Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Echos de nos missions

Echos de nos missions JAPON
Add this
    Echos de nos missions

    JAPON

    Tôkyô. Pendant les vacances des « semaines de conférences » ont été organisées pour la jeunesse étudiante. Celle des jeunes gens eut lieu au Séminaire Saint François Xavier, où, du 21 au 29 juillet, une soixantaine d'auditeurs ont suivi assidûment les cinq conférences qui leur étaient faites journellement et les exercices spirituels qui les accompagnaient. Celle des dames et jeunes filles, au nombre d'une trentaine, se tint dans les locaux d'une école catholique de la banlieue de Tôkyô et fut également suivie avec zèle.
    ** Le 11 juillet, un tremblement de terre, qui a secoué la région de Shizuoka, a fait 110 victimes et renversé 630 maisons. Le clocher de l'église a éprouvé des lézardes qui exigent d'urgentes réparations.

    MANDCHOURIE

    Moukden. Le nouveau Catéchisme, composé par ordre du Concile de Shangai, revu par les Ordinaires du Mandchoukuo et édité par l'imprimerie de la Mission, est désormais obligatoire dans toutes écoles du Vicariat. 75.000 exemplaires ont été imprimés pour toutes les Missions de Mandchourie.
    Kirin. Le doyen de la Mission, le P. Sandrin, a célébré ses noces d'or sacerdotales. Ordonné prêtre le 27 septembre
    1885, il partait un mois après pour la Mandchourie, qu'il n'a jamais quittée depuis lors. C'est la première fois que le Vicariat de Kirin a l'occasion de fêter le jubilé de l'un de ses missionnaires.
    ** En tournée dans son district, le P. Routier a été lé par les brigands. Cinq de ces malandrins fondirent sur le petit groupe formé par le missionnaire et les deux serviteurs qui l'accompagnaient et commencèrent par les garrotter ; l'un d'eux avait déjà passé la corde au cou du Père, mais le chef l'arrêta, se contentant de le soulager de son porte-monnaie et de sa valise, et le missionnaire s'estima heureux de s'en tirer à si bon compte.

    CHINE

    Chengtu. La Mission de Paoning a été saccagée, non par les Rouges, mais par les Réguliers qui ont successivement occupé le presbytère.
    Dans ce même district, à Kieoulongchan, 15 chrétiens ont été massacrés par les Rouges. Cependant la lutte anticommuniste se poursuit méthodiquement' et les bolcheviques sont refoulés dans les montagnes.
    Tatsienlu. Le P. Genestier vient de célébrer ses noces d'or sacerdotales. Ordonné prêtre le 5 juillet 1 885 (en même temps que Mgr de Guébriant), il partait, trois mois après, pour la Mission du Thibet. C'est dans les Marches thibétaines du Yun-nam qu'il a surtout exercé son ministère et il a été le premier apôtre des «Loutse», pour lesquels il a bâti récemment une belle église. La photographie ci-contre le représente avec le costume de mandarin de 2e classe, auquel l'ancien protocole chinois lui donnait droit.

    Ningyuanfu. Des bruits ont circulé sur le retour prochain des communistes, et, comme presque toutes les troupes régulières ont quitté le Kientchang, comme la police des routes n'était plus faite et que les pillages de jour et de nuit étaient continuels, la population vivait encore dans l'angoisse ; mais, après deux mois écoulés, les Rouges ne paraissant pas, le calme revient dans les esprits. Dieu nous accorde une paix durable, qui permette aux ouvriers apostoliques un travail suivi et donc plus efficace !

    Yunnanfu. Le 15 août, Mgr de Jonghe a béni une nouvelle église à Vetse. Plus de 5.000 personnes, chrétiens et païens, assistèrent à la cérémonie, dont 7 écoles des environs, musique en tête. Le prêtre chinois Py profita de l'occasion pour adresser à ce bel auditoire une vibrante allocution en langue lolo.

    Kweiyang. Un groupe de 600 à 700 communistes, faits prisonniers au mois d'avril par l'armée régulière, étaient cantonnés dans une pagode près de Kweiyang. Comme parmi eux il y a nombre de malades ou d'éclopés, les Soeurs Canadiennes de Notre Dame des Anges sont allées les visiter, emportant une provision de remèdes. Elles ont été accueillies avec enthousiasme par ces Rouges, la plupart paisibles paysans du Kiangsi enrôlés de force dans la milice bolchevique, où, durant plusieurs années, ils avaient mené une vie de fatigues et de terreur.
    Lanlong. Jusqu'ici la plupart des charges étaient réservées aux militaires ; cependant le nouveau Gouverneur de la province a rétabli un mandarin civil à Lanlong. Celui-ci, peu après son installation, fit à la Mission l'honneur d'une visite suivant les us et coutumes de la vieille Chine : il semble bien disposé en faveur de la Mission catholique.
    La première rafale communiste est passée, mais la tranquillité n'est pas encore revenue : le nombre des brigands ne diminue pas ; beaucoup de soldats se débandent et vont grossir leurs rangs en leur apportant du butin, des fusils et des munitions.
    Par ailleurs la propagande communiste se fait de plus en plus intense, les cellules rouges ne restent pas inactives et trouvent maintes occasions de répandre leur doctrine. L'avenir n'est pas rassurant.

