Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos missions

Echos de nos missions COMPTE RENDU DE L'EXERCICE 1934-1935
Add this
    Echos de nos missions

    COMPTE RENDU DE L'EXERCICE 1934-1935

    Le compte-rendu des travaux de nos missionnaires du 1er août 1934 au 31 juillet 1935 vient d'être publié. Les 38 missions confiées à notre Société : 3 au Japon, 2 en Corée, 2 en Mandchourie, 12 en Chine, 12 en Indochine, 5 dans l'Inde et 2 en Birmanie, comptent ensemble une population de 205 millions d'habitants, parmi lesquels 1.728.000 sont catholiques ; les prêtres indigènes sont au nombre de 1.479, les religieux sont 739, les religieuses 7.171. Durant le cours de l'année, 258.400 baptêmes ont été administrés. 3.530 écoles catholiques groupent 208.610 élèves ; 361 crèches ou orphelinats rassemblent 23.312 enfants ; 62 ouvroirs ou ateliers en ont 2.366 ; il y a enfin 304 pharmacies ou dispensaires et 157 hôpitaux, hospices ou léproseries. Malgré les troubles qui ont agité plusieurs de nos Missions de Chine, malgré la crise qui les éprouve toutes, ces résultats sont encourageants et nous rendons grâces à Dieu, qui a béni le travail de ses ouvriers apostoliques.

    JAPON

    Tôkyô. Le 18 avril, l'Ambassadeur de France au Japon a remis à S. Exc. Mgr Chambon , Archevêque de Tôkyô, la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur, que lui a conférée le gouvernement français pour services rendus durant 35 années de mission.
    ** Les PP. Bénédictins envoyés en 1932 par l'Abbaye de Beuron (Allemagne), après s'être depuis lors initiés à la langue et aux usages du pays, ont construit un monastère à Chigasaki, à une heure de chemin de fer au sud-ouest de Tôkyô. Le 25 février, Mgr Chambon a béni la chapelle et les diverses salles du couvent ; le 21 mars, en la fête de saint Benoît, Mgr Marella, Délégué apostolique, y a célébré une messe pontificale. Les religieux 6 prêtres et 5 frères, ont complètement organisé leur vie conventuelle de prière et de travail selon la règle de leur Ordre.
    ** Mgr Chambon a béni, dans le quartier de Kôjimachi, la 12e église paroissiale de Tôkyô, dédiée à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.
    Dans cette nouvelle église, le jour de Pâques, un concert de musique grégorienne et polyphonique, suivi de cantiques japonais, d'un sermon de circonstance et de la bénédiction solennelle donnée par le Délégué apostolique, a été radio diffusé sur l'invitation de la Société Radio nationale.
    Fukuoka. Le Petit Séminaire de Guébriant », qui compte actuellement 70 élèves a été re-connu par le gouvernement comme école officielle d'enseignement secondaire.
    Le 1er Mgr Breton a béni à Kumamoto la tombe restaurée d'une famille de Martyrs du XVIle siècle.
    ** Le monastère trappiste de Notre Dame du Phare, dans le diocèse de Hakodate-te, a été élevé au rang d'abbaye : il compte actuellement 58 religieux, 24 prêtres et 34 frères ; tous, sauf six, sont Japonais En 1927, il a essaimé pès de Fukuoka et fondé le couvent de Shindenbaru, dédié à la Sainte Famille et qui compte 18 moines, dont 16 Japonais, 1 Coréen et 1 Français.

    MANDCHOURIE

    Moukden. La Congrégation des « Vierges indigènes du Saint Coeur de Marie » fondée en 191 1 par Mgr Choulet, érigée en 1932 par la S. C. de la Propagande en Congrégation indigène de droit diocésain, a célébré ses noces d'argent ; elle compte actuellement 71 professes, 16 novices et 55 aspirantes.
    ** D'après les statistiques les plus récentes, la population du Manchukuo serait de 32.869.054 habitants, dont 400.000 Japonais, 680.000 Coréens et 70.000 Russes.
    Kirin. Le 5 avril, dimanche des Rameaux, Mgr Gaspais a ordonné 6 nouveaux prêtres. Plus de 15 missionnaires ou prêtres indigènes prirent part à la cérémonie de l'imposition des mains, devant une assistance nombreuse et recueillie.
    ** Six religieuses de la Congrégation des « Filles du Saints prit » sont arrivées pour travailler dans la Mission de Kirin. Cette Congrégation, fondée à Saint-Brieuc en 1706, est très répandue en Bretagne, où elle dirige des oeuvres florissantes.
    ** Mgr Gaspais a terminé la visite des districts du nord de son vicariat, au cours de laquelle il a administré près de 2.000 confirmations.
    ** A la rentrée de mars, le séminaire a reçu 21 nouveaux élèves, ce qui porte le nombre total à 101, soit 28 au grand séminaire et 73 au petit séminaire.

