Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos Missions

Echos de nos Missions JAPON Tôkyô. Le Saint Père a décerné la Grande Croix de l'Ordre de Pie XI à l'Amiral Saitô, Premier Ministre, pour la bienveillance qu'il a témoignée envers l'Eglise Catholique pendant les dix années de son administration comme Gouverneur de Corée. Le Dr Tanaka Kotarô, professeur de Droit à l'Université Impériale, qui, depuis sa conversion, déploie beaucoup de zèle pour la cause catholique parmi les étudiants, a reçu la décoration pontificale de l'Ordre de Saint Sylvestre.
Add this
    Echos de nos Missions

    JAPON

    Tôkyô. Le Saint Père a décerné la Grande Croix de l'Ordre de Pie XI à l'Amiral Saitô, Premier Ministre, pour la bienveillance qu'il a témoignée envers l'Eglise Catholique pendant les dix années de son administration comme Gouverneur de Corée.
    Le Dr Tanaka Kotarô, professeur de Droit à l'Université Impériale, qui, depuis sa conversion, déploie beaucoup de zèle pour la cause catholique parmi les étudiants, a reçu la décoration pontificale de l'Ordre de Saint Sylvestre.
    Le grand séminaire de Tôkyô a été déclaré par la Sacrée Congrégation de la Propagande Séminaire Régional des Missions du Japon. La direction en reste confiée à la Société des Missions Etrangères de Paris. Le séminaire a actuellement 66 élèves, dont 21 de Tôkyô et 45 des autres missions du Japon.
    Les écoles catholiques de l'archidiocèse continuent de prospérer. Les Marianistes ont 1.278 élèves à Tôkyô et 163 à Yokohama ; les PP. Jésuites, 680 élèves à Tôkyô. Les Dames de Saint-Maur ont 1.455 élèves à Tôkyô, 820 à Yokohama et 696 à Shizuoka ; les Soeurs de Saint-Paul de Chartres, 1.346 ; les Dames du Sacré Coeur, 785.
    Au mois de juillet dernier, Mgr Chambon a fait, avec une dizaine d'étudiants, l'ascension du fameux Mont Fuji et a célébré la messe au sommet, qui domine de 3.800 mètres les plaines d'alentour.
    Fukuoka. La construction du petit séminaire est terminée. Il compte déjà 21 élèves, et 19 autres font leurs études hors du diocèse.
    Mgr Breton a conféré la tonsure à deux séminaristes, qui, le 20 août, se sont embarqués pour Montréal, où ils feront leurs quatre années de théologie sous la direction de MM. de Saint-Sulpice.

    CORÉE

    Seoul. Le Petit Séminaire a été éprouvé par une épidémie de typhus et, malgré la hâte avec laquelle on fit vacciner tous les élèves, deux d'entre eux furent victimes du fléau.
    Taikou. Le 28 août, 14 novices coréennes ont fait profession dans la Congrégation de Saint-Paul de Chartres.
    Une commission, comprenant des délégués des quatre missions de Corée, s'est réunie à Taikou pour la rédaction d'un nouveau catéchisme unique pour tout le pays.

    MANDCHOURIE

    Moukden. Le territoire de la mission est toujours dans le trouble et le désordre. Les brigands y sont les maîtres au point que, dans certaines régions, les relations, même entre villages voisins, sont devenues impossibles. Les missionnaires de l'intérieur ont dû évacuer dans des villes plus sûres leurs ornements, vases sacrés, etc. D'autres ont mis en sûreté les religieuses de leurs écoles. Tous cependant demeurent à leur poste, continuant, au, milieu de périls continuels, d'assister leurs chrétiens, soutenant par leurs conseils et par leur seule présence le moral, des populations.
    Le choléra fait aussi son apparition un peu partout et il a déjà fait plusieurs victimes parmi les chrétiens.
    Kirin. Le nouveau gouvernement de Mandchourie prétend jouir de tous les droits d'un état souverain : après avoir mis la main sur les douanes, il vient de s'emparer des postes ; cette mesure a privé la mission de toutes nouvelles, non seulement d'Europe, mais de Chine et même des trois provinces mandchoues, pendant plusieurs semaines.
    La grande chrétienté connue sous le nom de « Colonie Saint-Joseph », occupée par l'armée japonaise, a été attaquée par les brigands : bataille acharnée et pertes des deux côtés. Les dégâts subis par la mission se chiffrent par plusieurs milliers de dollars.
    La ville de Kharbine a été dévastée par l'inondation. La maison des Soeurs Franciscaines Missionnaires de Marie a été emportée ; dans l'église l'eau montait à plus d'un mètre de hauteur.
    La mission a perdu récemment le doyen d'âge de ses prêtres indigènes, M. Jen, ordonné en 1887 ; il avait 78 ans. C'était un homme d'oraison et un homme d'ordre, simple, digne, affable, aimé de tous.

