Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos missions

Echos de nos missions Japon
Add this
    Echos de nos missions

    Japon

    Yokohama. Mgr Chambon a pris possession de son siège épiscopal de Yokohama le 20 février. La cérémonie a eu lieu en présence de Mgr Marella, délégué apostolique, et de Mgr Doi, archevêque de Tôkyô, et fut des plus solennelles. La séparation est donc un fait accompli. Sauf quelques-uns qui restent pour y continuer les oeuvres auxquelles ils se dévouaient et où ils ne peuvent encore être remplacés, les missionnaires de Tôkyô ont émigré vers le sud et, dans le nouveau diocèse, ont reçu mission de fonder un poste ou de le raffermir là où aucun prêtre n'a encore résidé. Tel missionnaire qui, depuis trente ans, se dépensait dans une des belles paroisses de la capitale, pourvue de toutes les oeuvres catholiques, se trouve soudain clans une petite ville où, au point de vue religieux, tout est à créer ; pour lui, après les déchirements de la séparation, ce sont les soucis d'un avenir toujours incertain en face duquel un septuagénaire est en droit de frissonner. Mais cette émotion dure peu : il s'installe dans une maison japonaise qu'il loue pour quelque temps ; sur un terrain voisin que la Mission vient d'acquérir, il bâtira une modeste chapelle, un presbytère plus modeste encore et, de tout son vieux coeur, il travaillera à obtenir dans cette campagne encore inculte les résultats qui, à Tôkyô, avaient récompensé les efforts de son zèle, c'est-à-dire à amener de nombreuses ouailles au bercail du divin Pasteur. Ils sont vingt en pareille situation, et tous décidés à se dépenser jusqu'au bout. Dieu bénisse et récompense leur courage et leurs sacrifices !

    Osaka. En 1877, Mgr Petitjean, revenant d'Europe où il avait obtenu le partage de son immense mission, amenait avec lui quatre religieuses de la Congrégation du Saint Enfant Jésus de Chauffailles (Saône-et-Loire), dont il avait été l'aumônier avant d'entrer aux Missions. Les bonnes Soeurs ont fêté solennellement à Kôbele soixantième anniversaire de leur arrivée au Japon ; pour marquer le souvenir de cette date, elles avaient fait construire, sur le terrain de leur école, une élégante chapelle qui a été bénie par Mgr Castanier. Les oeuvres des dévouées religieuses ont grandement prospéré durant ces soixante années : après celle de Kôbe des maisons furent fondées à Osaka, puis à Nagasaki, etc., et partout elles sont d'un précieux secours à l'apostolat par leurs établissements de bienfaisance ou d'enseignement.
    Quelques jours après, les Frères de Marie (Marianistes) célébraient à leur tour le cinquantième anniversaire de leur arrivée au Japon (janvier 1888). Leurs établissements de Tôkyô, Yokohama, Osaka et Nagasaki comptent ensemble plusieurs milliers d'élèves. Un des premiers arrivants, M. Heinrich, qui fut longtemps supérieur du Collège de Tôkyô et vice provincial, a eu la consolation d'assister à cette fête ; son humilité n'a pu se refuser à reconnaître la part prépondérante qu'il a prise à ce consolant développement des oeuvres de sa Congrégation et au bien qu'elle a produit au Japon.

    Corée

    Taikou. La mort de Mgr Demange est une perte douloureuse pour la mission. Après plusieurs mois d'une maladie allant toujours en s'aggravant, c'est le 9 février, vers 4 heures et demie du matin, que notre évêque a rendu son âme au Dieu pour la gloire duquel il a tant travaillé. Ses obsèques, célébrées le 12, ont revêtu une solennité extraordinaire. Après l'office, présidé par Mgr Larribeau, venu de Séoul, des discours furent prononcés par les autorités civiles devant la porte de la cathédrale, puis un imposant cortège, comme Taikou en a rarement vu, se déroula jusqu'au cimetière, où notre évêque vénéré repose maintenant au pied de la croix de granit qui gardera sa tombe en attendant la suprême résurrection.
    **Le Journal Officiel a publié la reconnaissance par le Gouvernement Général des deux nouvelles Missions de Zenshu et de Kwôshu récemment détachées de Taikou. On prépare maintenant l'établissement des sociétés civiles relatives à cet état de choses.

