Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Confesseurs de la foi de 1848 à 1862. 3 (Suite)

COCHINCHINE SEPTENTRIONALE Confesseurs de la foi de 1848 à 1862 Par M. BERNARD Missionnaire apostolique. (SUITE1). IV. — Chrétienté de Ngoc Ho.
Add this
    COCHINCHINE SEPTENTRIONALE

    Confesseurs de la foi de 1848 à 1862

    Par M. BERNARD

    Missionnaire apostolique.

    (SUITE1).

    IV. — Chrétienté de Ngoc Ho.

    1. La veuve Marthe Sam, âgée de 72 ans, fut tout d'abord détenue pour la foi à la sous-préfecture, en attendant qu'on voulût bien désigner le lieu où elle devait être exilée avec sa parenté. Ce lieu fut le village de Lai Buong. Elle y mourut d'épuisement et de maladie, dans la prison, sept jours après y être arrivée, le 9e mois de la 14e année de Tu Duc. Son corps est enterré en ce même village, mais sans cercueil, personne n'ayant eu les moyens, sinon la volonté, de lui en procurer.

    1. Ann. M.-E., 1918, n° 120 et 121.

    2. Pierre Kieng, père de famille âgé de 40 ans, exilé en haine de la religion avec sa femme et ses enfants, le 8e mois, an 14 de Tu Duc, fut d'abord détenu au village du Xuut Du pendant trois mois, puis au village de La Khé, sans la cangue, ni les ceps. Plus tard, il dut passer dans une autre sous-préfecture, et puis dans une troisième, sans que son sort fût décidé; le temps qu'il n'était pas en voyage, il le passait en prison. Enfin, il fut définitivement exilé au village de Mi Xuyen ; ses parents durent l'y porter, car ses infirmités ne lui permettaient pas de s'y rendre d'une autre manière. Là, le gardien des détenus et les notables du village le sollicitèrent à l'apostasie, en le menaçant du rotin et en lui promettant la liberté s'il se rendait à leurs conseils ; il tint ferme constamment malgré la gravité de sa maladie. Il est enterré sans cercueil, au village de Mi Xuyen, tout près de la grande route royale.

    3. Joseph Dang, fils du précédent, naquit et mourut un mois après, dans la prison de Mi Xuyen où ses parents étaient détenus. Son corps est enterré au même lieu, et de la même -manière que Pierre Kieng.

    4. Philippe Doan, âgé de 30 ans, fils du premier catéchiste de la chrétienté, fut d'abord conduit et détenu à la sous préfecture, puis envoyé au village de Lai Thanh, seul ; ce ne fut que plus tard que sa femme et ses enfants l'y vinrent rejoindre, traînés par les payens (8e mois, an 14 de Tu Duc). Il était là le plus souvent à la cangue ; les efforts réitérés des notables du village pour le faire apostasier échouèrent toujours. La maison de détention ayant depuis été transportée en dehors du village, cela nuisit à la santé de Philippe Doan qui tomba gravement malade (3e mois, an 15 de Tu Duc). Il mourut le 25 du même mois ; son corps est enterré au pied de la montagne voisine de Lai Thanh.

    5. Anna Than, fille du précédent, âgée de 2 ans, mourut de la petite vérole dans la prison où son père était détenu, le 2 du 9e mois, an 14. Elle est enterrée dans les brousses du village de Lai Thanh.

    6. Philippe Chung, veuf âgé de 70 ans, natif d'An Van, mais habitant Ngoc Ho, fut enfermé à la sous-préfecture, le 8e mois, année 14 de Tu Duc, en attendant la dispersion. Dix jours après, il s'acheminait au village de Tay Thanh. A cause de sa vieillesse, il n'avait point la cangue, ni les entraves. Plusieurs fois, les païens l'engagèrent à apostasier sans jamais y réussir. Il est mort d'épuisement causé par la faim, dans la maison de détention dont il ne sortait jamais, le 11e mois de la même année. Son corps est enterré au village de Tay Thanh.

    7. Mari Tai, âgée de huit ans, fille unique des époux Huon, exilée avec eux au village de Tay Thanh, le 8e mois de la 14e année de Tu Duc, mourut de faim dans la prison, le 11e mois de la même année. Son corps est enterré convenablement au même lieu. On doute qu'elle ait eu l'usage de la raison.

