Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Compte rendu des Travaux 2 (Suite et Fin)

Compte rendu des Travaux DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES en 1916 (Fin1). INDO CHINE ORIENTALE L'IndoChine orientale a huit vicariats apostoliques dirigés par notre Société. En voici les noms avec la population catholique : Tonkin occidental ..150.000Cochinchine orientale 63.125 Tonkin méridional ..130.121Cochinchine occidentale. 73.635 Haut Tonkin ... 28.350Cochinchine septentrion. 63.923 Tonkin maritime..104.000Cambodge...52.649 TOTAL DES CATHOLIQUES : 665.803.
Add this
    Compte rendu des Travaux
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES
    en 1916
    (Fin1).

    INDO CHINE ORIENTALE

    L'IndoChine orientale a huit vicariats apostoliques dirigés par notre Société. En voici les noms avec la population catholique :

    Tonkin occidental . . 150.000 Cochinchine orientale 63.125
    Tonkin méridional . . 130.121 Cochinchine occidentale. 73.635
    Haut Tonkin . . . 28.350 Cochinchine septentrion. 63.923
    Tonkin maritime . . 104.000 Cambodge. . . 52.649

    TOTAL DES CATHOLIQUES : 665.803.

    Tonkin Occidental.

    Le vicariat apostolique du Tonkin occidental a eu à subir une inondation désastreuse qui a été très forte et très longue ; une sécheresse persistante qui a réduit à peu de chose la récolte du cinquième mois ; des épidémies de choléra et de fièvre qui ont enlevé au moins 4.000 chrétiens. A côté de ces malheurs, des joies : la conversion de 2.017 païens et le baptême de 17.701 enfants de païens à l'article de la mort

    1. Voir Ann, M.-E., n° 117, p, 265.


    Deux ordinations ont augmenté le clergé indigène de huit nouveaux prêtres. L'école des Frères à Hanoi a pris un développement tel qu'il faut agrandir les bâtiments. Les Soeurs de Saint-Paul de Chartres ont vu également augmenter le nombre de leurs élèves ; leur noviciat s'est aussi notablement accru.

    Tonkin Méridional.

    La famine et le choléra ont désolé cette mission de même que la précédente. Dans une seule paroisse, à Traile, qui compte 2.000 âmes, on a enregistré près de 200 décès. A Kemui, village d'une centaine de catholiques, 24 personnes sont mortes en deux jours.
    Malgré de si grandes misères, l'année au point de vue spirituel a été bonne. Les baptêmes d'adultes ont été plus nombreux que d'ordinaire ; ils ont atteint le chiffre de 760. Le district le plus favorisé a été celui de Baonham, où 337 adultes ont reçu le sacrement de la régénération.

    Haut Tonkin.

    Les succès dans ce vicariat ont été plus considérables que dans le Tonkin méridional, puisqu'on y compte 959 conversions. Dans le district de Hoangxa, a été fondée la chrétienté de Mechom, dont M. Gaillard raconte ainsi l'origine : « En faisant une tournée de vaccination, j'avais, il y a deux ans, remarqué dans le village de Mechom une colline que l'on appelait la « colline de l'église ». Ce nom me frappa. Je demandai des explications, et, bien qu'il n'y eût pas beaucoup de vieillards dans le village, la tradition persistait qu'il y avait eu là une chrétienté ; que sur l'ordre des rois Minhmang ou Tuduc les chrétiens avaient été exilés ; et que, depuis cette époque le village n'avait pas cessé de dépérir. Devant cet aveu, l'occasion me parut bonne de prêcher les païens de l'endroit, et je n'y manquai pas, insistant sur ce fait que, parmi ceux qui m'écoutaient, il y en avait sans doute qui avaient encore du sang chrétien dans les veines, car pour éviter l'exil, quelques chrétiens tièdes avaient fort bien pu renier leur foi. Je ne croyais pas parler si juste ; et comme je n'avais point cessé mes relations avec ces pauvres gens, quatre familles, dont deux avaient certainement des ascendants chrétiens, me demandèrent le catéchuménat. Je leur donnai un catéchiste et leur construisis, pour 150 francs, une petite chapelle en bambous ».