    CHINE

    Chengtu. Le nouveau gouvernement de la province vient de se signaler par une brillante opération financière : nous avions payé l'impôt jusqu'en 1970, soit 35 années d'avance ; il refuse de reconnaître cette dette et nous oblige à payer depuis I 935 .
    ** Les troupes régulières ont infligé une défaite aux bandes communistes et les ont rejetées dans les montagnes de Paohin ce qui permet de conjecturer la fin de la lutte anticommuniste au Setchoan.
    Chungking. On annonce l'arrivée prochaine d'un groupe d'ingénieurs français chargés de la construction de voies ferrées au Setchoan : les deux premières lignes prévues seraient Chungking - Chengtu et Chungking-Koui-yang.
    Le gouvernement rêve aussi d'une large industrialisation de la province : cimenteries, aciéries, usines électriques, filatures, papeteries, etc. : le succès est assuré si les Rouges ne reprennent pas l'offensive.
    Suifu. Sur l'ordre de Nankin, le 1er janvier dut être fêté comme premier jour de l'année : les boutiques furent fermées, les écoles eurent deux jours de congé ainsi que tous les fonctionnaires, une retraite aux flambeaux eut lieu dans la ville ; mais cela n'empêcha pas le bon peuple de chômer encore, et de bon coeur, le premier de l'an chinois le 25 janvier.
    ** Mgr Renault a ordonné deux nouveaux prêtres chinois : l'un est nommé vicaire à Kiating, l'autre surveillant au petit séminaire.
    Tatsienlu. Les Rouges ont dû évacuer la plus grande partie de la mission et dans les postes qu'ils occupaient les missionnaires se sont réinstallés et travaillent à relever les ruines laissées par ces indésirables.
    On est toujours sans nouvelles des deux Franciscains de la léproserie de Mosimien, emmenés captifs par les communistes. Un jeune religieux, le P. Constantin Luna, est arrivé à Mosimien, où les Franciscaines Missionnaires de Marie ont aussi repris leur tâche de dévouement : 11 lépreux y ont été baptisés à Noël dernier.
    Le P. Nussbaum, à Yerkalo, n'a pas à se louer de la juridiction thibétaine à laquelle il est soumis : les lamas inventent sans cesse de nouvelles tracasseries et, pour y échapper, des chrétiens émigrent vers des régions plus tranquilles.
    Trois nouveaux religieux du Mont Saint Bernard sont arrivés à Weisi.

    Ningyanfu. La situation est toujours inquiétante. Les nouvelles précises font défaut, mais on craint un retour des bandes communistes venant du Kouytcheou.
    ** A Houili se manifeste un mouvement de conversions : non seulement des individus, mais des groupes de 5 ou 6 familles demandent à étudier la religion.
    Yunnanfu. Les écoles de la Mission sont de plus en plus prospères. Le pensionnat de filles a 202 étudiantes, le collège des garçons en a 125. Les PP.
    Salésiens ont commencé la construction d'une grande école en ciment armé.
    Les travaux de la future cathédrale Sainte-Thérèse sont poussés activement : la bénédiction de la première pierre a eu lieu le 23 avril.
    ** Les communistes, au nombre de 20.000, ont fait irruption dans le nord de la province ; la panique s'est étendue jusqu'à Yunnanfu, qui heureusement n'a pas reçu la visite de ces brigands.
    Kweiyang. Les Rouges, dans leur passage dans le sud de notre Mission, ont pillé quatre stations catholiques ; les missionnaires ont pu cependant s'échapper avant leur arrivée.
    S. Em. Le Cardinal Pacelli a adressé à Mgr Seguin, au nom du Saint Père, une lettre d'encouragements au milieu des épreuves que subit la Mission et, avec ses voeux pour le rétablissement d'une paix durable, accordant à tous la bénédiction apostolique.
    Lanlong. Mgr Carlo, d'accord avec ses missionnaires, a fait le voeu, si la Mission était préservée d'une nouvelle incursion des brigands communistes, d'élever en l'honneur de Marie « Secours des Chrétiens » une chapelle destinée à devenir un lieu de pèlerinage marial, et dans laquelle, durant dix ans, serait célébrée une messe d'actions de grâces.
    Hélas ! Jusquici la Sainte Vierge ne semble pas se laisser toucher par cette confiante promesse. Le P. Richard, dont le poste n'est qu'à deux journées de Lanlong, a dû, à l'approche des Rouges quitter sa résidence et se réfugier dans la montagne. Les élèves du petit séminaire ont passé au Kouangsi ; les missionnaires de Lanlong se tiennent prêts à partir.
    Telle était la situation aux dernières nouvelles reçues.
    Swatow. Plusieurs constructions importantes sont en projet ou déjà en voie d'exécution, maintenant que la Mission est délivrée des bandes communistes qui l'ont terrorisée si longtemps : le séminaire a été transféré sur un nouveau terrain plus grand et plus favorable ; à Phakchak, une église et une école sont en chantier ; le P. Waguette, le rescapé des geôles bolcheviques, répare sa chapelle pour effacer les traces des méfaits des brigands.

