Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Croisade de prière au Sacré Coeur pour la Chine

Croisade de prière au Sacré Coeur pour la Chine Appel Aux Ames Généreuses 400 millions de païens à sauver.
Add this

    Croisade de prière au Sacré Coeur pour la Chine

    Appel Aux Ames Généreuses

    400 millions de païens à sauver.



    Le travail apostolique est nécessaire pour obtenir la conversion des infidèles ; mais quelle serait son efficacité sans la prière ? La prière, c'est la rosée du ciel qui fait croître l'herbe des prairies, le soleil qui fait mûrir les fruits des vergers et les moissons des champs ; la prière attire la grâce divine sur le missionnaire et féconde ses labeurs. Ces vérités ont inspiré le pieux appel que nous recevons de Chine et auquel, nous en avons la confiance, nos lecteurs s'empresseront de répondre.



    Dieu a créé les hommes pour le bonheur éternel. Sa bonté veut les sauver tous, sans en excepter un seul. C'est aussi pour le salut de tous les hommes que Jésus-Christ a été crucifié, et du haut de la croix Il peut dire à chacun de nous : ma mort, c'est ta vie. L'Eglise elle-même n'a été fondée que pour annoncer l'Evangile à toutes les nations et leur ouvrir les portes du ciel : Hors de l'Église, point de salut ! Puisque Dieu veut ainsi sauver tous les hommes, pourquoi la Chine, le quart du monde, n'est-elle pas encore entrée dans l'Eglise ? Il y a 1.900 ans que Notre Seigneur est venu sur la terre pour racheter l'humanité, et à l'heure présente, il y a encore en Chine 400 millions de païens qui restent en dehors de la voie du salut.

    Sans doute, il y a là un mystère qu'il nous faut admettre sans vouloir pénétrer les secrets de la sagesse divine.

    Sans doute encore, certains obstacles apportés à l'évangélisation de la Chine doivent être attribués au jeu des volontés humaines ; la liberté n'a pas su briser les entraves qui l'enserraient : haine de l'étranger, routine trente et quarante fois séculaire, scepticisme, orgueil des lettrés, tout a contribué à courber vers la terre le plus grand des peuples de l'Orient et à l'empêcher d'ouvrir les yeux à l'Évangile.

    Peut-être aussi des apôtres que Dieu destinait à faire une ample moisson d'âmes sont restés attachés aux rivages de leur patrie.

    Mais certainement beaucoup de chrétiens, avouons-le, n'ont pas rempli les intentions que Dieu avait sur eux. Beaucoup d'entre nous auraient pu hâter l'heure de Dieu et ne l'ont pas fait. Depuis longtemps, la source de la grâce aurait jailli plus abondante et aurait fécondé le sol aride de la Chine, si nous avions usé du pouvoir que Dieu nous a donné.

    Quel pouvoir ? Le pouvoir de la prière.



    ***



    Combien d'âmes, parmi les 260 millions et plus de catholiques du monde entier, ont levé les yeux vers leur Père céleste et crié grâce et merci pour ces 400 millions de païens que le Coeur de Jésus veut sauver aussi ?... Elles ont dit et redit : « Adveniat regnum tuum, Que votre règne arrive » ; mais du bout des lèvres ou du fond du coeur ?



    Il est trop tard pour donner de stériles regrets à un passé qui ne peut revivre; mais l'avenir est à Dieu, il est à nous aussi : la conversion de la Chine est entre nos mains. C'est notre oeuvre, car Dieu veut sauver les hommes par les hommes. Dans l'ordre physique et dans l'ordre intellectuel, Dieu veut se servir des créatures pour tout mener à ses fins. Dans l'ordre surnaturel, il agit de même : Dieu a fait une loi à chacun de s'intéresser à son semblable1.



    1. Eccle. 17, 12.



    Si nous priions pour la Chine, nous hâterions l'entrée d'une multitude de païens dans la Sainte Eglise, et nous répondrions ainsi au désir formel de Notre Seigneur. Aujourd'hui le Sauveur a des desseins particuliers de miséricorde sur les païens. En 1898, n'a-t-il pas demandé la consécration du genre humain à son divin Coeur «pour que les enfants non encore nés, mais déjà destinés à faire partie de l'Eglise, c'est-à-dire les païens, reçoivent la grâce plus vite1? »



    Outre l'apostolat de la parole qui tiendra toujours le premier rang, c'est par des prières, des prières instantes, des prières quotidiennes adressées au Sacré Coeur de Jésus, par le Coeur Immaculé de Marie, que l'heure de la grâce sera avancée et que la Chine se donnera enfin à Dieu.

    Quand même les autres moyens seraient impuissants, la prière, elle, obtient tout.

    Rappelons-nous la parole du Maître : « Quelque chose qu'ils demandent, ils obtiendront de mon Père qui est clans les cieux2 ». S'il est une prière qui mérite d'être exaucée, c'est bien celle qui demande l'extension du règne de Jésus-Christ par toute la terre.

    Saint Paul disait aussi : « Avant tout, j'exhorte à faire des prières, des supplications, des intercessions..... pour tous les hommes..... Cela est bon et agréable à Dieu notre Sauveur qui veut que les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité3 ». Plus tard, Notre Seigneur dira à Sainte. Marguerite-Marie : « Priez, un juste peut obtenir pardon pour mille pécheurs ».

