombreux sont ceux qui osent profiter de cette autorisation. Dans la région le bois de chauffage est rare ; il faut aller le chercher au loin dans la montagne. Les hôtes du P. Li ont trouvé une solution plus simple et moins pénible : ils brûlent les tables, les bancs, les cloisons, etc...
    A Houili le P. Bettendorf a été invité par le général Lieou à l'inauguration d'un Cercle civil et militaire. L'invitation fut acceptée comme une occasion de prendre contact avec les autorités, qui se montrèrent des plus aimables et promirent aide et protection. C'est une perspective d'un peu de tranquillité après bien des vicissitudes.

    Yunnanfu. — Mgr de Jonghe a pris possession de son Vicariat et a inauguré son épiscopat par l'ordination de deux prêtres le 23 décembre dernier.
    Une des premières préoccupations du nouvel évêque est de préparer la fondation d'un grand séminaire qui sera comme régional, puisque les missions voisines pourront y envoyer des élèves. Au point de vue sanitaire il sera des mieux placés sur le plateau de Yunnanfu. L'OEuvre de St Pierre Apôtre donnera son concours pour le côté matériel ; la Compagnie de St Sulpice fournira le corps professoral au fur et à mesure de ses possibilités et des besoins du Séminaire.
    Canton. — Des Carmélites belges avaient fondé en 1930 un monastère à Canton et y avaient réuni déjà un petit groupe de novices chinoises. Des difficultés locales ayant surgi, les religieuses se transportèrent à Hongkong durant l'été de 1933. Sur la demande de l'évêque de cette ville, la Congrégation de la Propagande vient de les autoriser à s'y fixer et elles habitent une maison de location en attendant la construction d'un monastère.
    Swatow. — Mgr Rayssac a fait une tournée de confirmation dans la région de Kityang, mais n'a pu se rendre dans les districts limitrophes du Fokien, trop exposés aux incursions des brigands, qui, dans les campagnes, continuent leurs exploits. Dans les villes le marasme des affaires cause de nombreuses faillites. Tout cela, joint à l'incertitude de la situation politique crée une atmosphère d'inquiétude générale.

    INDOCHINE

    Hunghoa. — La Mission a eu l'honneur de recevoir Mgr Marcou et son Coadjuteur Mgr Tong, qui, de Hanoi, où ils avaient salué Mgr Gendreau, ont poussé une pointe de quelque 70 kilomètres vers le nord pour rendre visite à Mgr Ramond. Mgr Tong a accepté de venir prêcher la retraite annuelle des prêtres indigènes de Hunghoa.
    Quinhon. — Les dégâts causés par le typhon du 1er novembre sont maintenant connus : ils sont considérables et il faudra un long temps pour les réparer. Pourtant, écrit le Vicaire Apostolique à ses missionnaires, « quelle que soit la grande pitié des églises renversées ou endommagées, nous ne devons pas songer à relever tout de suite un tel monceau de ruines. Que ceux qui ont perdu leur église principale s'efforcent de préparer pour la messe du dimanche un local convenable. Qu'ils fassent taire leurs impatiences et celles de leurs chrétientés ; car il faut choisir entre nos pauvres églises mortes et l'église vivante, que nos malheurs même ne nous permettent pas de laisser tomber : c'est à cette église vivante que nous devons garder la toute première place dans nos préoccupations et dans nos maigres budgets. La restauration de nos chères églises ne doit venir qu'après, dès que des jours meilleurs nous seront rendus ».
    Hué. — Il est trop tard pour revenir sur les brillantes solennités qui ont marqué à Hué le passage de Mgr Tong, premier évêque annamite. Outre les cérémonies religieuses, l'audience accordée par l'Empereur d'Annam à l'envoyé de Rome causa à ses compatriotes une vive émotion et une grande joie. Mgr Tong, en effet, apportait la réponse du Saint-Père au télégramme que lui avait adressé le souverain le jour même du sacre ; à cette réponse était jointe une médaille d'or à l'effigie de Sa Sainteté. Après avoir donné lecture de la lettre du Pape, le nouvel évêque adressa à l'Empereur une harangue exprimant les sentiments de respect, de reconnaissance et de fidélité des chrétiens annamites, qui, dit l'orateur, « n'ont qu'une ambition après celle d'être de bons chrétiens, c'est d'être les premiers et les plus dévoués sujets de leur roi et de leur patrie ! » — Le soir de ce jour, un dîner officiel fut donné au Palais en l'honneur du premier évêque annamite.
    Cette journée demeurera une date historique pour l'église d'Annam, qui, se souvenant que cent ans auparavant, presque jour pour jour, le roi Minh-Mang envoyait à la mort le Bienheureux Gagelin, recueille aujourd'hui les moissons arrosées du sang de ses Martyrs.
    Ces fêtes ont eu leur écho à Rome, où l'Ambassadeur de France auprès du Saint Siège, au nom de S. M. l'Empereur d'Annam, a remis à S. Em le Cardinal Fumasoni-Biondi, Préfet de la Propagande, les insignes de Grand'Croix de l'Ordre du Dragon d'Annam et ceux de Grand Officier du même Ordre à S. Exc. Mgr Salotti, Secrétaire.