    8. Marie Thin, âgée de 30 ans, d'abord détenue 20 jours à la sous préfecture (8e mois, an 14), fut ensuite envoyée au village de Buong, puis au village de Lai Thanh. A la cangue de temps à autre et plus tard sans discontinuer, on ajouta les entraves pendant quelques nuits. Trois fois menacée, et invitée à apostasier, elle refusa avec une noble fermeté. Transférée à la nouvelle maison de détention en dehors du village, on eut recours au rotin, pour l'obliger à renier sa foi, sans plus de succès que précédemment. Dix jours plus tard, elle fit semblant d'apostasier au 10e coup de rotin. Le village la conduisit aussitôt à la sous préfecture, afin qu'elle fît la chose en règle sous les yeux du mandarin. Elle eut le malheur de le faire. Ramenée malgré cela à la prison, elle y est morte trois jours après, pleurant, sans doute sa faute. On se hâta de l'enterrer sans cercueil, au pied de la montagne voisine.

    9. Pierre Tu, âgé de 50 ans, marié à une païenne, voulut se faire passer lui aussi pour païen, en plaçant dans sa maison un autel et des superstitions comme les gentils, et même en blasphémant la religion chrétienne de toutes ses forces. Le mandarin ne s'y laissa point prendre et l'exila au village de La Khé, où il demeura, sans cesse chargé de la cangue. De là, transféré un mois après au village de Thu Le, il y apostasia deux fois, sur la simple invitation des païens, sans pour cela recouvrer la liberté promise à sa lâcheté. Ce que voyant, bourrelé de remords, il dépérit eu quelques jours et mourut sans apparence d'autre maladie. Il est enterré au même lieu (an 14 de Tu Duc). Il paraît qu'il n'a pas donné de signe patent de conversion.

    10. Marie Sau, enfant de six ans, fille des époux Nhuong, exilée avec ses parents au village de La Y, le 9e mois de l'année 14, y est morte dans la prison, le 16 du 6e mois de l'année suivante (an 15 de Tu Duc). Sou corps est enterré près des morts de sa famille à Thanh Loi.

    V. — Chrétienté de Buong Tam.

    1. Joseph Can, âgé de 26 ans, fils des époux Ti, fut avec eux exilé pour la foi au village de Tien Non, le 15 du 7e mois de l'an 14 de Tu Duc. De temps à autre, il portait la cangue. Attaqué du choléra, il en est mort dans la maison de détention, le 16 du 1e, mois de l'an 15, du même roi. Un an après, ses restes ont été rapportés et inhumés à Buong Tam.

    2. Joseph Dien, âgé de 80 ans, veuf, catéchiste de sa chrétienté, fut détenu avec ses enfants au village à moitié chrétien de Kim Long, le 24 du 10e mois, 14e année du roi. Il y est mort de maladie, le 14 du 2e mois de la 15e année de Tu Duc, Son corps, enterré d'abord au lieu de sa mort, a été depuis rapporté par ses enfants et inhumé près des autres membres de sa famille, à Buong Tam, son pays (16e année du règne). Cette petite chrétienté, la plus éloignée au pied des montagnes peuplées de tigres, n'est guère qu'une dépendance de la suivante.

    VI. — Chrétienté de Da Han.

    1. Jacques Khoang, âgé de 63 ans, maire de l'endroit, fut d'abord en cette qualité détenu dix jours à la sous-préfecture, ensuite exilé avec sa femme et ses enfants au village de An Hoa, (9e mois, an 14 de Tu Duc) où, par intervalles, il dut porter la cangue. Il y est mort de la dysenterie à la maison de détention, le 11e mois de la même année. Il est enterré dans la plaine, au sud de ce village.

    2. Marie Dat, âgée de 65 ans, fut envoyée avec son mari au village de An Bang (9e mois, an 14) ; de là, un mois après, transférée au village de An Hoa. Une fois, on lui offrit de la renvoyer libre, si elle voulait apostasier, ce qu'elle refusa, Un mois après, elle fut encore transférée au village de Xuun Hoa où elle eut la cangue, après avoir de nouveau refusé de renoncer à sa foi. Elle ne sortait jamais de la maison de détention ; elle y est morte du choléra, le 9 du 2e mois, an 15 du règne, munie des derniers sacrements. Après que l'autorité eut constaté son décès, on l'enterra à Thanh Loi.

