Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos missions

Echos de nos missions JAPON Tôkyô. Mgr Chambon a béni la chapelle des « Ancelles du Sacré-cur », venues d'Espagne. Cette chapelle était un petit temple shintoïste existant sur le terrain acquis par les religieuses et dont la toiture, décorée suivant l'art antique japonais, couvre actuellement l'exposition du Saint-Sacrement.
Add this
    Echos de nos missions

    JAPON

    Tôkyô. Mgr Chambon a béni la chapelle des « Ancelles du Sacré-cur », venues d'Espagne. Cette chapelle était un petit temple shintoïste existant sur le terrain acquis par les religieuses et dont la toiture, décorée suivant l'art antique japonais, couvre actuellement l'exposition du Saint-Sacrement.

    Sur le terrain de l'ancienne cathédrale de Tsukiji (Tôkyô) a été érigée une stèle à la mémoire des Martyrs du Japon ; elle porte gravée l'inscription : « Aux Martyrs Japonais », et à côté : « A nos ancêtres qui, au nom du Fils de Dieu, ont vaillamment souffert le martyre, nous avons élevé cette pierre commémorative en témoignage de notre vénération ». Le monument s'élève près de l'entrée de l'église qui a remplacé celle détruite par le tremblement de terre de 1923. L'inauguration, très solennelle, eut lieu le 3 novembre, fête nationale de l'anniversaire du grand Empereur Meiji.

    Fukuoka. Une paroisse vient d'être créée à Tobata, avec église, presbytère, école enfantine : c'est le centre d'un nouveau district.
    Dans l'île de Madara a été inauguré solennellement en présence de toutes les autorités locales un monument aux morts, qui a été béni par le P. Joseph Breton.

    Osaka. Mère Bernardine, de la Congrégation du Saint Enfant Jésus de Chauffailles (Saône-et-Loire), ancienne supérieure à Osaka, est décédée à l'âge de 84 ans. Elle était au Japon depuis 1877, dernière survivante des 4 religieuses ramenées de France par Mgr Petitjean. La nombreuse assistance qui prit part à ses funérailles témoignait du bon souvenir laissé par la vénérable supérieure et de la reconnaissance gardée pour ses longues années de dévouement,

    CHINE

    Chengtu. Les communistes ont envahi plusieurs districts de la Mission, dont les prêtres ont dû s'exiler de nouveau. Les soldats setchoanais offrent peu de résistance, mais les troupes gouvernementales, envoyées de Nankin, tiennent en échec les bandes communistes et arrêtent leur avance.

    ** Les bouddhistes protestent contre l'ordre de tuer tous les chiens errant dans les rues de Chengtu : ils ont recueilli 6.000 piastres pour payer les taxes nécessaires et sauver la vie de ces malheureuses bêtes.

    Chungking. Les autorités de Nankin ont révoqué 5 des 6 plus hauts fonctionnaires de Chungking ; le 6e, seul restant, est un catholique, M. Lieou. Les 5 autres ont été remplacés par des envoyés du gouvernement central.
    ** L'armée communiste est redescendue du nord et occupe de nouveau la partie occidentale du Setchoan, qui, au nord du Fleuve Bleu jusqu'aux frontières du Shensi, est infestée par de nombreuses bandes de pirates, anciens soldats licenciés ou déserteurs, prêts au premier appel à s'enrôler sous le drapeau rouge. L'horizon s'assombrit de nouveau.
    ** D'après un recensement récent, la population de la ville de Chungking serait de 319.975 habitants, dont 139 étrangers seulement.
    2.500 « pousse-pousse » sont en circulation dans la ville, mais la moitié est dans un état déplorable qui demande d'urgentes réparations.

    Suifu. Depuis une année, un millier de brigands, qui se disent communistes, écument le sud de la Mission, pillant tous les bourgs et les marchés, et quatre régiments setchoanais, lancés à leurs trousses, ne peuvent ou ne veulent les accrocher et trompent l'opinion en annonçant de temps en temps leur encerclement et leur extermination, jamais effectués.

    Tatsienlu. Les nouvelles de cette Mission sont des plus inquiétantes. Au mois d'octobre les bandes communistes sont redescendues du nord ; trois postes de la mission sont retombés sous leur coupe ; 4 missionnaires ont dû fuir et, après un long et pénible voyage, ont cherché refuge à Chengtu. Dans la ville de Tatsienlu, encerclée par les Rouges mais défendue par les troupes du gouvernement central, 2 évêques, 5 ou 6 missionnaires et 12 religieuses sont enfermés et menacés de disette. On n'a pu, comme on l'espérait, les transporter par avion hors de la ville bloquée. Toutes les communications sont coupées et l'on est sans nouvelles des assiégés.