    Et dernièrement Benoît XV, dans l'Encyclique sur les Missions, n'a-t-il pas demandé pour elles des prières, des hommes d'élite et des secours pécuniaires? Mais en premier lieu Sa Sainteté met la prière.

    Que de catholiques dont les lèvres sont muettes et les coeurs fermés! L'oeuvre de l'apostolat, ils ne la comprennent pas; le salut des hommes, ils ne le demandent pas. En ce moment, il n'y a en Chine qu'un chrétien sur 200 habitants; mais s'il se trouvait partout ici, en Europe, en Amérique, un homme de prière, un apôtre, pour implorer le salut de ces 200 païens, la Chine se convertirait bientôt, et ce serait le plus beau triomphe de Notre Seigneur, depuis la fondation de l'Eglise; la face du monde serait changée.



    1. Lettre de Sr Marie du Divin Coeur à Léon XIII.

    2. Matt., 18, 19.

    3. I. Tim, 2, 1-5.



    L'heure est venue : il faut que ce côté obscur du globe soit exposé aux rayons du Sacré Coeur; il faut que la Chine encore païenne soit illuminée et réchauffée de ces divines ardeurs ; il faut que Jésus-Christ règne ici : aidons-Le.

    Comment pouvons-nous aider Notre Seigneur à faire reconnaître sa royauté en Chine? En nous enrôlant dans une nouvelle Croisade.

    Il ne s'agit plus dé délivrer le tombeau du Christ; il s'agit de délivrer la terre de Chine : elle reste sous le joug du démon, il faut mettre un terme à cette injustice ; Notre Seigneur est le Roi du monde, et ici sa royauté n'est pas reconnue. Que faut-il donc faire ?

    Devenir les croisés de la prière, les croisés de la Chine, les croisés du Sacré Coeur. Autrefois on faisait des croisades contre les infidèles, aujourd'hui il faut une croisade pour les infidèles, les infidèles de Chine.

    Notre Seigneur nous appelle sous son étendard et à chacun de nous, montrant de nouveau son Coeur, Il dit : « Voilà ce Cur qui a tant aimé les hommes »; tous les hommes, et donc les Chinois; misereor super turbam, j'ai pitié de cette multitude de païens, je voudrais nourrir ces 400 millions d'hommes de vérité, de justice et surtout d'amour. Veux-tu m'aider dans ce grand oeuvre? Voudrais-tu, en égoïste, ne penser qu'à ton salut personnel? »

    Que lui répondrez-vous? Vous lui direz : Seigneur, me voici, puis-je vous refuser l'obole d'une prière que vous me demandez ?

    En effet, pour se dérober à ce léger service, qui pourrait alléguer son âge, sa condition, ses infirmités ? Hommes, femmes, enfants, tous peuvent s'enrôler dans cette armée du Christ Jésus ; son étendard, c'est le Sacré Coeur ; son mot d'ordre : Que votre règne arrive ; son arme de combat, la prière. Non seulement la prière des lèvres, mais le cri de l'âme qui donne aux actions les plus vulgaires une vertu apostolique. Offrez donc au divin Coeur les mérites d'un jour, bien plus, les mérites d'un mois ou d'un an, à votre gré ; et si volis voulez être plus généreux, offrez-lui les bonnes oeuvres de votre vie entière et votre mort pour le salut des païens chinois.

    Qui d'entre nous refuserait d'aider à. sauver tant d'âmes, et cela sans quitter ni patrie, ni parents, ni amis ? Qui ne voudrait participer à l'honneur et au mérite d'être missionnaire de Chine dans la mesure des forces et des loisirs que lui laisse son devoir d'état?

    Appuyés sur les promesses du Sacré Coeur, nous commencerons cette expédition pacifique sous les auspices de Marie

    Immaculée, Reine de grâce et Médiatrice universelle, et avec le secours de Soeur Thérèse de l'Enfant Jésus, cette âme d'apôtre, qui « passera son ciel à faire du bien sur la terre » de Chine.

    Courage, Dieu le veut, hâtons l'heure de la grâce; en haut les coeurs et en avant pour la Croisade; Dieu le veut, donnons la Chine au Sacré Coeur en donnant le Sacré Coeur à la Chine.



    ALPH. GASPÉRMENT S. J.

    Missionnaire en Chine.



    Conditions proposées pour la Croisade :



    Réciter 3 fois par jour l'invocation : Coeur sacré de Jésus, que votre règne arrive en Chine.

    Au gré de chacun, ajouter la prière suivante :

    « Coeur sacré de Jésus, nous vous en prions, ne tardez plus; chassez de la terre de Chine le démon et ses suppôts ; ayez pitié de la multitude des païens et faites qu'ils entrent bientôt dans votre Sainte Église. Ainsi soit-il ».

    Si l'on veut être plus généreux, faire au Sacré Coeur, par Marie Immaculée, l'offrande partielle ou totale des bonnes oeuvres de la journée à cette intention.







    Adresser les adhésions :



    a) en France, au Secrétariat des oeuvres du S. Coeur, 16, rue du Général Petit, Paray le Monial.

    b) en Chine, 1. au bureau du Messager du S. Coeur, à Zikawei, près Changhaï

    2. à la Trappe de N.-Daine de Consolation, Hwailaihsien, Yangkiaping.

    3. au P. Gasperment, à la Mission Catholique de Sienhsien, par Potow-chen.




    1922/189-193
    189-193
    Chine
    1922
    Aucune image