    3. Elisabeth Nho naquit et mourut au bout de 3 mois dans la prison du village de Truoc Lam où ses parents, les époux Thuan étaient détenus pour la foi (2e mois de la 150 année de Tu Duc). Son petit corps a été rapporté et enterré près des défunts de la famille à Da Han.

    4. Pierre Nghi, âgé de 55 ans, fut exilé avec sa femme et ses enfants au village de Qui Lai, et mis à la cangue le jour et la nuit (8e mois, an 14). Il refusa de se libérer par l'apostasie comme on l'y conviait. Le 3e mois de l'an 15, il fut transféré à la nouvelle prison en dehors du village, et la nuit, outre la cangue, il eut les entraves aux pieds. Frappé de trois coups de rotin, il refusa derechef l'apostasie et la délivrance qui devait s'ensuivre. Attaqué de la dysenterie, il mourut dans sa prison, le 8 du Ge mois de la même année. Son corps a été rapporté et enterré à Da Han, son pays natal.

    5. André Che, âgé de 16 ans, fils du précédent, détenu avec ses parents au village de Qui Lai, fut à la cangue la plupart du temps, et mourut de la dysenterie dans la maison de détention, en dehors du village (4e mois, an 15 de Tu Duc). Son décès constaté, il fut enterré, sans cercueil, au même lieu, tout près du fleuve.

    6. Paul Vinh fut envoyé avec sa femme et ses enfants au village de Qui Lai (8e mois, an 14). Il avait 55 ans et dut porter la cangue jour et nuit jusqu'à sa mort. Transféré à la nouvelle prison en dehors du village, il fut, de plus; aux entraves pendant la nuit. Le 14 du 50 mois de l'an 15, il eut la faiblesse d'apostasier devant le chef de canton. Le 20, il fut pris d'un violent choléra. Quand parut l'édit d'amnistie qui renvoyait chez eux les chrétiens dispersés, on le rapporta à Da Han où il mourut six jours après, le 2 du 7e mois, même année. Près de mourir, il se repentit et reçut les derniers sacrements dans les meilleures dispositions. Il est enterré au cimetière du village.

    7. André Tuyen, âgé de 13 ans, fils du précédent, exilé au même village et à la même époque, fut à la cangue seulement de temps en temps il est mort du choléra dans .la maison de détention, en dehors du village (4e mois, an 15). Son décès constaté par les autorités, on l'enterra près du fleuve voisin.

    8. Joseph Chien, orphelin âgé de 29 ans, fut exilé le 9e mois, an 14 de Tu Duc, au village de Qui Lai ; sans cesse à la cangue, transféré depuis à la nouvelle prison en dehors de ce village, il avait de plus les pieds aux ceps pendant la nuit. Le 5e mois de l'an 15 du même roi, affligé d'un flux de sang continuel, il fut conduit devant le sous-préfet pour apostasier, ce qu'il eut le malheur de faire. Reconduit en prison malgré sa faiblesse, il y mourut et fut enterré près de là (3 du 6e mois, même année). On dit qu'il s'est bien repenti.

    9. Marie Dan, envoyée au même lieu et à la même époque que le précédent, y est morte du choléra dans la maison de détention, le 19 du 10e mois de l'an 14 de Tu Duc, à l'âge de 27 ans. Son décès une fois constaté par le mandarin, on la fit inhumer tout près du fleuve, sur la rive droite. Elle n'eut à porter qu'une cangue très légère pendant qu'elle était en bonne santé.

    10. Agnès Khanh, âgée de plus de 40 ans fut exilée avec son mari et ses enfants au village de The Vinh, le 9e mois, an 14 de Tu Duc. Elle portait la cangue de temps en temps. Le 12e mois de la même année, on la transféra à la maison de détention de Qui Lai où, engagée à apostasier, elle s'y refusa énergiquement. Quand parut l'édit d'amnistie, elle se trouvait malade à la prison en dehors du même village. On dut la rapporter tout doucement à sa maison de Da Han, où elle est morte quelques jours après, fortifiée par les derniers sacrements (7e mois, an 15 de Tu Duc). Elle est enterrée à côté des défunts de sa famille.

    11. Pierre Phuong, enfant de quatre ans, fils d'Agnès Khanh, mourut danla maison de détention de Qui Lai, le 4e mois, an 15 de Tu Duc. Son corps est enterré non loin de là, sur la rive du fleuve.