    Ningyuanfu. Le Kientchang est menacé d'une nouvelle invasion des communistes. Les troupes régulières chargées de les repousser sont d'un effectif insuffisant et d'une bravoure douteuse ; aussi tout est à craindre. Pendant ce temps le nombre des brigands augmente et plusieurs postes de la Mission ont été pillés et leurs prêtres dévalisés.
    ** Mgr Baudry est de retour du Yunnan, amenant avec lui le nouveau missionnaire du Kientchang, le jeune P. Carriquiry ; mais, à cause de l'insécurité des routes, les deux voyageurs n'ont pu arriver jusqu'à Ningyanfu et ont dû s'arrêter à Houily.

    Kweiyang. Une armée communiste, venue du Hunan, a fait irruption dans le Kweichow, où son passage a été marqué, comme partout, par des pillages, des incendies et des meurtres. Un télégramme, qui n'a pas encore été confirmé, a annoncé même la prise de Kweiyang par les Rouges. Cette ville, capitale de la province, est le siège épiscopal du Vicaire apostolique ; elle a 3 paroisses, le grand et le petit séminaire, une communauté de religieuses Canadiennes de Notre Dame des Anges, avec écoles, dispensaire, crèche, etc., et environ 3.000 catholiques quel serait le sort d'une telle chrétienté entre les mains des communistes ?

    Lanlong. 9 élèves de la Mission ont été envoyés à Yunnanfu : 3 pour entrer au grand séminaire de MM. de Saint-Sulpice, 6 pour faire leur apprentissage à l'Ecole industrielle des PP. Salésiens.
    ** Les troupes yunnanaises ont entrepris et mènent activement le travail d'épuration des campagnes ; elles ont capturé déjà nombre de brigands ; mais la menace d'invasion de bandes communistes demeure et cause de justes inquiétudes.

    INDOCHINE

    Hanoi. La progression menaçante du communisme ne laisse pas d'inquiéter les autorités gouvernementales : elles ont eu l'idée, fort louable assurément, de dresser contre lui une barrière spirituelle capable de l'arrêter et elles ont pensé la trouver en une restauration du bouddhisme. Il y avait bien, dans le pays même, le catholicisme, qui y a fait ses preuves même au point de vue civilisation et patriotisme, mais on n'en veut à aucun prix. Mieux vaut renouveler ici la vieille erreur commise dans toutes nos colonies, et l'on a vu la France catholique fonder au Laos un séminaire bouddhiste, instituer parmi les bonzes une hiérarchie bouddhiste, créer des écoles pour l'enseignement du bouddhisme, etc. Une vaste et superbe pagode va être construite à Hanoi. Et le mouvement se poursuit dans toute l'Indochine. Quels en seront les résultats ?
    L'avenir le dira, mais on ne peut s'empêcher de penser au proverbe : « Qui sème le vent récolte la tempête ».
    ** Les oeuvres de jeunesse : Association de la Jeunesse Catholique, Scoutisme, sont en grand progrès dans la Mission et leur vitalité est pleine de promesses pour l'avenir.
    Mgr Chaize a consacré solennellement l'église de la vieille chrétienté de Sonmieng ; c'est la première église consacrée dans le Vicariat : ni la cathédrale de Hanoi, ni celle de Keso n'ont reçu cet honneur.
    Vinh. Huit clarisses du monastère de Roubaix sont arrivées à Vinh pour y fonder le premier couvent de leur Ordre en Indochine. Elles se sont installées dans la maison que les PP. Franciscains, établis à Vinh depuis quelques années, venaient de faire construire à leur intention. Le 29 novembre dernier, Mgr Eloy a béni la chapelle et le couvent et procédé à la cérémonie de clôture.
    Les Soeurs Franciscaines de Marie construisent également à Vinh un noviciat.
    Mgr Eloy a ordonné à Noël 6 prêtres, 1 diacre, 4 sous-diacres, 9 minorés et 5 tonsurés. Le nombre des prêtres annamites dans la Mission est actuellement de 179.

    Saigon. Du 12 au 16 décembre a eu lieu à Saigon un Congrès Eucharistique, qui a été la plus importante manifestation religieuse qu'on ait jamais vu en Cochinchine. Une foule immense, venue de tous les points de la Mission, et du Cambodge, et du Sud Annam, assista à toutes les cérémonies du triduum. Durant ces trois jours, sous les voûtes de la belle cathédrale, messes, sermons et autres offices se succédèrent sans interruption dans une atmosphère de piété et de recueillement vraiment admirables. Ces solennités se terminèrent par une immense procession qui se déroula dans les rues de la ville magnifiquement décorées. Sur le parcours, trois reposoirs avaient été élevés, à l'Arsenal, sur la place Rigault de Genouilly, et devant la cathédrale. De mémoire d'homme on n'avait jamais assisté à une cérémonie d'une telle ampleur, gardant jusqu'en ses moindres détails un ordre parfait. Le souvenir en demeurera longtemps en l'âme de ceux qui ont eu le bonheur d'y assister, parmi lesquels on put voir s'incliner, pensifs et émus, certains fronts de profanes peu habitués pourtant à s'attendrir.
    **Le P. Frison, depuis 35 ans curé de Macbat, a célébré le cinquantenaire de son ordination sacerdotale. Evêque, missionnaires, prêtres indigènes et chrétiens prirent part à cette manifestation aussi imposante que sympathique.

