Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Du front citation à l'ordre du jour

Du front citation à l'ordre du jour Ordre de la Division. « LESPONNE, JEAN, brancardier au 5e bataillon du 230e Régiment d'Infanterie, brancardier d'un zèle et d'un courage à toute épreuve ; dans les journées du 4 au 12 novembre 1917 s'est offert pour diverses missions périlleuses dont il s'est acquitté avec succès, facilitant ainsi grandement l'évacuation rapide des blessés », — (28 novembre 1917), M. Lesponne, originaire du diocèse de Tarbes, est missionnaire du Coïmbatour depuis 1907. Médaille militaire.
Add this
    Du front

    citation à l'ordre du jour

    Ordre de la Division.

    « LESPONNE, JEAN, brancardier au 5e bataillon du 230e Régiment d'Infanterie, brancardier d'un zèle et d'un courage à toute épreuve ; dans les journées du 4 au 12 novembre 1917 s'est offert pour diverses missions périlleuses dont il s'est acquitté avec succès, facilitant ainsi grandement l'évacuation rapide des blessés », — (28 novembre 1917),
    M. Lesponne, originaire du diocèse de Tarbes, est missionnaire du Coïmbatour depuis 1907.

    Médaille militaire.

    Ordre 5489. La médaille militaire a été conférée au soldat de réserve D'AUDIGIER, dit RICARD, JOSEPH-AUGUSTIN-RAOUL, de la 2e compagnie du 3e Régiment d'Infanterie Coloniale :
    « Excellent soldat; s'est signalé en toutes circonstances par son esprit de dévouement et son courage, notamment le 6 août 1917, où il a été très grièvement blessé, à son poste, en première ligne ». (Pour prendre rang du 7 août 1917).
    La présente nomination comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme. (20 août 1917).
    M. d'Audigier était un séminariste de la mission de Cochinchine occidentale1.

    Hommages japonais à un missionnaire français.

    Le 2 novembre dernier, à Kagoshima, province de Nagasaki, une quarantaine de notables ont tenu, quoique non chrétiens encore, à honorer la mémoire d'un missionnaire qu'ils avaient bien connu : M. Cavaignac du diocèse de Rodez, tué à la bataille d'Arras le 17 avril 1917, au moment où il remplissait près d'un blessé son ministère d'aumônier de bataillon,
    La réunion, déjà bien nombreuse, l'eût été davantage sans les manoeuvres militaires qui enlevèrent à l'assistance le groupe des officiers étudiant le français, Ils furent très marris de ne pouvoir venir applaudir les hauts faits de leur professeur de français. Songez donc : quatre citations à l'ordre du jour, la Croix de guerre, une mort héroïque ! Ah il était bien des leurs : « c'était un samurai en soutane » ; sils envoyèrent du moins une croix et une Couronne qui figurèrent en bonne place à la cérémonie.
    Six orateurs se succédèrent et firent revivre, chacun, quelque côté de la belle figure du défunt.
    Son éloge était du reste facile à faire, et les dernières lettres reçues de lui montrent mieux que tout le reste les sentiments qui animaient ce brancardier, qui demanda à devenir aumônier de bataillon afin de mieux aider les soldats et de leur faire plus de bien. Il est monté six fois à Verdun, Vaux, Fleury, Douaumont, et marchait avec les 4 divisions qui prirent part, le 15 décembre, à la reprise des forts de Vaux,

    1. Ann. M.-E, an, 1916, no 108 ; an. 1917, n° 117.

    Parmi les discours, il faut signaler celui du plus autorisé parmi les orateurs, lé docteur Tamari : il affirma solennellement que cette guerre était une lutte de la civilisation contre la barbarie, et que, si l'Allemagne triomphait, « le monde serait livré à l'esprit du mal » (ja ga toru, hi ga toru) ; ajoutant que donner sa vie pour empêcher un tel malheur et promouvoir une telle cause était une sorte de martyre (junkyo).
    Aux Français qui connaissent l'emprise de l'Allemagne sur le cerveau japonais, il sera agréable d'apprendre que de telles paroles sont sorties de la bouche et du coeur d'un homme aussi estimé que l'est à Kagoshima M. le docteur Tamari, directeur de l'école supérieure, dite Koto norir gakko (école forestière).
    (Echo de Chine, 16 novembre 1917).

    1918/451-452
    451-452
    France
    1918
    Aucune image