    12. La veuve Magdeleine The fut exilée avec ses enfants au village de Qui Lai (7e mois, an 14 de Tu Duc). Transférée depuis à la nouvelle prison en dehors de ce village, elle y tomba gravement malade. Vint l'édit d'amnistie ; on dut la rapporter dans son pays et dans sa maison désolée ; elle y est morte au bout de deux jours, après avoir reçu les derniers sacrements (6e mois, an 15). Son corps repose à Da Han.

    13. André Tinh, âgé de 12 ans, fils des époux Luong, fut exilé avec eux au village de Tien Non ; puis, le 10e mois, an 14 de Tu Duc, transféré et détenu à Qui Lai. Il y mourut de la grippe un mois après. Son décès dûment constaté par les autorités locales, son corps fut enterré sans cercueil au nord du dit village. Ce village de Qui Lai s'est distingué par la dureté avec laquelle il a traité les prisonniers chrétiens, et par les nombreuses propositions d'apostasie qu'il leur faisait.

    14. Pierre Nghiem, enfant de 5 ans, exilé avec ses parents, les époux Phap, au village de Kun ou Kuu Bong, y est mort d'hydropisie, dans la maison de détention, le 3e mois, an 15 de Tu Duc. Il est enterré près du fleuve, à l'est de ce village.

    15. La veuve Marie Mêe, âgée de 76 ans, fut envoyée avec ses enfants au village de Tien Non (6e mois, an 14 de Tu Duc). On lui offrit la liberté en échange de l'apostasie, ce à quoi elle ne voulut aucunement consentir. Transférée à une nouvelle prison, en dehors du susdit village, elle refusa deux fois encore de renier sa foi pour obtenir son élargissement. Elle est morte de la dysenterie, le 13 du 3e mois de l'an 15 de Tu Duc, après avoir reçu les derniers sacrements. Son corps est enterré près de la rive droite du fleuve. Le choléra, la dysenterie et autres maladies dont les chrétiens étaient si souvent victimes étaient, soit dit une fois pour toutes, provoqués par les mauvais traitements dont on les accablait.

    16. La veuve Marie Hien, âgée de 70 ans, fut exilée avec ses enfants au village de Lai An (6e mois, an 14 de Tu Duc). Elle y est morte en prison, le 5e mois de l'an 15 du même roi. Son corps est enterré à l'est de cet endroit.

    17. Joseph Phuc, âgé de 8 ans, fils des époux Uon, exilé avec eux à Tien Non, y est mort dans la prison, le 10e mois de l'année 14 de Tu Duc. Il est enterré à l'ouest, près du fleuve.

    18. La veuve Elisabeth Hau, âgée de 82 ans, fut exilée avec ses enfants, détenue au village de Co Vuu, le 28 du 66 mois, an 14 de Tu Duc. Deux mois après, elle fut transférée à la prison de An Hoa, et depuis le 13 du 12e mois, au village de Mau Tai où elle est morte du choléra le 20 du même mois, après avoir souffert toutes sortes de privations. Son corps a été dans la suite rapporté et enterré convenablement à Da Han son pays.

    19. Marie Hanh, âgée de 35 ans, fut à la même époque que la précédente détenue avec son mari et ses enfants au village de Co Vuu ; de là, trois mois après, transférée à la prison de An Hoa ; ensuite, le 12e mois, à celle du village de Mau Tai. Elle porta toujours la cangue, et quelquefois les entraves pendant la nuit. La prison ayant été transférée pour la cause qu'on sait en dehors de ce dernier village dans un lieu malsain, Marie Hanh tomba gravement malade. Malgré ses douleurs, elle refusa d'apostasier pour obtenir sa délivrance. Le 6e mois, 15e année du roi, en vertu de l'édit d'amnistie, ses parents la rapportèrent à Da Han, à l'endroit où avait été sa maison, C'est là qu'elle est morte au bout de douze jours, munie des derniers sacrements qu'elle reçut avec la plus grande ferveur. Son corps repose au cimetière de la chrétienté. Pendant la dispersion, les maladies étaient presque toujours mortelles, à cause du manque de secours, de remèdes, de bon air et d'aliments.

    20. Joseph Thang, enfant de 7 ans, fils des époux Li Chien ou Chieu, exilé avec eux à Co Vuu, à An Hoa et à Mau Tai, comme les précédents, mourut de maladie dans là prison de ce dernier village, le 6e mois, an 15 de Tu Duc. Ses restes ont été depuis rapportés etenterrés à Da Han son pays.