    CHINE

    Chengtu. Le choléra a fait de nombreuses vidimes dans la ville. A l'hospice de la mission il a eu jusqu'à 30 morts certains jours. L'oeuvre des cercueils gratuits pour les pauvres en a fourni environ 8.000 en un mois. Pour tromper l' « Esprit du choléra », les païens ont brûlé de l'encens au « Génie de l'Atre », aux Ancêtres, mais en vain : l'épidémie a continué son oeuvre meurtrière. On en a conclu que les victimes étaient nées sous une mauvaise étoile, que c'était leur destin et qu'il n'y avait pas lieu de les plaindre.
    Malgré la grande misère du peuple des campagnes, les soldats continuent à exiger le versement anticipé des impôts : nous ne sommes qu'à la 21e année de la République ; or dans certaines régions on a payé déjà l'impôt de la 52e année, soit 30 années d'avance !
    Suifu. La mission compte actuellement 26 élèves au grand séminaire, 44 au petit séminaire et 29 au probatorium, soit 99 aspirants au sacerdoce.
    L'école de catéchistes baptiseurs a 18 élèves, l'école secondaire de filles en a 25 ; les 3 écoles primaires de garçons, 600 ; les 3 écoles primaires de filles, 744 ; enfin 3.650 entant reçoivent l'enseignement élémentaire dans 130 écoles paroissiales.
    Tatsienlu. Le Thibet s'est complètement soustrait à la juridiction chinoise, et même dans les Marches thibétaines, officiellement comprises dans les provinces du Setchoan et du Yunnan, l'autorité de la République devient de plus en plus précaire.
    Lorsqu'un gouverneur local prétend ramener à la soumission un lama récalcitrant, celui-ci appelle à son secours les garnisons thibétaines, qui se hâtent de franchir la frontière et obligent le fonctionnaire trop exigeant à battre en retraite, et le plus souvent non sans pertes d'hommes et de matériel. Actuellement tout le district ou arrondissement de Ientsin et une partie de celui de Batang sont entièrement sous l'autorité thibétaine.
    Depuis le mois de juillet la ville de Tatsienlu connaît le luxe et les bienfaits de la lumière électrique.
    Ningyuanfu. La guerre continue entre Chinois et Lolos : ceux-ci deux fois vainqueurs en quinze jours, ont brûlé la ville de Tsang-i-pa, le village de Yakeou, etc. A Tsang-i-pa, le catéchiste et un autre chrétien ont été massacrés ; les stations chrétiennes du district sont détruites. Humainement parlant, c'est un désastre, mais le bon Dieu saura tirer le bien du mal.
    Yunnanfu Le 19 août, s'est éteint pieusement à l'âge de 84 ans, le P. Edouard Marie, missionnaire du Yunnan depuis 1872, provicaire de la mission depuis 1890. Durant ses 60 années d'apostolat il n'était jamais retourné en France. L'affluence de la population de Tongtchouan à ses funérailles fut l'impressionnant témoignage de l'estime dont il jouissait même parmi les païens.
    Le Saint Père a accepté la démission du P. Audren, nommé récemment évêque de Pomaria et Coadjuteur du vicaire apostolique de Yunnanfu. C'est donc un autre élu, non encore connu, qui sera l'auxiliaire de Mgr de Gorostarzu.
    Lanlong. La principale ville de la mission, où réside le vicaire apostolique, s'appelait autrefois Hing-i-fu ; la République changea ce nom en celui de Lanlong (le Dragon du Midi), qui devint celui du Vicariat. Tout récemment l'Administration des Postes a fait approuver un nouveau changement : Lanlong est devenu Anlung (le Dragon de la Paix), mais, jusqu'à nouvel ordre, la mission conservera son nom de Lanlong. Ceci dit pour que nos lecteurs ne s'étonnent pas de rencontrer les deux expressions et sachent à quoi elles s'appliquent.
    A Anlung donc on démantèle la vieille ville, et les pierres des remparts sont employées au pavage des rues de la ville nouvelle. C'est lors de la révolte des Musulmans que ces remparts avaient été élevés pour résister aux troupes chinoises. Il n'en restera que le tombeau du P. Muller, massacré par les rebelles en 1866.
    Canton. Quatre novices ont pris l'habit religieux dans la communauté des Soeurs indigènes de l'Immaculée Conception.
    Les Carmélites possèdent maintenant un terrain convenable sur lequel s'élèvera bientôt leur monastère. Le nombre des religieuses clans le monastère provisoire est de 12 ; les postulantes attendent pour y entrer l'inauguration du couvent en construction.
    Swatow. La chasse organisée contre les Rouges procure à la Mission une tranquillité relative. Quelquefois cependant les « pacificateurs » sont de connivence avec l'adversaire qu'ils ont mission d'exterminer. Dernièrement le Gouvernement a dû désarmer un corps de miliciens qui, de concert avec les brigands, razziaient le pays sous prétexte de le pacifier. Une centaine de ces pseudo pacificateurs ont été exécutés ; les autres se sont dispersés ou joints aux Rouges.
    Pakhoi. La construction du séminaire est presque terminée : il aura bonne tournure. Des agrandissements sont faits au couvent des religieuses indigènes.
    La mission a eu récemment la visite de l'aviso français Altaïr, qui s'est arrêté à Fort Bayard et à Pakhoi. A Fort Bayard une messe a été célébrée à bord et tous les assistants ont été édifiés par cette cérémonie toujours si touchante dans ce cadre spécial et sympathique.