    MALAISIE

    Malacca. — Le P. Adrien Devals est nommé Evêque de Malacca, succédant à Mgr Barillon, démissionnaire. L'ancien siège épiscopal de Malacca, créé en 1558, puis supprimé en 1783, fut relevé par Léon XIII en 1888 avec privilège pour l'évêque de résider à Singapore. Le premier titulaire fut Mgr Gasnier (1888-1896), qui eut pour successeurs Mgr Fée (1896-1904), Mgr Barillon (1904-1933).
    Mgr Devals, né en 1882 dans le diocèse de Rodez, est missionnaire de Malaisie depuis 1906. Il était lors de sa nomination curé de la paroisse de l'Assomption, dans l'île de Pinang, où il sera sacré le dimanche 15 avril par Mgr Perros, Vicaire Apostolique de Bangkok (Siam).

    BIRMANIE

    Rangoon. — Le P. Xavier Boulanger, qui depuis 38 ans était curé de l'église Saint Patrick à Moulmein, est nommé aumônier des Clarisses à Pégou. Ce changement a causé de vifs regrets à Moulmein, mais, par contre, une grande joie à Pégou. Jusqu'ici, en effet, le P. Mignot, le toujours zélé missionnaire aveugle, ne pouvait, de sa résidence de Nyaunglebin, se rendre à Pégou qu'une ou deux fois par mois ; désormais les religieuses pourront chaque jour assister à la messe et recevoir la sainte communion. Le P. Boulanger est remplacé à Moulmein par le P. Mamy, auparavant chapelain militaire.
    Mgr Provost a béni deux nouvelles églises : l'une, dédiée à sainte Thérèse à Pyapon, l'autre, sous le vocable de Saint François-Xavier, à Syriam, la plus ancienne chrétienté de la Birmanie.
    Mandalay. — Mgr Falière a ordonné à Noël trois nouveaux prêtres indigènes. S. Exc. a béni à Mandalay l'église Saint-Joseph, dont la construction, commencée en 1913, fut interrompue par la guerre, reprise en 1923 et achevée enfin en 1933. Ce beau monument, de style gothique, fait honneur au bon goût et au zèle du P. Lafon, qui l'a entrepris et mené à bonne fin.

    LAOS

    Nongseng. — Les quatre filles de sainte Jeanne-Antide Thouret sont arrivées pour y célébrer les fêtes de la canonisation de leur sainte fondatrice. Elles furent accueillies par des manifestations de joie et de sympathie de la part des indigènes comme des Français. — Dans le dernier numéro des « Annales » ces religieuses ont été qualifiées de « Soeurs de la Charité de Besançon » : ce n'est pas exact. On sait que la Congrégation fondée par sainte Jeanne-Antide s'est scindée en deux branches : celle de Besançon et celle de Naples, dont les membres ont le titre de « Soeurs de la Charité sous la Protection de saint Vincent de Paul » : c'est à cette dernière branche qu'appartiennent les nouvelles religieuses de Thakhek.

    INDE

    Pondichéry. — Le samedi des Quatre-Temps de Noël, Mgr Colas a conféré les saints Ordres à 26 ordinands, dont 5 prêtres : 2 pour Pondichéry, 2 pour Mysore et 1 pour Kumbakônam.
    Mysore. — Le Souverain Pontife a adressé au Maharajah de Mysore le télégramme suivant : Nous sommes heureux d'exprimer à Votre Altesse la vive satisfaction que Nous a causée l'acte de bienveillance manifestée envers ses sujets catholiques en présidant à Mysore la pose de la première pierre de l'église Sainte Philomène. En témoignage de cette satisfaction Nous vous envoyons par notre Délégué Apostolique la médaille d'or commémorative de l'Année Sainte et Nous demandons à Dieu de répandre d'abondantes bénédictions sur Votre Altesse, votre famille et vos sujets.
    Le Maharajah a répondu : Je remercie de tout coeur Votre Sainteté pour son télégramme qui m'a causé la plus profonde satisfaction. Les bénédictions et les souhaits de Votre Sainteté sont précieux pour moi et la médaille d'or que vous avez été assez bon pour m'envoyer me sera un agréable souvenir du grand intérêt que Votre Sainteté manifeste envers moi, ma famille et mon peuple.
    1934/83-92
    83-92
    France et Asie
    1934
    Aucune image