    21. Joseph Huon, âgé de 60 ans, fut détenu avec sa femme et ses enfants au village de Mau Tai, le 12 du 9e mois, an 14 de Tu Duc. Le plus souvent, il avait la cangue. Deux fois, on lui promit la liberté s'il voulait apostasier, ce dont il se garda bien. Il mourut de la dysenterie dans la prison, le 16 du 12e mois, même année. Son corps a été rapporté et inhumé à Da Han.
    22. Magdeleine Chut, fille des époux Binh, naquit et mourut au bout de 4 mois (2e mois, an 15 de Tu Duc) dans la prison du village de Mau Tai, où étaient détenus ses parents. Ses restes ont été rapportés et enterrés à Da Han.

    23. Une autre Magdeleine Chut, fille des époux Luc, naquit et mourut au même lieu que la précédente, après un mois seulement d'existence (3e mois, an 15 de Tu Duc). Son corps a été rapporté et inhumé à Da Han par ses parents.

    24. Françoise Loi, orpheline âgée de 17 ans, fut envoyée avec ses deux jeunes soeurs au village de Mau Tai (7e mois, an 14 de Tu Duc), Ce village, la voyant pauvre, malade et délaissée, ne voulut point l'accepter dans la prison. Elle resta donc abandonnée près du fleuve, ne sachant que faire, ni où aller. Elle est morte de faim et de misère au bout de 5 jours. Son corps est enterré à la place même où elle mourut.

    25. La veuve Marthe Huyen, âgée de 62 ans, fut exilée et détenue au même village de Mau Tai. Elle ne tarda pas à y mourir de maladie dans la maison de détention (8e mois, an 14 de Tu Duc). Son corps a été dans la suite rapporté et inhumé à Da Han.

    26. La veuve Françoise Yen, âgée de 78 ans, fut exilée avec ses petits-enfants au village de Thai Lai, ensuite détenue à la sous-préfecture (7e mois, an 14 de Tu Duc), puis de nouveau exilée au village de Hien Si. Une fois invitée à se libérer par l'apostasie, elle refusa net. Elle est morte du choléra, le 17 du 1er mois, an 15 de Tu Duc. Plus tard, ses restes ont été apportés et enterrés dans la chrétienté de Da Han.

    27. Jacques Dong, âgé de 56 ans, fut envoyé avec sa femme et ses enfants au village de Bao Mi (9e mois, an 14 de Tu Duc). La plupart du temps, il était à la cangue et parfois aux ceps. Il eut la faiblesse d'écouter les gens du village qui le pressaient depuis longtemps de renoncer à sa religion. Le 12e mois, transféré à la prison de Hien Si, il portalacangue continuellement et les entraves pendant toutes les nuits. Là, plusieurs fois invité à apostasier, il refusa toujours énergiquement, témoignant en public son repentir d'avoir faibli une première fois. Il est mort du choléra, en prison (6 du 1er mois, an 15). Son corps a été depuis rapporté et enterré à Da Han.

    28. La veuve Magdeleine Tuan, âgée de 30 ans, fut exilée au village de Thai Lai (7e mois, an 14). Elle eut le plus souvent la cangue et moins souvent les entraves. Le 12e mois, on la transféra à la prison du village de Hien Si, où elle refusa de se délivrer par une feinte d'apostasie que le village lui demandait, Elle est morte en prison, de la dysenterie, le 21 du 1er mois, an 15 de Tu Duc. Ses restes ont été rapportés et inhumés à Da Han.

    29. La veuve Elisabeth Dieu, âgée de 50 ans, fut avec ses enfants exilée au village de Thai Lai, où elle portait quelquefois la cangue (7e mois, an 14 de Tu Duc). Bien des fois, le village voulut la forcer à apostasier, ce fut toujours sans y réussir. Plus tard, emprisonnée quelques jours à la sous-préfecture, puis détenue au village de Hien Si, elle y refusa derechef plusieurs fois d'obtenir sa liberté par l'apostasie. Elle mourut du choléra dans la prison, le 9 du 1er mois, an 15 du même règne. Son corps est enterré au dit lieu, misérablement, sans cercueil.