    MANDCHOURIE

    Kirin. Mgr Gaspais a béni à Haipei une nouvelle église dont la construction, commencée par M. Henri Tchang, fut menée à bonne fin par le P. Peignont.

    CHINE

    Chengtu. L'intendant de l'évêché et celui de l'hospice de la Porte du Sud ont été arrêtés par ordre du Préfet de Chengtu et n'ont été relâchés qu'après le paiement intégral des sommes énormes exigées arbitrairement pour l'Emprunt National. Du fait de ces versements exorbitants, nous sommes dans l'obligation de restreindre nos oeuvres de bienfaisance, et bientôt peut-être de fermer plusieurs hospices.
    Chungking. Trois PP. Dominicains polonais sont arrivés pour se préparer à la fondation d'une nouvelle mission, qui sera détachée de Chungking et aura son centre à Kweichowhsien.
    Suifu. La guerre sino-japonaise a, surtout au point de vue financier, ses contrecoups jusque dans le lointain Setchoan. Les missions sont écrasées par les impôts, nationaux et locaux, et par les emprunts forcés.
    **De nombreuses bandes de brigands se livrent au pillage dans la région de Changning et de Kaoshien. Mgr Renault a pu cependant y faire sans incident une fructueuse tourné de confirmation, grâce à une « opération de nettoyage » effectuée par les milices locales.
    Tatsienlu. La provision de vin de messe diminue : les difficultés de communication et les taxes prohibitives imposées par les douanes exigent une stricte économie, de crainte que, l'approvisionnement de cette année venant à être gêné, on ne soit condamné à des restrictions dans la célébration du Saint Sacrifice.
    **Les PP. Rédemptoristes de Chengtu, après avoir prêché, avec grand succès, plusieurs missions dans le vicariat, ont regagné leur résidence, emportant de Tatsienlu la profonde reconnaissance des pasteurs et de leurs ouailles pour tout le bien spirituel qu'ils ont fait à leurs âmes.
    A Yerkalo le P. Nussbaum est en butte à de nombreuses difficultés de la part des aborigènes : confiscation des propriétés de la mission, familles chrétiennes réduites à la misère et contraintes à l'exil, etc. Sous le régime des lamas, la paix est elle donc impossible ?
    Ningyuanfu. A la cathédrale de Ningyuanfu, 40 néophytes, baptisés la veille de Noël dernier, ont fait leur première communion à la messe de minuit.
    Dans le cours de l'année 1937, 557 baptêmes ont été administrés dans le district de Houili, dont 30 d'enfants de chrétiens.
    **Les séminaristes de la mission, qui font leurs études philosophiques ou théologiques chez MM. de Saint-Sulpice à Yunnanfu, sont rentrés à Ningyuanfu pour un congé de deux mois. Ce voyage annuel, au milieu de périls qui n'ont rien d'imaginaire, offre l'avantage de leur procurer l'entraînement pour leurs futures courses apostoliques.
    Yunnanfu. M. Etienne Fan, originaire du Kweichow, qui, après ses études théologiques à Paris, est entré dans la Compagnie de Saint-Sulpice et a fait à Issy son année de solitude, est arrivé à Yunnanfu pour se joindre au corps professoral du séminaire. C'est le premier Sulpicien chinois.
    **La Compagnie du chemin de fer Hanoi Yunnanfu commence un essai d'introduction au Yunnan des arbres fruitiers de France ; un ingénieur agronome est arrivé avec 2.500 pieds d'arbres divers qui fourniront des greffes aux amateurs de bons fruits.
    Kweiyang. D'importants travaux de rajeunissement et d'embellissement ont été effectués à la cathédrale de Kweiyang, qui ont été clôturés par une fête solennelle, à laquelle la musique militaire du général Yang Sen voulut prêter son concours. Après la grand'messe, sur le préau de l'école, eurent lieu des agapes où toutes les classes du royaume de Dieu fraternisèrent à qui mieux mieux.
    Pakhoi. La ville et ses environs ont été maintes fois survolés par des avions japonais, mais généralement ils n'ont fait que passer. Un jour cependant, un pont peu éloigné de Pakhoi a subi un bombardement prolongé, dont il est sorti indemne. La population est quelque peu affolée.
    Nanning. Les détails reçus au sujet du bombardement du 8 janvier précisent que, ce jour-là, de 10 heures à 10 heures et demie, douze avions japonais lancèrent des bombes sur le quartier des écoles militaires. Ils revinrent dans l'après-midi entre 2 et 3 heures et c'est alors que deux bombes tombèrent sur le séminaire. Le P. Martin fut tué presque sur le coup ; le P. Dalle put lui donner une absolution in extremis, dont il parut se rendre compte. Il se trouvait à une dizaine de mètres du lieu où la bombe a éclaté, il n'était pas défiguré et aucune blessure grave ne fut relevée sur son corps. Fut-il tué par la seule commotion ?... Un séminariste fut tué en même temps et son corps était dans un état lamentable.
    Le P. Cuenot, supérieur du séminaire, reçut un éclat à la tête et un à l'épaule droite, qui mit l'omoplate presque à nu. Transporté d'abord à l'hôpital américain, il fut ensuite évacué sur le Tonkin, à Hanoi, et les dernières nouvelles à son sujet sont heureusement rassurantes.