    INDOCHINE

    Hunghoa. A Kinhke, sur la rive du Fleuve Rouge, un jeune prêtre annamite a converti et baptisé un groupe de 50 catéchumènes, qui ont été confirmés par Mgr Ramond en même temps qu'une centaine d'autres néophytes du voisinage.
    Le P. Hue, provicaire, a réussi à former sa première chrétienté « muong »: il a baptisé une trentaine de personnes de cette tribu et bâtit à Phunghia une maison qui servira de catéchuménat et de chapelle.
    Thanh-hoa. Mgr Marcou, après avoir durant plus de 30 ans gouverné la Mission de Phatdiem, dont celle de Thanh-hoa faisait alors partie, a voulu, après sa démission, reprendre place dans les rangs des ouvriers apostoliques. Or d y a une chrétienté dans laquelle anomalie unique en Annam, les hommes, baptisés à leur naissance, cessent toute pratique religieuse, parfois dès avant leur première communion, pour se vouer au service d'une pagode renommée, tandis que les femmes continuent à fréquenter l'église et les sacrements. Diverses tentatives ont été faites pour ramener ces égarés ; Mgr Marcou lui-même avait tout fait pour leur conversion : rien n'avait réussi. Le courageux Evêque a demandé au Vicaire apostolique de Thanh-hoa, son ancien Coadjuteur, d'être chargé de ce poste ingrat, auquel il consacrera ses dernières années, donnant à tous un admirable exemple d'abnégation et de zèle apostolique.
    Quinhon. Deux séminaristes de cette Mission ont été ordonnés prêtres à Rome, où ils resteront jusqu'en juillet et reprendront ensuite le chemin de l'Annam ; ils y seront accueillis avec joie et trouveront facilement les moyens de mettre en pratique les leçons reçues dans la Ville éternelle.
    ** Le P. Escalère a donné au Musée Finot de Hanoi une conférence sur la « Collaboration des Missionnaires catholiques aux travaux de l'Ecole Française d'Extrême-Orient » : il y a résumé les savantes recherches des PP. Cadière, Savina, Kemlin
    Maximilien et Henri de Pirey, etc. Des articles très élogieux ont paru dans la presse locale sur cette intéressante conférence.
    Hué. Le 15 février, les cloches de la cathédrale de Hué sonnaient à toute volée pour annoncer un événement plutôt rare, le baptême d'un bonze et de sa famille. Ce bonze desservait un grand temple ; très zélé, il se levait chaque nuit à minuit pour prier et méditer jusqu'à 6 heures du matin ; sa ferveur était telle qu'il semblait en extase. Un de ses fils, pour épouser une jeune chrétienne, se convertit au catholicisme. Les prières, les exemples et les conversations de la belle-fille amenèrent le bonze, âme droite, à se donner au Dieu qu'il adorait sans le connaître ; l'opposition de ses parents et de ses amis ne réussit pas à le dissuader et, avec sa femme âgée de 68 ans, son fils de 23 ans, ses nièces et ses neveux, il recevait le baptême à 72 ans, et il apportera à sa nouvelle religion la même ferveur qu'il montrait dans le bouddhisme.
    Quelques jours après, le même prêtre qui avait baptisé le vieux bonze recevait dans l'Église une petite-fille du roi Minh-mang, le cruel persécuteur des chrétiens.
    Ces deux conversions auront certainement une bienfaisante répercussion sur les milieux jusqu'ici réfractaires à l'Evangile. Elles prouvent au moins que les efforts multipliés pour provoquer en Indochine un renouveau du bouddhisme ne donnent pas tous les résultats qu'en attendaient les promoteurs du mouvement.
    ** La naissance d'un héritier présomptif du trône d'Annam a été une grande joie dans toute l'Indochine française ; les païens eux-mêmes y ont vu le signe que le ciel ne désapprouve pas l'union du souverain avec une catholique. La reine s'était approchée de la sainte table quelques jours auparavant et on l'y vit revenir quelques semaines après en actions de grâces. Sa Majesté est, en effet, une pieuse chrétienne, assistant régulièrement à la messe du dimanche et y communiant fréquemment.
    ** La Rde Mère Visitatrice des Soeurs de Saint Vincent de Paul est venue à Hué pour s'entendre avec le Directeur de la Santé en Annam en vue de la fondation à Nhatrang d'un orphelinat pour les enfants des lépreux de Quihoa, afin de les soustraire autant que possible au péril de la contagion.
    ** Le 23 avril s'est éteint doucement à Hué Mgr Allys, originaire du diocèse de Rennes, vicaire apostolique de Hué en 1908, démissionnaire en 1931. Agé alors de 80 ans, il était devenu aveugle. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1921, Officier en 1932, il était aussi depuis 1921 grand officier du Dragon d'Annam.
    Son successeur, Mgr Chabanon, venu en France pour y rétablir sa santé, est mort à Marseille le 4 juin. Double épreuve qui sera durement ressentie dans la Mission.