    INDOCHINE

    Hanoi. La Maison Lacordaire (pension de famille pour les étudiants) et le Séminaire Saint-Sulpice sont presque terminés. En attendant le jour où ils pourront s'y installer, nos bons Sulpiciens achèvent de s'initier aux arcanes de la langue annamite, tout en prêtant au curé de Hanoi leur précieux concours.
    Au commencement de la nouvelle année scolaire, les Frères aux Ecoles Puginier et Saint Jean Baptiste de la Salle, les Soeurs de Saint-Paul de Chartres à l'Institution Sainte-Marie et à l'école des petites filles indigènes, le P. Hahn à l'école paroissiale de garçons, tous accusent d'excellentes rentrées.
    Vinh. Mgr Eloy, entouré des missionnaires de Vinh et de Xadoai, a béni solennellement l'église conventuelle des Pères Franciscains.
    Quelques jours après a eu lieu l'inauguration du Probatorium nouvellement construit à 35 km au nord de Vinh, sur le bord de la mer.
    Hunghoa. Pour l'exercice 1931-1932, nous comptons environ 6.500 baptêmes d'enfants de païens et près de 1.500 baptêmes d'adultes : c'est la première fois depuis la création du Vicariat (1895) que nous pouvons enregistrer de tels résultats. De ce fait, la population catholique de la Mission atteint 50.000.
    40 nouveaux latinistes sont entrés au petit séminaire de Hathach, ce qui porte à 100 le nombre des élèves, répartis en 4 classes.
    Phatdiem. Les Frères des Ecoles Chrétiennes ont pris la direction de l'école de Phatdiem. Fondée en 1902 par le P. Bareille, cette école a été sans cesse en prospérant : à la rentrée dernière, elle comptait 386 élèves, qui ont été répartis en 10 classes.
    Quinhon. Les Soeurs Franciscaines Missionnaires de Marie ont pris au mois d'octobre la direction de la léproserie de Quihoa.
    Le 29 juin, Mgr Tardieu a ordonné les trois premiers prêtres Bahnars. Quelques jours après ils partaient pour Kontum, leur pays, où, le 5 juillet, ils célébrèrent ensemble leur première messe, ce qui donna lieu à une fête et à des réjouissances comme onques n'en avait vu le pays bahnar.
    La Congrégation des Petits Frères de Saint-Joseph, qui vient d'être érigée canoniquement, comprend aujourd'hui 46 juvénistes, 18 postulants, 6 novices et 10 profès. Ces derniers ont émis, le 16 juillet, leurs premiers voeux annuels.
    Hué. Un groupe de Scouts de Hanoi, venu camper pendant une semaine a Hué, obtint, auprès des Annamites, un beau succès de curiosité, mais aussi d'édification.
    Un des vétérans de notre clergé indigène, M. Jean B. Hoc, est mort à 72 ans. Ancien élève du Collège de Pinang, il se montra durant les 40 années de sa carrière sacerdotale, un prêtre exemplaire, très pieux et très régulier.
    Au monastère cistercien de Phuocson, en la fête de saint Bernard, Mgr Chabanon présida une solennelle cérémonie : 15 professions temporaires, 3 professions perpétuelles. La présence d'une quarantaine de prêtres et de nombreux fidèles témoignait de quelle estime et de quelle sympathie sont entourés les religieux de Notre Dame d'Annam.
    Phnompenh. Mgr Herrgott a béni à Chaudoc une coquette église, élevée en plein centre païen, et à Soctrang un beau calvaire : le grand crucifix de fonte est fixé sur une croix en marbre noir de Hué, plantée sur un piédestal également en marbre noir, élevé lui-même sur un tertre de maçonnerie de granit.
    L'école des catéchistes de la mission a célébré solennellement le 25e anniversaire de sa fondation. Les anciens élèves ont pris part à une fête qui rappelait à tous de chers souvenirs.
    Laos. Bien que la majorité de la population soit animiste plutôt que bouddhiste, l'Administration française s'efforce de régénérer le bouddhisme au Laos. Elle a créé une hiérarchie bouddhique calquée sur la hiérarchie catholique : elle a institué des associations cultuelles ; elle a fondé un « Institut d'Etudes bouddhiques » ; elle répand des livres de propagande bouddhique : tout cela aux frais de l'Administration.. En vérité, le catholicisme n'a jamais bénéficié d'autant de faveur !