    Canton. Le Collège du Sacré Coeur a été le seul dans la province à avoir tous ses élèves d'enseignement secondaire reçus aux examens officiels de fin d'études : 44 ont été présentés, 44 ont été reçus.

    Swatow. Trois jeunes prêtres chinois ont été envoyés à l'Université Catholique de Pékin, où, pendant quelques années, ils se perfectionneront dans l'étude des sciences nécessaires à un prêtre à l'époque actuelle.

    Pakhoi. Deux séminaristes revenus de Penang en décembre dernier, MM. Lam et Yun, ont reçu la prêtrise, le 11 août, dans la chapelle de Nazareth (Hongkong) des mains de
    Mgr Deswazière. Ce sont les prémices du séminaire de Pakhoi et ils apportent à la Mission un précieux renfort.

    Les Surs Catéchistes Missionnaires de Marie Immaculée, déjà installées à Pak-hoi, viennent de fonder un nouvel établissement à Fort Bayard, dans la Concession française de Kwangtchow-wan, où elles trouveront, dans les autorités locales et dans la population

    INDOCHINE

    Hanoi. Le 19 juillet, la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul célébrait sa fête patronale dans l'église des Bienheureux Martyrs. La cérémonie commença à 6 heures par le baptême de 23 adultes, tous pupilles de la Société : les parrains et marraines, tous membres de la Conférence de Hanoi, accompagnèrent leurs filleuls aux fonts baptismaux d'abord, puis à la sainte Table. Les chants furent exécutés par les missionnaires, toutes les écoles étant en vacances.

    Vinh. Huit religieuses Clarisses de Roubaix se sont embarquées à Marseille à destination de la Mission de Vinh, où elles vont fonder un monastère de leur Ordre.

    Hunghoa. Après les Meo de la province de Laokay, les Muong de Hoadinh veulent entrer dans le giron de l'Eglise. Après une longue préparation, les Muong du village de Thinhlang ont été baptisés par Mgr Ramond, qui leur a administré ensuite le sacrement de Confirmation.
    ** Le P. Hue, provicaire, ajoute à son ministère et à la préparation de son dictionnaire annamite français, la publication de brochures sur le bouddhisme. Les premières ont été enlevées rapidement ; nul doute que les suivantes n'aient le même succès.
    ** La Mission de Hunghoa a célébré le 40e anniversaire de sa fondation. Détachée en 1895 de la Mission de Hanoi, elle a depuis ce temps à sa tête le même évêque, Mgr Ramond, qui n'a jamais eu de Coadjuteur : c'est un record.

    Saigon. La Mission de Saigon a fêté le doyen de son clergé indigène, le P. Trieu, âgé de 90 ans, qui célébrait ses noces de diamant. Neveu du Bx Pierre Qui, martyrisé en 1859, le P. Trieu fut ordonné prêtre en 1875 et, durant sa longue vie sacerdotale, il donna toujours l'exemple des vertus qui font les bons prêtres.
    ** Par arrêté de M. le Résident Supérieur en Annam, une Commission de 9 membres est réunie à Dabat pour fixer une transcription alphabétique unique pour les divers dialectes « moï ». Deux missionnaires ont été invités à en faire partie : le P. Cassaigne, de Saigon, pour les idiomes de Djiring, le P. Décrouïlle, de Kontum, pour le « bahnar ».
    Kontum. Une école a été fondée à Kontum pour former des missionnaires « annamites » en vue de l'évangélisation des régions « moï » de la Mission. Elle compte actuellement 80 enfants : c'est un chiffre encourageant, mais inquiétant aussi pour le P. Hutinet, qui, chargé de cette oeuvre intéressante, se demande avec anxiété comment il pourra suffire aux besoins de ces petits bonshommes, qui grandiront, et les dépenses avec eux.
    ** Le 24 juin a eu lieu à Kontum la première ordination conférée dans la Mission : celle d'un prêtre annamite, Jacques Guong, qui a fait toutes ses études dans les séminaires de Quinhon.

