Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Comment on a fêté l'armistice au Se-Tchoan, au Thibet, en Corée

Comment on à fêté l'armistice au Se-Tchoan, au Thibet, en Corée Plusieurs mois déjà se sont écoulés depuis que l'armistice a été signé. Mais les nouvelles de Chine arrivent lentement, et il y a bien loin du Se-tchoan, du Thibet et de la Corée à Paris. Nos Associés n'en liront pas avec moins de plaisir les lignes suivantes : Se-tchoan oriental. Mgr Chouvellon avait déjà fait chanter le Te Deum, dans la vaste église de Li-tou-pa remplie de fidèles, le jour où lui parvint la nouvelle de la signature de l'armistice.
Add this

    Comment on à fêté l'armistice

    au Se-Tchoan, au Thibet, en Corée


    Plusieurs mois déjà se sont écoulés depuis que l'armistice a été signé. Mais les nouvelles de Chine arrivent lentement, et il y a bien loin du Se-tchoan, du Thibet et de la Corée à Paris. Nos Associés n'en liront pas avec moins de plaisir les lignes suivantes :


    Se-tchoan oriental.


    Mgr Chouvellon avait déjà fait chanter le Te Deum, dans la vaste église de Li-tou-pa remplie de fidèles, le jour où lui parvint la nouvelle de la signature de l'armistice.


    De retour à Tchong-kin, il invita toute la colonie française et nos chrétiens à venir s'unir à lui pour remercier Dieu de la victoire des Alliés. Une nombreuse assistance se pressa émue et recueillie à la cathédrale, ornée comme aux plus grandes fêtes. Au salut du Saint-Sacrement donné par Sa Grandeur, c'est de toute son âme que chacun chanta le Te Deum, pendant que les cloches sonnant à toute volée, annonçaient au dehors la joie qui remplissait nos coeurs.


    ***


    Tchong-kin a fêté la victoire des Alliés pendant trois jours : drapeaux dans toutes les rues à toutes les maisons, arcs de triomphe aux édifices publics, retraites aux flambeaux, réceptions officielles. Lundi à midi les étrangers alliés résidant à Tchong kin ont été invités à un lunch par les autorités à la Chambre de Commerce.


    Se-tchoan occidental.


    Depuis le sacre de Mgr Rouchouse, on n'avait point vu à Tchen-tou affluence de chrétiens, en même temps que d'étrangers de tous pays, aussi nombreuse que celle qui se pressait le dimanche 24 novembre à la cathédrale de Pin-gan-kiao, pour le chant du Te Deum à l'occasion de la victoire des Alliés.


    Mgr Rouchouse avait interrompu sa visite pour venir présider la cérémonie.


    Thibet.


    Ce n'est pas seulement dans les grandes cathédrales d'Europe qu'aura retenti le Te Deum de la victoire, mais jusqu'au fond du Thibet, dans les humbles églises de la mission, où, en apprenant à aimer Dieu, on apprend aussi à aimer la France. Un écho du Thibet nous apporte la nouvelle que S. G. Mgr Giraudeau a prescrit que, dans toutes les églises et chapelles de la Mission, un Te Deum d'actions de grâces serait chanté pour remercier Dieu de l'heureuse issue de la guerre.


    Séoul (Corée.)


    Le lieutenant Troussard, de l'état-major du maréchal Foch, envoyé en mission de Paris à Omsk, nous a fait, il y a quelques jours, le plaisir d'une très aimable visite.


    Quelle joie aujourd'hui de voir à Séoul un officier français en uniforme ! Je dis aujourd'hui, parce que la magnifique résistance et victoire françaises nous ont fait remonter très haut dans l'opinion du monde à l'étranger.


    Nous l'avons bien vu le 17 novembre au Te Deum chanté à la cathédrale ; non seulement les Français, mais tous les étrangers de Séoul, protestants de toutes sectes y étaient venus avec enthousiasme. Et certainement, à la manifestation de joie et de gratitude, se mêlait un hommage voulu à la France, notre chère patrie (Lettre de Mgr Mutel.)






    1919/139-141
    139-141
    Chine
    1919
    Aucune image