Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Corée : Pour mon Eglise

Corée Pour mon Eglise, s. v. p. Cette touchante requête est chaleureusement appuyée par S. G. Mgr Devred, coadjuteur du Vicaire apostolique de Séoul, qui encourage ainsi le zèle de son missionnaire et assure le succès de ses efforts. Lettre de M. Antoine Gombert Missionnaire apostolique en Corée
Add this
    Corée

    Pour mon Eglise, s. v. p.

    Cette touchante requête est chaleureusement appuyée par S. G. Mgr Devred, coadjuteur du Vicaire apostolique de Séoul, qui encourage ainsi le zèle de son missionnaire et assure le succès de ses efforts.

    Lettre de M. Antoine Gombert
    Missionnaire apostolique en Corée

    Le poste d'Ansyeng fut fondé en 1900. Je venais d'arriver de France, plein d'ardeur et d'enthousiasme. Quelques jours après mon arrivée à Séoul, le Père Provicaire, en l'absence de Mgr Mutel en tournée pastorale, m'avait dit : « Il y a un centre nouveau à créer dans la ville d'Ansyeng. Il n'y a encore, il est vrai, aucun chrétien dans cette ville, mais aux environs il y a plusieurs chrétientés assez ferventes, qui seront tout heureuses de vous avoir près d'elles. Et puis vous êtes jeune, vous ne demandez qu'à travailler, vous y ferez des chrétiens. Allez, mon brave, que Dieu vous garde, et vous donne le succès! Après tout, c'est pour sa gloire ».
    Je partis un beau matin avec armes et bagages. En ce temps-là, nous n'avions pas le chemin de fer pour raccourcir les distances. Deux jours de cheval, et je fus à mon poste. Je me trouvai bien seul, il faut l'avouer, au milieu de ce peuple païen composé seulement d'ouvriers et d'hommes de peine. Une petite maison coréenne que je partageai avec le lettré chargé de m'apprendre la langue me servit à la fois d'église et de presbytère. Je logeai le bon Dieu dans la plus belle chambre qui pouvait bien avoir dix mètres carrés !
    Les débuts — ils ne peuvent être autres, et c'est une condition de succès dans les oeuvres divines — furent lents et pénibles pour le missionnaire, qui donna d'abord tous ses soins à l'établissement de notre sainte religion dans les âmes. Avant d'édifier un temple matériel, il lui fallut songer au temple immatériel : c'était le plus pressé.
    Il alla aux petits. Il alla aux malades. Il alla à tous les malheureux !
    Le soir, lés jeunes ouvriers venaient voir cet Européen, qui n'était ni marchand, ni voyageur. Il ne leur paraissait pas méchant, aussi se mirent-ils à jouer dans sa cour, et peu à peu se familiarisèrent-ils avec lui. Parfois ils le volaient, mais le Père fermait les yeux sur leurs larcins.
    Quand un malade infortuné était abandonné dans la montagne, il allait le visiter, et lui procurait le salut de l'âme, à défaut de celui du corps.
    Quand la famine sévissait, le Père mendiait auprès des riches pour soulager les misères des pauvres.
    Petit à petit il installa une école de garçons, puis une école de filles. Aujourd'hui il y a plus de 150 enfants qui en suivent les cours. Les conversions furent lentes, mais enfin le troupeau s'accrut. Le recensement de 1921 accuse 270 chrétiens résidant en ville.
    Mais, hélas ! Comme partout où s'implante la religion, ce sont les pauvres principalement qui vont d'abord au Christ.
    Si le temple spirituel s'est augmenté, le temple matériel est resté le même. Notre Seigneur est encore dans sa crèche. Il y est depuis 21 ans ! Quelle misère et quel crève-cœur pour le missionnaire! Il voudrait bien enfin réaliser son rêve et offrir à Jésus une demeure plus digne de lui.
    Voilà pourquoi, amis lecteurs, de bien loin il vous tend la main et vous demande une colonne, une vitre, une brique. Tout ce que vous donnerez sera bienvenu! Mes pauvres chrétiens béniront votre générosité, et vous concourrez ainsi à offrir au bon Dieu une maison plus décente, au lieu de la misérable chaumière qu'il habite aujourd'hui. De grâce, ne m'oubliez pas et déjà, dans mes prières, je prie le bon Dieu de vous rendre au centuple ce que vous aurez fait à son petit missionnaire de Corée.
    Les dons peuvent être adressés soit à L'OEUVRE DES PARTANTS, 26 rue de Babylone, Paris VIIe, soit au P. GÉRARD, Séminaire des Missions Etrangères, rue du Bac, 128, Paris VIIe.

    1922/141-142
    141-142
    Corée du Sud
    1922
    Aucune image