Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

District de Ou-ria-tchan

District de Ou-ria-tchan Missionnaire : M. STOEFFLER.
Add this

    District de Ou-ria-tchan

    Missionnaire : M. STOEFFLER.

    Malgré tous les artifices du démon pour empêcher le progrès de notre sainte religion, j'ai encore eu le dessus. Si un grand nombre de catéchumènes assez instruits ont été empêchés de recevoir le baptême, cela vient de ce que le pays n'a cessé d'être troublé par la présence des brigands et des soldats chinois, presque tous anciens brigands eux-mêmes. Cependant, j'ai la consolation d'enregistrer le chiffre de 141 baptêmes d'adultes, dont 6 seulement à l'article de la mort, et de 10 enfants de chrétiens.
    De tous les postes de mon district, c'est toujours Ou-kia-tchan, lieu de ma résidence, qui tient la tête avec 98 baptêmes d'adultes. Les chrétiens sont fervents pour assister à la sainte messe, réciter le chapelet. Ils aiment à fréquenter les Sacrements ; les femmes et les jeunes filles surtout se montrent admirables. Pour les jours de fête, ma nouvelle église, quoique grande, est déjà trop petite. Mes deux écoles de catéchumènes font la consolation et la joie du missionnaire, elles sont toujours remplies d'élèves, et je me vois souvent obligé d'en refuser, faute de place. Parmi les 35 élèves, que peut contenir mon catéchuménat des hommes, à part 7 ou 8 garçons, les autres sont tous des pères de famille. J'ai vu des vieillards d'une soixantaine d'années, étudier leur catéchisme avec un entrain admirable. Dans le catéchuménat des filles, je ne puis placer que 30 personnes. Au printemps, 8 à 10 filles ont dû tous les jours aller coucher dans des familles chrétiennes. Voyant que ce n'était pas commode et pour diminuer le travail des maîtresses, j'envoyai une veuve fonder une école dans un autre endroit du village.
    Le poste de Kao-chan-touen a été, sans contredit, le moins éprouvé de mon district. Cette chrétienté était pendant deux ans comme rebelle à notre sainte religion. Cette année elle s'y est mise de tout coeur et m'a donné de bien douces consolations.
    L'école est remplie de mères de familles, apprenant le catéchisme et la prière. J'ai pu y conférer 28 baptêmes d'adultes. L'église est depuis longtemps trop petite, mais les ressources nous manquent pour en construire une plus grande.
    Le poste de Kieou-tsai-touo-tse est celui qui a été le plus visité par les brigands. C'est aussi celui où les chrétiens sont le moins édifiants. Les bons émigrent ailleurs, les mauvais restent. Oubliant le passé, je suis allé les visiter, mais quels tristes chrétiens ! Leur église, construite il y a deux ans est tombée en partie, et au moment des grandes pluies, l'intérieur se change en un vaste réservoir d'eau. Il y a eu 50 confessions. J'ai pu administrer 17 baptêmes, dont l0 d'enfants de chrétiens.
    A Pei-ki-tchang, j'ai fondé un nouveau poste bien placé pour beaucoup de chrétiens, qui devaient auparavant se rendre à Ou-kia-tchan. Ils auront maintenant un oratoire tout près pour faire leurs dévotions le dimanche. Les constructions bien modestes que j'ai faites dans ce poste, pourront être terminées prochainement. Les conversions étant nombreuses, j'y ouvrirai une école, à côté de celle des garçons, établie déjà depuis un an.
    Le poste de Leang-kia-tse, maintenant à Han-kia-tien, ceux de Iuchou-keou, de San-kia-tse, de Tao-tcheou près de la ligne du transsibérien ne sont pas sans me donner de consolations.
    1906/208-209
    208-209
    Chine
    1906
    Aucune image