    SIAM

    Bangkok. Les écoles récemment inaugurées à Xiengmai donnent les plus belles espérances : au bout de deux mois celle des Ursulines comptait 95 élèves, celle des Frères de Saint Gabriel en a 160.
    Jusqu'à ce jour le Siam possédait une poule aux oeufs d'or, le riz. La compétition mondiale pour les marchés du riz a tué cette poule et il ne reste à peu près rien au Siam pour résoudre sa crise économique. Comment équilibrer le budget ? Comment nourrir un peuple affamé ? Questions angoissantes !

    BIRMANIE

    Rangoon. Mgr Provost a inauguré récemment le nouvel établissement que la Mission vient de fonder, près de la grande Cité Universitaire de Rangoon, pour les étudiants et étudiantes catholiques. Il comprend une résidence pour le prêtre et une salle de réunion qui servira de chapelle jusqu'à ce que la Providence permette d'exécuter tout le projet, qui comporte une église et une seconde salle de réunion.
    Le P. Sellos vient de bâtir, dans la banlieue de Rangoon, une école qui compte déjà 130 élèves, en grande majorité catholiques. Les braves Tamouls de l'endroit auront désormais toute facilité pour faire élever chrétiennement leurs enfants.
    La révolte qui a ensanglanté le pays pendant 18 mois a eu pour résultat chez les Chins d'orienter les esprits vers la religion : le P. Maisonabe a administré dernièrement 115 baptêmes et il en espère encore plusieurs centaines dans un avenir prochain.
    Mandalay. La crise économique se fait sentir en Birmanie comme partout. Le nombre des chômeurs et des quémandeurs va s'augmentant de jour en jour, et la porte du missionnaire n'est pas celle où l'on vient frapper le moins souvent. Que ne peut-il, comme le Maître, multiplier les pains et les poissons !...
    Mgr Falière a béni récemment à Magwe une belle petite église en briques, qui remplace une construction en planches presque entièrement dévorée par les termites.

    INDE

    Pondichéry. Mgr Colas, archevêque de Pondichérys, et promu Chevalier de la Légion d'honneur. Les missionnaires se réjouissent de cet honneur conféré à leur Père et se regardent comme honorés en sa personne.
    Nous avons actuellement 76 séminaristes, dont 12 théologiens ou philosophes, 17 rhétoriciens et latinistes ; les autres suivent les cours du collège de Cuddalore.
    Salem. La réouverture des classes accuse une augmentation sensible du nombre des élèves des écoles catholiques de la ville de Salem : ils sont plus de 800.
    Le petit séminaire, fondé il y a un an seulement, compte déjà 28 élèves.
    Au point de vue évangélisation, le nombre de baptêmes obtenus durant l'exercice 1931-1932 dépassa nos espérances : Dieu en soit béni !