    Tonkin Maritime.

    Mgr Marcou, le vicaire apostolique de cette mission, écrit ces lignes plutôt attristantes :
    « Grâce à Dieu et à la protection de la France, nous n'avons plus à supporter aujourd'hui de persécutions sanglantes comme autrefois ; niais les obstacles à l'évangélisation n'en restent pas moins grands, quoique d'un genre différent. Dans ces dernières années, de nombreuses écoles ont été ouvertes : en principe, elles sont neutres, ce qui est déjà un grand mal ; en fait, les livres en usage dans ces écoles, et l'enseignement oral qui y est donné, respirent le matérialisme. En principe également, on est censé y enseigner la tolérance et le respect de tous les cultes ; en fait, on travaille à convaincre les élèves qu'aucune religion ne s'impose à eux ; qu'ils sont parfaitement libres de choisir celle qui leur plaît ou de n'en prendre aucune.
    « Pour lutter contre ces néfastes doctrines et préserver la loi de nos enfants, nous avons ouvert quelques écoles où la religion catholique est la base de toute l'instruction. Malheureusement, la modicité de nos ressources ne nous a pas encore permis de leur donner tout le développement que nous voudrions. Il nous faudrait de plus une école normale, qui nous fournit assez d'instituteurs chrétiens pour pouvoir en placer dans tous les principaux centres catholiques.
    « Au point de vue de l'apostolat dans ce pays, quel sera le résultat du séjour en France de tant de milliers d'Annamites ? Il n'est pas facile de le prévoir, mais n'y a-t-il pas lieu de craindre que nombre de nos chrétiens ne perdent un peu de la haute estime qu'ils avaient pour notre patrie, où ils verront tant de mal à côté du bien ? »

    Cochinchine Orientale.

    Un violent typhon et une forte inondation ont dévasté la province du Quangnam.
    Une révolte qui avait pour principaux instigateurs le roi Duytan et quelques hauts mandarins a éclaté, mais elle a été bientôt réprimée. Le roi y a perdu sa couronne et a été remplacé par le prince Buudao.
    Dans la région Reungao-Sedang un aventurier a mis à profit l'attrait des populations moïs pour tout ce qui paraît merveilleux. Il se donnait comme un envoyé d'En-haut pour libérer ses compatriotes de la corvée, de l'impôt, etc. Ses ruses furent découvertes par les missionnaires et les chrétiens.
    Ces événements, qui ont jeté le trouble dans une partie du vicariat, n'ont pas empêché les missionnaires de baptiser 1.406 adultes.

    Cochinchine Occidentale.

    L'oeuvre des écoles paroissiales a dans cette mission une très grande importance, parce que l'éducation chrétienne que les enfants y reçoivent, remplace, autant que possible, l'éducation familiale, qui n'existe pour ainsi dire pas dans bon nombre de familles pauvres Il y a 158 écoles, avec 83 instituteurs et 233 religieuses institutrices. Le nombre des élèves est passé, cette année, de 9.550 à 9.900. L'école paroissiale des Frères Mytho s'est enrichie d'un petit pensionnat, pouvant recevoir environ 88 élèves. L'école Taberd compte 760 élèves, dont 446 enfants catholiques. Enfin les Surs de Saint-Paul de Chartres ont dans leur pensionnat, à la Sainte Enfance, 180 jeunes filles.
    Le séminaire compte 146 élèves et l'oeuvre des Catéchistes s'est augmentée, cette année, de neuf ouvriers, ce qui porte à vingt-et-un le nombre des catéchistes en fonction.

    Cochinchine Septentrionale.