    Hué. Les écoles catholiques de Hué sont de plus en plus prospères : 163 élèves au Collège de la Providence, 250 chez les Frères, 160 chez les Soeurs de Saint-Paul, 210 chez les Petits Frères du Sacré-cur, 70 chez les Filles de Marie Immaculée, soit un total de 853 élèves, chiffre encourageant pour l'avenir.
    Deux nouveaux PP. Rédemptoristes Canadiens sont arrivés pour renforcer la communauté de Hué, vraiment trop peu nombreuse pour le travail apostolique qu'elle doit fournir.
    Le 30 novembre, le centenaire du Bienheureux Joseph Marchand a été célébré solennellement au lieu même, près de Hué, où le glorieux Martyr subit l'horrible supplice des cent plaies.

    Laos. Le 1er janvier, Mgr Gouin a ordonné, dans leur ville natale de Tharé, trois jeunes prêtres, anciens élèves du Collège général de Penang. Une foule considérable assista à la cérémonie et prit part à la procession du Saint-Sacrement qui se déroula à travers les rues de la localité. Le gouverneur de la province siamoise de Sakon, celui de Lakhon et plusieurs autres fonctionnaires répondirent à l'invitation du P. Combourieu, provicaire et curé de Tharé. Les missionnaires et prêtres indigènes des environs, une délégation des PP. Oblats formèrent une couronne d'honneur autour des nouveaux prêtres.
    ** Deux jeunes Pères Oblats sont arrivés pour la mission de Vientiane. Grâce à ce renfort, le P. Excoffon passera bientôt aux PP. Oblats toutes les provinces du nord, qui doivent constituer leur future mission, et reviendra travailler dans le Moyen Laos.

    PRESQU'ILE MALAISE

    Malacca. Dès leur arrivée à Singapore les Petites Surs des Pauvres se sont installées dans une maison provisoire, où elles ont déjà accueilli des pensionnaires. Les quêtes qu'elles font aux divers marchés sont fructueuses : musulmans et païens donnent volontiers à ces dévouées servantes des pauvres, et les vieillards sont assurés de ne jamais souffrir de la disette.
    Deux Pères et deux Frères Rédemptoristes de la province d'Australie sont arrivés à Singapore pour y fonder un couvent de leur Ordre et se livrer à la prédication des retraites dans les communautés religieuses, les écoles et les paroisses.
    Le monastère cistercien de Phuongson en Annam a envoyé un premier contingent de moines pour fonder une filiale dans le diocèse de Malacca. Cette première équipe, qui a à sa tête un Hollandais, le P. Willibrord, va se livrer aux premiers travaux d'établissement et, lorsqu'ils seront assez avancés pour permettre à une petite communauté de se mouvoir à l'aise, un second groupe de moines sera conduit par le Prieur du nouveau monastère, un Annamite, le P. Anselme, et la vie conventuelle sera alors établie dans toute son austère régularité.

    INDE

    Mysore. Les deux derniers Chanoines de Saint-Maurice d'Agaune qui pendant 5 ans travaillèrent comme professeurs au Collège Saint-Joseph de Bangalore sont partis, l'un pour retourner en Suisse, l'autre pour se joindre à ceux de ses confrères qui collaborent à l'évangélisation dans la Mission du Sikkim. On ne peut que regretter la cessation de leur précieux concours.

    Coimbatore. Avant de partir pour l'Europe Mgr Tournier a béni la nouvelle église du Christ Roi à Coimbatore.

    HONGKONG

    Maison de Nazarthe. Le 24 novembre dernier avait lieu, comme chaque année, à Nazareth la réunion de tous nos confrères des trois établissements de la Société des M.-E dans l'île : Procure, Sanatorium et Maison de retraite. Elle eut, cette année, un éclat particulier dû à la présence de Mgr Valtorta, Vicaire apostolique de Hongkong, de Mgr Marcou, démissionnaire de Phatdiem, de M. Renner, gérant du Consulat de France, et de M. de Badens, commandant l'aviso français « l'Argus ». M. Renner annonça que le Gouvernement français, appréciant les services rendus par le P. Monnier dans la fondation et le développement de l'Imprimerie de Nazareth, le nommait Officier d'Académie. Tous les assistants se réjouirent de cette distinction si bien méritée par 40 années d'infatigable labeur pour créer et sans cesse améliorer un établissement qui a rendu et rend encore tant de services aux Missions, et tous lui présentèrent leurs sincères félicitations.

    1936/87-93
    87-93
    France et Asie
    1936
    Aucune image