    SÉMINAIRES DE PARIS ET DE BIÈVRES

    Un récent décret de la S. C. de la Propagande enregistre la démission de Mgr Barillon, évêque de Malacca, et de Mgr Audren, évêque élu de Pomaria.
    19 aspirants ont quitté le Séminaire pour aller accomplir leur service militaire ; 15 autres, libérés au début du mois, sont rentrés, Au 1er novembre la Communauté de Paris comptait 69 aspirants celle de Bièvres 58 ; 8 sont à Rome, 21 à l'armée ; au total 156.
    Mgr le Supérieur a appelé aux ordres, pour le samedi des Quatre Temps de Noël, 34 aspirants ; à Paris, 5 pour la prêtrise, 13 pour le diaconat, 1 pour le sous-diaconat, 7 pour les ordres mineurs et 4 pour la tonsure ; à Bièvres, 1 pour le diaconat et 3 pour la tonsure.
    Le 10 novembre, Mgr le Supérieur, accompagné du P. Gros, est parti pour Rome. Il est en mesure, après sa longue visite dans nos missions, de renseigner le Saint Père sur le travail de nos confrères en Extrême-Orient.
    Le 3 novembre, les aspirants, conduits par le P. Sy, leur supérieur, ont fait au cimetière leur visite annuelle et ont prié près des tombeaux de nos missionnaires décédés à Paris. A Bièvres, cette pieuse visite s'accompli processionnellement à l'issue de la messe solennelle des morts le 2 novembre.

    NÉCROLOGE

    25. COULOT Roger, né le 14 février 1905 aux Hôpitaux Neufs (Doubs), missionnaire de Vinh en 1929 ; mort dans sa mission le 4 octobre 1932.
    26. MÉNARD Paul, né le 31 mai 1889 à Lyon, missionnaire du Thibet en 1914 ; mort dans sa mission en septembre 1932.
    27. ACKERMANN Charles, né le 6 décembre 1870 à Stieringen-Wendel (Moselle) ; missionnaire du Cambodge en 1894 ; mort dans sa mission en octobre 1932.
    28. MÉREL (Mgr) Jean-Marie, né le 18 septembre 1854 à Vay (Loire Inférieure) ; missionnaire du Kouangsi en 1881, du Kouangtong en 1882 ; préfet apostolique et évêque d'Orcisto en 1901 ; démissionnaire en 1914 ; archevêque titulaire de Craina en 1921 ; mort à Singapore le 13 octobre 1932.
    29. GIRAUDIAS Joseph, né le 14 mai 1879 à Marcilly-le-Pavé (Loire) ; missionnaire de Tôkyô en 1903 ; mort au sanatorium de Béthanie (Hongkong) le 27 octobre 1932.
    Mgr Marnas (Francisque), évêque de Clermont, membre honoraire de la Société des Missions Etrangères et bienfaiteur insigne des missions du Japon ; mort à Clermont-Ferrand le 14 octobre 1932.

    Le vrai progrès, dans tous les domaines, ne consiste pas à faire simplement du nouveau, mais du mieux. Il ne consiste surtout pas à faire le contraire de ce qui s'est fait jusqu'ici et à déclarer beau ce qui était appelé vilain, bien ce que l'on considérait comme mal, et vrai les erreurs d'autrefois. Il consiste essentiellement à nous rapprocher de plus en plus du beau, du bien, du vrai idéal que nous ne posséderons jamais entièrement et dont les lois sont immuables comme Dieu lui-même qui les a posées. Déplacer l'axe de la balance, c'est fausser celle-ci. La seule chose relative, c'est le développement des facultés humaines, et c'est cette relativité qui fait que l'homme est sujet au progrès et, hélas ! ... à l'erreur. Son esprit peut s'égarer, son goût se déformer. Les collectivités errent de même ; surtout aux époques troublées ou aux périodes d'activité fébrile comme la nôtre. Mais le délire passe, la santé revient et avec elle l'équilibre des facultés.

    1932/286-295
    286-295
    France et Asie
    1932
    Aucune image