    La Providence a suscité dans ce vicariat un grand mouvement de conversions. Les missionnaires ont eu la joie de baptiser 4.146 païens, dont 173 seulement à l'article de la mort. C'est, et de beaucoup, le plus haut chiffre atteint cette année par nos missions, puisque le chiffre le plus rapproché est seulement de 2.650 au Setchoan oriental.

    Cambodge.

    Deux églises ont été construites, l'une à Cantho et l'autre à Tralong. Le clergé indigène va bientôt s'augmenter de six nouveaux prêtres. Les établissements tenus par les Frères et les Soeurs continuent de progresser.

    INDO CHINE OCCIDENTALE

    L'Indo-Chine occidentale renferme cinq missions :

    Siam . . . . 24.200 Birmanie méridionale . 59.480
    Laos . . . . 12.509 Birmanie septentrionale. 10 410
    Malacca . . . 35.298

    TOTAL DES CATHOLIQUES : 141.897.

    Siam.

    Le compte-rendu du Siam a été perdu en mer. La statistique, envoyée sans doute par un autre navire, nous est seule parvenue. Nous y relevons les chiffres de 241 baptêmes d'adultes et de 841 baptêmes d'enfants de païens in articule mortis.

    Laos.

    La mobilisation et la maladie ont fait pendant cette année de grands vides au Laos ; 21 missionnaires sont absents ; il n'en reste que 14, dont plusieurs ont été ou sont encore sérieusement indisposés.
    Le séminaire a douze élèves. Les Religieuses indigènes sont au nombre de 28, plus 5 novices et 6 postulantes.

    Malacca.

    Les pertes de cette mission se sont multipliées depuis deux ans. 4 missionnaires étaient morts en 1915, il y en a eu 3 en 1916. Parmi ces derniers, deux M. Nain et M. Laurent sont tombés au service de la France. Malgré cette diminution notable du nombre des ouvriers apostoliques, les conversions de païens ont été de 1.175.

    Birmanie Méridionale.

    Nous relevons dans le rapport de Mgr Cardot, un trait qui montre comment le démon tient ses adeptes : « Sanchein, du village de Bwethlan, était un jeune homme païen qui avait été consacré spécialement au démon. Il avait passé, me disait-il, par beaucoup de cérémonies, et avait reçu des tatouages magiques, qui le mettaient complètement sous l'influence des nats (esprits). Un peu d'instruction et une petite fortune l'aidèrent à épouser, hélas ! Sans dispense, une jeune chrétienne de bonne famille. Quand je parlai de régulariser cette situation, il me jura qu'il mourrait sur-le-champ s'il participait de quelque façon à une cérémonie chrétienne. Pour le gagner je priai et fis prier, et en même temps je demeurai en bons termes avec lui. Mais aussitôt qu'à la chapelle où il venait me voir, on devait faire des prières, et surtout célébrer la sainte messe, Sanchein s'enfuyait au plus vite. Inutile de vouloir le retenir, il était sûr de mourir s'il restait. Pendant huit ans, je le vis souvent, surtout pendant une de ses maladies. Je n'obtins rien. Enfin cette année, par une faveur, je crois, de la sainte Vierge, il consentit à étudier les prières et la religion qu'il connaissait déjà passablement. Mais quand je lui proposai de recevoir le baptême, sa réponse fut : « Plus tard, plus tard ! » tant il était effrayé. Je lui dis que je prenais sur moi la responsabilité de tout ce qui pouvait advenir. Il finit par consentir. Pendant les cérémonies, il tremblait de tous ses membres ; mais aussitôt que l'eau baptismale eut coulé sur son front, il poussa un tel soupir de soulagement qu'on eût dit qu'il était déchargé du poids d'une montagne. Le reste du jour il ne cessait de répéter : « Comme je suis heureux ! Oh ! Si j'avais su, j aurais reçu le baptême depuis longtemps, mais j'avais si grande peur ! »
    Le petit séminaire compte 17 élèves. 3 indigènes ont été, cette année, ordonnés prêtres.