    INDOCHINE

    Hanoi. Dans un coin reculé de la mission, à l'orée des montagnes, en pays «muong», le P. Giraud a inauguré à Donvan une église dédiée à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Construite au prix de bien des soucis et bien des peines, la nouvelle église s'élève au sommet d'une colline, proclamant au loin le rayonnement de notre foi.
    Vinh. Mgr Eloy a conféré les saints Ordres à 27 séminaristes, dont 9 reçurent l'onction sacerdotale, ce qui porte à 184 le nombre des prêtres annamites de la mission.
    **Dans le district de Thuan-nghia, qui compte près de 14.000 chrétiens, il y a eu, dans les derniers mois de 1937, 600 baptêmes d'infidèles, dont 240 à Dong-huong, où l'on se propose de bâtir une église sous le vocable de Sainte-Thérèse de Lisieux.
    Hué. Le T. R. Père Gillet, Maître général de l'Ordre de Saint Dominique, venu en Indochine pour la visite de ses religieux, a passé à Hué une dizaine de jours, pendant lesquels il a été reçu par l'Empereur, par le Résident Supérieur, par le Délégué Apostolique, par le Vicaire Apostolique, et partout avec une cordiale révérence. A trois reprises l'éloquent prédicateur se fit entendre et suscita dans ses divers auditoires un véritable enthousiasme.
    Kontum. Mgr Jannin a conféré le sacerdoce à un jeune diacre annamite de sa mission, M. Martial Tin, récemment revenu du collège de Penang.
    La mission de Kontum a perdu à peu d'intervalle deux de ses prêtres indigènes, M. Guong, âgé seulement de trente-cinq ans, et M. Dé, âgé de quarante-deux ans.
    Le P. Marty a terminé la construction d'une église chez les Jolongs ; le P. Renaud travaille à en élever une aussi dans son district de Dakchô.
    Le P. Louison, curé de la cathédrale, va céder son vaste presbytère aux Soeurs de Saint-Vincent de Paul, attendues incessamment dans la mission.

    MALAISIE

    Malacca. La dernière ordination, faite par Mgr Devais dans la chapelle du collège de Penang, a donné au diocèse deux nouveaux prêtres : ils sont déjà en activité de service, car Monseigneur n'a pas eu de peine à les caser.

    INDE

    Mysore. Mgr Despatures a béni une nouvelle église à Bhadravati, agglomération récente qui compte environ 600 chrétiens.
    Coimbatore. La retraite annuelle des missionnaires, prêchée par le P. Combes, de Pondichéry, a eu lieu non pas à Coimbatore comme dans le passé, mais au sanatorium de Wellington, dans les Nilgiris, où les retraitants ont pu jouir d'une température bien plus favorable que celle de la plaine, au bénéfice pratique des exercices spirituels.
    **Mgr Augustin Roy, qui fut évêque de Coimbatore en 1904 et démissionnaire en 1930, est mort à Katagiri, où il s'était retiré et y exerçait les fonctions d'aumônier des Soeurs Franciscaines Missionnaires de Marie. Originaire du diocèse de Poitiers, il avait soixante-quatorze ans d'âge et quarante-neuf années de mission.
    Salem. Mgr Prunier représentait le diocèse de Salem au Congrès Eucharistique de Madras, avec 9 de ses prêtres et 300 de ses catholiques. On sait, que ce Congrès a été pour Notre Seigneur une triomphale apothéose.
    Monseigneur a béni solennellement une nouvelle église à Kettanpatti.

    1938/131-140
    131-140
    France et Asie
    1938
    Aucune image