    BIRMANIE

    Mandalay. Il y a deux ans environ que fut commencée l'évangélisation des « Chins », peuplade fort arriérée qui vit à l'écart dans les montagnes de la Haute Birmanie. Mgr Falière voulut conduire lui-même les deux missionnaires au zèle desquels il confiait ce difficile travail de défrichement. Au mois de mars dernier, le Vicaire apostolique put constater les progrès de l'oeuvre entreprise. Au bourg de Luckshe, un autel était élevé dans la cour de l'école et les habitants de huit villages se réunissaient pour assister à la messe célébrée par l'évêque, après laquelle 17 jeunes Chins reçurent le sacrement de la Confirmation. Jamais pareille cérémonie ne s'était vue dans cette solitude, aussi l'étonnement et l'admiration des assistants touchaient à l'enthousiasme. Selon la coutume du pays, la fête se continua par un festin dont un buffle fit les frais, arrosé de nombreuses libations de « yu » (liqueur alcoolique). Cette première solennité catholique et le retentissement qu'elle eut dans la région seront, pour les PP. Audrain et Fournel, les courageux pionniers de la brousse « chin », un puissant encouragement et déjà une récompense de leur zèle si vaillamment apostolique.

    INDE

    Mysore. Dans sa dernière tournée pastorale, Mgr Despatures a visité successivement la ville de Mysore, où le P. Feuga élève une belle église à sainte Philomène ; Kollégal, où les Frères Franciscains ont fondé une chrétienté de 500 âmes ; 40 adultes y reçoivent le baptême. Brillante réception à Matahalli, fier de sa nouvelle église que l'évêque bénit solennellement. Dans les environs, on voit partout de grandes pancartes : R. F. ; ne vous méprenez pas sur le sens de ces deux lettres : elles signifient « Reserved forest », et c'est à travers ces « forêts réservées » que s'effectue le retour à Bangalore.
    Coimbatore. A Mudianur 80 néophytes ont reçu le baptême au mois de janvier dernier ; les Frères Franciscains préparent 200 catéchumènes ; à Vepapalayam, on construit une chapelle ; à Chinganellur et Vedapatti des pourparlers sont engagés pour l'achat de terrains destinés à la création de postes chrétiens. Il y a ainsi marche en avant sur plusieurs points de la Mission.
    Les résultats de nos écoles anglo-indiennes ont été des plus satisfaisants à Coimbatore, à Ootacamund, à Coonor.

    Salem. Pendant la Semaine Sainte, une retraite fermée a été prêchée à la cathédrale, occasionnant parmi les retraitants la fusion des castes, même aux repas pris en commun, et cela sans soulever la moindre protestation. Il en avait été de même à la retraite des catéchistes et maîtres d'école au mois de janvier.
    Le P. Hourmant a baptisé 150 catéchumènes à Yemapalli et en prépare autant dans deux villages voisins.

    1936/180-188
    180-188
    France et Asie
    1936
    Aucune image