    Birmanie Septentrionale.

    Un oratoire a été construit à Zawgye. Les écoles prospèrent, en particulier, à Mandalay, l'école des Frères des Ecoles Chrétiennes, qui n'avait que 60 élèves en 1897 et qui en possède maintenant plus de 700.

    INDE

    Dans l'Inde où la hiérarchie catholique ordinaire est établie, la Société administre un archidiocèse et trois diocèses :

    Pondichéry . . . . 147. 760 Coïmbatour . 40.242
    Maïssour . . . . 52 .685 Kumbakonam 100.749

    TOTAL DES CATHOLIQUES : 341.436.

    Pondichéry.

    La mobilisation et la maladie ont enlevé 19 ouvriers apostoliques. L'archevêque, Mgr Morel, a dû se charger d'une paroisse. M. Es-cande, supérieur du séminaire collège, n'a avec lui qu'un seul missionnaire, pour plus de 1.000 élèves. D'autres ont dû se charger de plusieurs districts.

    Maïssour

    Un des faits principaux de l'année a été l'élévation à l'épiscopat de Mgr Tessier qui a pris pour devise : Domine in te speravi. Les archevêques de Pondichéry et de Madras, les évêques de Coïmbatore, Kumbakonam, Trichinopoly et Mangalore ont rehaussé de leur présence l'éclat de son sacre qui a eu lieu à Bangalore dans la cathédrale Saint Patrick.
    Le collège Saint-Joseph, qui a perdu son habile et dévoué supérieur, le P. Froger, a cependant continué de voir s'accroître le nombre de ses élèves : 400 dans la section européenne, et 1000 dans la section indienne.

    Coïmbatour.

    Le compte rendu de cette mission ne nous est pas parvenu ; il nous avait sans doute été envoyé par un navire que les sous-marins allemands ont torpillé.

    Kumbakonam.

    Dans cette mission, plusieurs églises sont en construction, celles d'Ayampett, de Tandamandarei, de Palayamcotta, de Michelpatti. Dans le district d'Atur la chapelle de Michelpullur, que les pluies aidées des fourmis blanches avaient jetée par terre, a été reconstruite. Plusieurs chapelles et presbytères ont été restaurés entre autres à Wallacepett, à Arantangui, à Atur.
    « Lorsque le gouvernement anglais se décida à renvoyer en Europe, ou à garder dans des camps de concentration, les missionnaires allemands de l'Inde, ajoute Mgr Chapuis, nous nous disions que la guerre, parmi tant de difficultés qu'elle nous créait, aurait au moins le bon résultat d'amener la conversion de beaucoup de protestants privés de leurs padris. La majorité, en effet, des hérétiques du diocèse sont des luthériens de la Société évangélique de Leipzig. Notre espérance a été de courte durée. Les Allemands partis, nous avons vu arriver des Suédois, des Norvégiens, des Danois, des Américains qui ont pris leur place. Quant aux ressources pécuniaires, ils ont moins souffert que nous : l'argent à continué à affluer ; le canal seul qui l'apportait était changé ».

    Collège Général à Pinang.

    Le Collège Général compte en ce moment 58 élèves appartenant à 11 missions différentes :

    1 au Kientehang, 1 à la Cochinchine Occidentale
    5 au Yunnan, 11 au Siam,
    4 au Kouangsi, 5 à Malacca,
    4 à Canton, 14 à la Birmanie Méridonale,
    4 à Swatow, 5 à la Birmanie Septentrionale,
    4 au Tonkin maritime,

    Ils sont répartis en cinq classes, comme il suit :

    I Classe des Clercs.
    II de Théologie.
    III de Philosophie.
    IV de Rhétorique.
    V de Grammaire.

    1917/324-330
    324-330
    France
    1917
    Aucune image