    30. Magdeleine Ua, âgée de 50 ans, détenue avec son mari au village de Hien Si, où elle est morte du choléra (11 du 1er mois, an 15 de Tu Duc) dans la maison de détention. Ses restes ont plus tard été rapportés et inhumés à Da Han.

    31. Joseph Thau, âgé de 40 ans, nouvellement converti, baptisé, et marié à une chrétienne, fut d'abord détenu à la sous-préfecture pendant un mois, puis envoyé avec son épouse au village de Hien Si (10e mois, an 14). Il consentit à l'apostasie, après avoir fait quelques difficultés. On ne lui rendit cependant point la liberté qu'on lui avait promise pour récompense de sa faiblesse. Il mourut en prison, le 17 du 4e mois, an 15 de Tu Duc, on ne sait pas en quelles dispositions. Son corps a été enterré au lieu de sa mort.

    32. Jacques Ngai, âgé de 25 ans, fils des époux Huynh, exilé avec eux au village de Thanh Can, y est mort dans la prison, le 2e mois, an 15 de Tu Duc. Il est enterré à l'est de ce village.

    33. André Hao, âgé de 30 ans, et Marie Hao son épouse, âgée de 17 ans, tous deux nouvellement convertis à la religion, furent exilés au village de Thanh Can (l1e mois, an 14). Ils eurent pendant quelque temps la cangue et les ceps, trois fois le rotin, pour les amener à apostasier. Les deux premières fois, ils tinrent ferme; mais la troisième, ils se rendirent après quelques coups. Ils n'eurent pas pour cela leur liberté, mais furent gardés en prison; ils y tombèrent tous deux malades du choléra dont ils moururent à cinq jours de distance, dans la contrition de leur faute (2e mois, an 15). Ils sont enterrés ensemble non loin de là.

    34. Pierre Phan, enfant de cinq ans, fils des époux Hao, mourut de maladie dans la prison, le 12e mois de l'an 14 de Tu Duc. Son corps est enterré au lieu de sa mort. S'il n'a pas empêché ses parents d'apostasier, c'est lui sans doute qui leur aura obtenu la grâce du repentir.

    35. La veuve Anna Tan, âgée d'environ 60 ans, fut exilée avec ses enfants au village de Tien Non, le 16 du 7e mois, an 14 de Tu Duc ; ensuite, transférée au village de Mai Xuu. Deux fois, on entreprit de lui persuader de renier sa foi, mais on n'y parvint pas. Depuis, elle fut de nouveau transférée au village de Chanh Loc où elle est morte de la grippe, en prison (11 du 1er mois, an 15). Après avoir constaté son décès, l'autorité fit enterrer son corps au lieu de sépulture ordinaire du village.

    36. Françoise Ut, orpheline âgée de 17 ans, avait été adoptée par Anna Tan ; elle l'accompagna dans la dispersion à Tien Non et à Mai Xuuu où elle devint hydropique. Elle est morte de cette maladie, dans la prison de Chanh Loc (12e mois, an 14 de Tu Duc). Son corps est enterré au même lieu que celui de sa mère adoptive.

    La chrétienté de Da Han, dont nous venons de voir tant de fidèles mourir dans les prisons, est située au pied d'une haute montagne, près du point de jonction de deux grandes branches du fleuve de Hué. Eloignée de la capitale, voisine des tigres, elle avait rarement reçu la visite d'un missionnaire européen. De plus, placée non loin des tombeaux des rois d'Annam, et préposée à leur garde une partie de l'année, elle avait pu difficilement se garder de certaines superstitions obligées en pareil cas. Cependant, elle ne s'est montrée inférieure à nulle autre chrétienté : au temps de la grande épreuve se sont révélés son courage et sa foi. Dieu en soit béni !

    Voilà ce que j'ai pu recueillir touchant les chrétiens de la province royale de Thua Thien, Il y a dans le 1er district de cette province trois grandes chrétientés : Kim Long, Duong Son, Ho Chuon, dont il n'a pas été question. Cependant, nombre de leurs habitants sont partis pour un lointain exil, après avoir confessé leur foi ; le reste a subi la commune dispersion ; mais par une particulière protection de Dieu, je ne sache pas que personne ait succombé. Il y a encore dans cette province un 3e district, plus petit que les deux autres (Thanh Huong), sur lequel je n'ai pas eu de documents.
    (A suivre).

    1918/508-517
    508-517
    Vietnam
    1918
    Aucune image