    Laos. Le premier prêtre de race laotienne, M. Antoine Moun, a bâti une belle église à Banlao, village de nouveaux chrétiens, qui ont couvert tous les frais de la construction. La bénédiction du nouveau sanctuaire fut très solennelle ; les païens
    I des environs y assistèrent nombreux et écoutèrent avec une attention soutenue les instructions du prêtre, leur compatriote.

    PRESQU'ILE MALAISE

    Malacca. Le 27 juillet mourait à Singapore Mgr Emile Barillon, âgé de 75 ans, après 51 ans de travaux apostoliques, dont 30 d'épiscopat. Lorsqu'il arriva en 1884 dans sa Mission, on y comptait 10.000 chrétiens, il y en a aujourd'hui 70.000. Sa santé l'avait obligé à démissionner en 1932.
    ** Six Pères et trois Frères Rédemptoristes de la province d'Australie sont arrivés à Singapore, où ils doivent ouvrir un couvent. Le R. P. Brennan, Supérieur du couvent de Brisbane, sera le Supérieur de la nouvelle fondation. Ces religieux donneront, dans le diocèse de Malacca, des missions et des retraites fermées.
    ** Le Sultan de Johore fêtait, le 17 septembre, ses 62 ans et la 40e année de son règne. A cette occasion il conféra une décoration au P. Duvelle, qui, depuis de longues années exerce son ministère dans l'Etat de Johore.

    BIRMANIE

    Rangoon. Le P. Casseaux, en traversant l' Irrawaddy, a vu sa barque s'ouvrir sous le choc d'un arbre emporté par le courant ; la barque a sombré, mais les occupants ont eu la chance d'être recueillis par leurs compagnons de la barque suivante. Le Père n'a perdu ni sa vie, ni ses bagages et il a accrû son expérience d'une nouvelle observation : à savoir qu'il est parfois plus dangereux de voyager en barque sur une rivière qu'en motocyclette dans les rues de Rangoon.

    Mandalay. Le « jugement de Dieu » est encore en usage dans certaines régions de la Birmanie sous la forme de « l'épreuve du riz ». On donne à chacune des parties en contestation une écuelle de riz cru : l'innocent sera celui qui aura réussi à mâcher le riz sans s'endommager les gencives. Récemment un indigène était accusé de n'avoir pas payé l'impôt ; il affirmait avoir versé la somme entre les mains de son chef et celui-ci prétendait n'avoir jamais rien reçu. Pas de témoins de part et d'autre. On eut recours à « l'épreuve du riz », qui démontra l'innocence du chef. L'autre dut non seulement payer l'impôt, mais une amende de 60 roupies pour avoir menti. Le malheureux proteste encore contre la sentence et accuse son chef d'avoir eu recours à quelque sortilège pour mâcher son riz sans se faire mal.

    INDE

    Mysore. Chaque année, le Conseil Catholique d'Education du sud de l'Inde ouvre un concours d'Instruction religieuse entre les grands élèves des Collèges (classes d'Université). Sur les 8 médailles décernées cette année, deux ont été attribuées au Collège Saint-Joseph de Bangalore : la médaille d'or d'Apologétique et une des médailles d'argent de Doctrine.
    Le Collège Saint-Joseph, sous la direction des prêtres de la Société des Missions Etrangères, continue de prospérer. Dans les classes d'Université, il a plus de 300 élèves ; dans les classes de l'enseignement secondaire, il compte 400 élèves dans la section européenne et 1.250 dans la section indienne ; soit, au total, près de 2.000 élèves.

    Salem. Le P. Mercier, curé de la cathédrale de Salem, a parmi ses nouveaux convertis de pauvres gens, coolies pour la plupart, qui sont logés aux quatre coins de la ville, dans des paillotes où 6 ou 7 personnes vivent dans un espace déplorable ment insuffisant. Il a formé le projet de les réunir en un village chrétien qui comptera 40 familles, à 600 mètres de l'église. II a pu bâtir déjà 8 maisons, soit 16 logements et il compte sur la Providence pour l'aider à compléter cette oeuvre bien digne d'intérêt.

    Sikkim. Les Chanoines de Saint-Maurice, chargés déjà du poste de Padong, y ont ajouté ceux de Sakiong, Kashiong, Rhenock et la plantation de Cinchona. Deux nouveaux religieux sont attendus, qui iront rejoindre leurs confrères dans leur vaste champ d'action.
    La Mission fonde un nouveau poste à Git-Dubling, à 30 kilom de Kalimpong, où un terrain a été obtenu avec la sanction du gouvernement.

    1935/275-282
    275-282
    France et Asie
    1935
    Aucune image